S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Akira Ishida/Chara-design : Konoe Ototsugu
Scénariste : Yuichiro Higashide/Type-Moon
Editeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Fantastique, baston, humour, suspense
Public : Tout public
Contenu : 180 pages
Sortie : 25 octobre 2019
Prix : 6,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication, adaptée en anime, original en LN

Acheter Site officiel

Résumé

Chaque faction a réuni ses Servants. Après avoir réglé quelques dissensions, perdu chacun un Servant et échoué à enrôler l’un des leurs, la faction des Noirs voit surgir en son ciel le quartier général des Rouges. Une grande bataille va commencer alors que le Saber des Rouges est absent et que l’un de leurs mages, Shirô Kotomine, laisse deviner ses propres plans…

Notre critique

Après une succession de duels aux quatre coins des tomes précédents, la première grande bataille occupe ce tome 6 de Fate/Apocrypha.

Les servants de chaque camp se confrontent, en one on one ou bien par équipe de deux face à un adversaire particulièrement coriace.

C’est notamment le choix de l’Archer et du Lancer des Rouges face au Lancer des Noirs, Vlad l’Empaleur. Mais cette confrontation en équipe va tourner court avec le retour dans le camp des Noirs du Berserker des Rouges.

On ne sait quelle force le pousse à se retourner contre ses alliés naturels mais ce Berserker, esprit héroïque de Spartacus, semble mû par une folie pure de destruction. Archer va donc devoir se battre seule contre cette masse de muscles et de force herculéenne terrifiante.

Pendant ce temps, le Lancer Rouge, Karna, fait jeu égal avec le terrifiant comte Dracula. Leurs échanges massacrent le sol lui-même mais rien ne paraît pouvoir les départager. Si on retrouve plus loin, d’autres duels fascinants, Achille vs Chiron, Astolfo vs l’Assassin Rouge, certains sortent du lot.

Frankenstein, le Berserker Noir, voit se dresser devant elle non pas le servant Caster Rouge mais son maître, le mage Shirô Kotomine. Qu’un humain soit capable de combattre un esprit héroïque surprend le camp des Noirs et plus encore le maître de Frankenstein. Mais il intrigue aussi Ruler, Jeanne d’Arc, qui se rapproche du champ de bataille avec l’homoncule rescapé.

Elle pressent que celui qui enfreint ainsi les règles de la Guerre Sainte pourrait être un esprit qui tire les ficelles du conflit dans l’ombre à dessein. Quelles en sont les raisons et qui est-il ? Ruler est décidée à le découvrir et se rue au milieu du chaos.

Elle croise ainsi Vlad l’Empaleur, Spartacus et Archer et l’Assassin Rouges sans comprendre qui tente d’entraver son chemin.

De leur côté, l’homoncule qui détient à présent le cœur du Saber Noir, Siegfried, tente de trouver les homoncules envoyés au combat comme piétaille. Il veut les convaincre qu’ils ont le croit de choisir leur vie et surtout de survivre au sort funeste que leur réserve la Guerre Sainte. Les mages n’ont aucune considération pour eux, ils ne sont que chairs en perdition…

Mais le voilà qui tombe nez à nez avec le Saber Rouge, Mordred, et son maître, venus en découdre tour à tour avec Astolfo et Frankenstein abandonnée par un Shiro Kotomine bien malin. Alors que les dernières pages annoncent la fin de ce tome 6, on est forcé de laisser les duels Karna/Vlad l’Empaleur et Achille/Chiron au sommet, Ruler en mauvaise posture tandis que l’homoncule/Siegfried réserve une belle surprise à Mordred…

Cette première bataille s’est fait attendre mais on ne le regrette pas. Le dynamisme effréné de la mise en scène nous transporte au cœur de l’action. On profite ainsi des talents et pouvoirs de chacun, on savoure les échanges de coups et les liens qui se tissent ou se renouent entre les belligérants.

Chiron et Achille ont un passé commun et nul doute que cela va jouer sur leur affrontement… De même, les souvenirs douloureux de Frankenstein provoqués par ses adversaires sont particulièrement mis en valeur et perturbent ses capacités au combat. On attend maintenant avec impatience la réaction de Mordred qui voit revenir Siegfried ! La narration allie action et histoire de chaque esprit héroïque, rappelant, pour ceux qui sont identifiés, quelle est leur légende, ce qui a fait d’eux des héros.

L’éditeur Ototo, comme chaque fois, nous offre des intercalaires expliquant l’origine de ces héros, les légendes et récits accolés à leur nom.

Le graphisme au diapason de la narration sublime ce grand moment de baston magique. Les capacités de chacun sont à l’honneur et le nombre de personnages n’embrouille pas le dessin. Cette pleine exposition permet de mieux cerner leurs caractères, ou le parfait adversaire dans un conflit qui semble perverti de l’intérieur…

La mise en cases rend les échanges de chaque duel avec netteté et si les arrières plans sont parfois pauvres, ils situent parfaitement l’ambiance entourant Achille/Chiron et surtout Karna/Vlad l’Empaleur avec une cohorte de piques acérées mortelles jaillissant de la terre.

La bataille entre les deux factions débute. Sera-t-elle unique ou bien n’est-elle qu’un préambule ? La suite nous le dira. On referme ce tome 6 avec appétit pour le suivant, de quoi rendre l’envie de poursuivre cette série atypique de la saga !

Notre critique du tome 6 de Fate/Apocrypha
Enfin une action à 200%, la bataille commence et tout le monde est de la partie!
Scénario85%
Dessin90%
Edition95%
Originalité85%
Mise en scène95%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé :
  • Récit qui rebondit enfin!
  • Action et suspense au top!
  • Dessin qui rend tout avec fluidité, un tour de force...
On a moins aimé :
  • Néant
90%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.