S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Hugin Miyama
Scénariste : Kugane Maruyama
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Fantastique
Public : Averti
Contenu : 192 pages
Sortie : 23 février 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« A l’issue d’un duel entre Zaryusu et Zenberu, les tribus des hommes-lézards parviennent à s’unir pour faire face à la menace proférée par un mystérieux ennemi. Le moment venu ils seront prêts, menés par Zaryusu, soutenus par la magie de la belle albinos Crusch. Envoyé par Ainz Ooal Gown pour les abattre et faire d’eux de puissants cadavres auxquels il redonnera vie pour renforcer et servir Nazarick, Cocytus va donc passer à l’action. Il commence par déployer une imposante armée de morts-vivants… »

Notre critique

Ce tome 6 d’Overlord nous plonge immédiatement dans le duel opposant les deux chefs de tribus d’hommes-lézards. On apprend donc quels sont leurs pouvoirs, leur passé de guerrier mais surtout combien Zaryusu peut être un chef unique plus déterminé que les autres. Cette force de conviction qui lui donne la victoire convainc Zenberu. Dès lors, l’union des tribus est acquise mais rien n’est gagné pour autant. On s’attendrit alors devant les échanges de promesses nuptiales de Zaruysu et Crusch, juste avant que Cocytus ne déchaîne les enfers. Car enfer il y a avec son armée de squelettes de toutes formes qui déferle encore et encore sur les guerriers lézards. Les morts ne se fatiguent pas comme les vivants et il faut bien toute la magie de Crusch et sa tribu pour soutenir les efforts de leurs compagnons. Mais Cocytus a plus d’un tour dans son sac et, comprenant que les avertissements de son maître n’étaient pas feints, il décide d’envoyer le commandant de ses troupes, une liche infernale créée par maître Ainz, Iguvua. De la classe des overlord mais moins puissante que Ainz Ooal Gown, cette créature donne bien du mal aux hommes-lézards. Cocytus comme Iguva pensent un temps que la victoire est certaine… Mais c’est sans compter sur le courage et la force de conviction des chefs lézards, Zaryusu en tête. Le dénouement de cette bataille est surprenant mais donne une bonne leçon aux serviteurs de NAzarick : ce monde est bel et bien différent du précédent.

Le maître de Nazarick a même peut-être tendu un piège à son propre serviteur, décidé à tester son potentiel de chef de guerre, devinant qu’il passera à côté du véritable enjeu. Ce final lui donne raison.

L’action est donc au cœur de ce nouveau volume à la mise en scène musclée, parfaitement calibrée pour ménager le suspense, les rebondissements et une mise en lumière des ressources presque infinies des deux parties, aux motivations pourtant si opposées. L’alliance tribale des hommes-lézards ne connaît aucun clivage, bien au contraire et permet d’exploiter toutes leurs forces. Trop sûr d’eux, Cocytus et son commandant Iguvua, s’illusionnent quant à leurs propres capacités, prouvant à Ainz que ce monde est vraiment différent de celui pour lequel son avatar et le Tombeau de Nazarick ont été créés. Cet autre monde est un nouveau défi, ses règles encore méconnues et le danger omniprésent en dépit de la puissance des habitants de Nazarick. Le chara-design en jette à tous points de vue. Exit les jolies créatures telles que Shalltear, la place est faite pour la masse des hommes-lézards, le grouillement des soldats squelettes, le masque de morts décomposé d’Iguvua et le corps insectoïde de Cocytus. Les coups échangés, armes au poings ou sorts magiques déferlants animent chaque case avec maestria de telle sorte que l’on tourne avidement les pages : suspense, action, rebondissements surprises, tout est là pour un parfait moment de lecture manga !

Enfin, saluons l’aventure manga de cette adaptation de très bonne qualité d’un LN déjà très riche qui survole de très haut bien des romans de Dark Fantasy avec, entre autres, des personnages qui ne sont er ne seront jamais de gentils héros, tous sont du côté obscure !

Notre critique du tome 6 de Overlord

Serviteur aveugle de Ainz Ooal Gown, Cocytus va déclencher sa guerre contre les hommes-lézards, armé de ses morts-vivants et de leur commandant, l’inquiétant Iguvua…

Scénario92%
Dessin97%
Edition98%
Originalité98%
Mise en scène97%
Intérêt sur la durée98%
On a aimé :
  • Action on stop
  • Nouveaux personnages très bien construits
  • Suspense dans la baston, rebondissements incessants
On a moins aimé :
  • Néant
97%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.