S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Okayado
Scénariste : Okayado
Editeur : Ototo
Collection : Shonen
Genre : Gag manga, fantastique
Public : Public averti
Contenu : 166 pages
Sortie : 22 mars 2019
Prix : 7,99
Statut de la série au Japon : En cours de publication, adaptée en anime

Acheter Site officiel

Résumé

« La maisonnée de Kimihito est en ébullition : chacune des pensionnaires va recevoir la visite de sa mère ! Bien que « Darling » n’y voit rien de si fâcheux, toutes semblent extrêmement nerveuses. Et pour cause, leurs mères respectives vont se révéler pires que leurs filles…« 

Notre critique

Le délire de ce gag manga semble ne jamais baisser en régime ! L’avalanche de gags est plus musclée dans ce tome 7, chose étonnante au vu de ce que l’on a déjà pu lire dans cette série. Mais rien n’arrête Okayado et ses Monster Musume.

Très coquines, les facéties des mamans hybrides sont des versions exacerbées de ce que l’on a découvert de nos héroines. Obsédées par les questions cruciales de sauvegarde de l’espèce, donc de reproduction avec le bon mâle, les mamans sont donc venues pour tester Kimihito. Et chaque espèce ayant ses particularités sociales, les attentes et critères d’évaluations de ces matriarches sont plutôt variées. La population des Lamias ne comprend pas de mâles donc l’élu devrait convenir, et servir de partenaire, à tout le clan… Autant dire que Kimihito doit avoir la forme ! Les Harpies ne doivent pas demeurer au même endroit, quelle que soit la raison, les Centauresses doivent être séduites par de faux prétendants avant d’être fertilisées par les Centaures qui sont tous repoussants… Ces exigences poussent les mères à soumettre Kimihito à de sévères examens mais c’est sans compter sur l’affection que lui portent ses pensionnaires. Chacune va s’opposer aux méthodes et souhaits maternels avec ses propres moyens, provoquant une débauche de catastrophes qui malmènent autant Kimihito que tous les examens du monde des semi-humains.

Les combats mères-filles impliquent systématiquement le jeune homme qui se laisse d’abord bousculer avant de prendre la défense de ses prétendantes. Il les apprécie toutes, il veut leur bonheur mais que celui-ci soit leur choix et non le fruit d’obligations familiales ou tribales. Il en résulte un rythme de fou, soutenu par une mise en scène encore plus énergique qu’auparavant. Pas le temps de s’ennuyer, prisonnier que l’on est de ces péripéties incessantes mêlées aux plans très ecchi qui font le succès de la série. Les pages couleurs en introduction affirment d’ailleurs le ton comique mêlé d’érotisme tout en soulignant le soin que l’éditeur porte à ce titre.

Pour finir, celles qui n’ont pas à faire face à leur famille ajoutent leur grain de sel à la question qui va prendre de l’ampleur dans la vie de Kimihito, accentuée par l’ultimatum de Madame Smith : laquelle choisira-t-il d’épouser ? Sû, Mero et Rachné ne cachent pas leur désir de partager sa vie et de manière plus intime que présentement. A force de mauvais traitements sous couvert de tendresse maladroite, Kimihito meurt mais revient à la vie plusieurs fois dans ce volume grâce aux pouvoirs de sa dernière « conquête », Lala. La Dullahan n’est pas aussi impatiente que ses camarades : elle sait qu’une fois réellement mort, Kimihito lui appartiendra définitivement !

L’échéance se précise pour Kimihito : avec la visite des mères de ses pensionnaires, la perspective du choix pour un mariage entre espèces se fait pressante !

Notre critique du tome 7 de Monster Musume
La tension monte chez Kimihito : chacune de ses pensionnaire attend la visite de sa mère...ça promet de chauffer!
Scénario70%
Dessin80%
Edition85%
Originalité80%
Mise en scène85%
Intérêt sur la durée70%
On a aimé :
  • Energie de la narration
  • Humour à 100%
  • Alliance narration/dessin
On a moins aimé :
  • Redondance narrative
75%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.