S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Hugin Mayama
Scénariste : Satoshi Oshio
Éditeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : Fantastique
Public : Averti
Contenu : 210 pages
Sortie : 21 septembre 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« L’assaut final mené par Cocytus contre les Hommes-Lézards est lancé. Le serviteur de Ainz Ooal Gown est sûr de lui et de son pouvoir. Il laisse néanmoins à ses adversaires qu’il respecte l’occasion de montrer leur bravoure. Pourtant, la victoire ne fait aucun doute et le prix payé par les Hommes-Lézards est élevé. Alors que le seigneur Ainz décide du sort des survivants, son nom est déjà sur de nombreuses lèvres de par ce nouveau monde. Le capitaine Stronoff, bras droit du roi de Re-Estize, revient de son expédition réussie grâce à l’aide d’Ainz Ooal Gown et ne cache pas qu’il doit la vie à cet étrange maître de la Mort. Il confie même ses pensées au jeune Climb, garde du corps de l’énigmatique princesse d’or Renner Theiere Chardelon Ryle Vaiself, avouant que même un guerrier aussi puissant que lui serait mort sans le secours de cet être qui semble surpasser tous les autres ! »

Notre critique

La légende d’Ainz Ooal Gown grandit de tome en tome et on commence à avoir un aperçu de l’étendue du monde dans lequel notre anti-héros évolue. Après un premier tiers de combats et d’action très réussis présentant Cocytus en combattant déterminé malgré son admiration à défaire les Hommes-Lézards suivant le souhait de son maître, de nouveaux personnages font leur entrée en scène accompagnés de problématiques qui gangrènent le royaume de Re-Estize.

La phase de conquête des Hommes-Lézards se termine sur une victoire qui paraissait évidente mais se teinte d’une certaine gloire envers ces êtres hybrides qui ont tout donné, jusqu’à leur vie, pour protéger les leurs. Reconnaissant leur grande valeur de guerriers, Ainz apprécie de voir son subordonné Cocytus réclamer un meilleur sort pour les vaincus que de devenir de simples zombies au service de la Guilde. Suivant ses désirs, et parce que cela va dans le sens qu’il espérait, Ainz offre donc une alternative aux Hommes-Lézards qui seront son arrière-garde et propose même à Crush de ressusciter Zaryusu en échange d’un rôle très particulier qu’il lui destine. L’annexion de ce territoire et de son peuple réglée, le lecteur est ensuite transposé à la capitale royale de Re-Estize alors que le capitaine Stronoff revient de son équipée.

Ayant profité du soutien inattendu d’Ainz et d’Albedo pour remplir sa mission, Stronoff rentre non pas en vainqueur mais convaincu que sa réputation de guerrier le plus puissant du royaume en a pris un coup. La réalité fut rude mais il l’a acceptée et pressent que ce mage maître de la Mort qui lui est venu en aide, et dont les exploits ne cessent de parvenir aux oreilles de nombreuses personne, pourrait jouer prochainement un rôle important dans l’équilibre des forces. Car les problèmes du royaume ne s’arrêtent pas à l’étrange secte de la Théocratie de Slane qui entend imposer sa loi. Une lutte intestine déchire l’autorité de l’Empire, entre la faction royale et celles des nobles, à laquelle s’ajoute la main mise du plus puissant syndicat criminel connu sous le nom des Huit Doigts qui répand violence et drogues dans le royaume. Face à cette terrible menace, seule la princesse Renner paraît tenter d’agir. Dans l’ombre, une équipe d’aventuriers adamantines, soit parmi les plus forts, contrecarre les plans des Huit Doigts en brûlant les plantations de poudre noire, la plus dure des drogues en circulation. Le jeune Climb est dans le secret des agissements de cette princesse énigmatique dont le visage étrangement beau et serein cache peut-être une noirceur surprenante. Le fait est que Climb, aveugle aux avertissements de certains nobles et même du frère de la princesse, voue une confiance aveugle envers celle qui l’a autrefois sauvé de la misère. Invité à ses réunions avec la cheffe des aventuriers, Climb entend de nouveau parler d’un mage si puissant qu’il a défait des ennemis dont même les aventuriers se méfiaient et même soumis le fameux roi sage de la forêt. Bien qu’il ne soit pas encore fait de lien entre le mage rencontré par Stronoff et celui qui a commis autant d’exploits, le jeune Climb embrigadé volontaire des intrigues orchestrées par la princesse Renner n’imagine pas qu’il le rencontrera un jour, tout ce qu’il souhaite est de gagner en force pour protéger sa bienfaitrice et ce au risque de perdre un jour son humanité… Vous l’aurez compris, on avance beaucoup dans le récit même si l’action est mise de côté sur la seconde partie du tome. Les intrigues sont clairement évoquées, de nouveaux personnages un peu clichés de la Fantasy apparaissent mais on comprend avant notre anti-héros préféré que le monde dans lequel il a atterri malgré lui est très complexe et que ses actes ainsi que ceux de ses serviteurs résonnent déjà comme un avertissement : tout va changer !

Les dernières pages mettent en lumière d’autres intervenants peu avenants, certainement membres du syndicat des Huit Doigts. Les projets secrets de la princesse Renner vont-ils se heurter au désir de conquête d’Ainz Ooal Gown ? Sûrement !

La qualité du trait de ce manga ne perd rien de sa superbe au fil des tomes, l’action est mise en cases avec maestria de telle sorte que le dynamisme est mouvant et prenant pour le lecteur. On apprécie la valeur guerrière de chaque camp. Les conciliabules qui suivent comme la présentation des nouveaux personnages suit une logique aisée à lire et agréable à découvrir. Le chara-design des protagonistes colle à la fois aux clichés du genre et aux rôles qui leur sont peu à peu définis. L’humour reste un élément récurrent qui s’invite tant dans les dialogues que dans le dessin et sait trouver sa place entre les moments forts du récit.

Après de nombreux tomes dévolus à l’action musclée et la suprématie d’Ainz Ooal Gown, une nouvelle phase commence, annonçant que la conquête du maître de la Mort devra s’adapter à un contexte d’intrigues à tiroirs riche en surprises !

Notre critique du tome 8 de Overlord

Cocytus est décidé à défaire les Hommes-Lézards pour son maître dont la renommé a déjà atteint la cour royale de Re-Estize et ses intrigues...

Scénario98%
Dessin97%
Edition97%
Originalité95%
Mise en scène98%
Intérêt sur la durée99%
On a aimé :
  • Avancées dans le récit
  • Equilibre action et développement des intrigues
  • Narration sans temps mort
On a moins aimé :
  • Néant
97%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.