S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Actu Manga, Critique Manga, Dark Kana, Gumi Amazi, Hell's Kitchen, Kana, Manga, Mitsuru Nishimura,
Actu Manga, Critique Manga, Dark Kana, Gumi Amazi, Hell's Kitchen, Kana, Manga, Mitsuru Nishimura,

Scénariste : Mitsuru Nishimura
Dessinateur : Gumi Amazi
Éditeur : Kana
Collection : Dark Kana
Genre : Seinen, Baston, Humour
Public : Tout Public
Site officiel : Kana
Prix : 6,85€
Sortie : 7 mai 2015
Statut de la série au Japon : En cours et adaptée en animé

Satoru parti à la recherche de Tachibana pour lui parler de Dogma arrive trop tard : ces deux-là sont déjà en pleine conversation peu amicale. Lorsque Tachibana affirme à Satoru que la cuisine est inutile, qu’il est convaincu par la science du département de biologie appliquée, ce dernier décide de solliciter auprès de Dogma un entraînement décisif afin de devenir un cuisinier capable de faire changer Tachibana d’avis. Pendant que Satoru trime durement sous les ordres sans pitié de Dogma qui s’amuse décidément bien de cette situation, le concours se poursuit. C’est au tour de Nakarai de déployer ses talents afin de prouver que l’aspect gustatif de la vraie cuisine ne peut être reproduit artificiellement par les expériences du laboratoire de biologie appliquée. Sera-t-il à la hauteur ?
Encore un tome plein d’énergie et d’un dynamisme qui saisit le lecteur ans un tourbillon d’action. Bien que la thématique soit la cuisine, Hell’s Kitchen s’attache, tome après tome, à respecter au mieux les codes du shonen, à les détourner sans les transformer pour mieux les adapter à son histoire. Et le résultat est là : suspense, affrontements idéologiques et techniques dans une mise en scène typique du shonen avec des grandes répliques, des boutades, de l’humour, des personnages forts, des rebondissements surprenants. La tendre folie de Nakarai anime une bonne partie de ce volume. Aussi rond et mignon qu’une mascotte kawai, Nakarai se démène tant et si bien que l’on ne peut qu’adhérer à sa vision de la cuisine, de son art.
Les interventions de ses amis, ennemis et professeurs expriment cette passion et expliquent les tenants et aboutissants de chaque aspect de la recette des deux concurrents. Les réactions excessives du public font rire car, souvent grotesques, elles accentuent le propos de Mitsuru Nishimura et Gumi Amazi à savoir que l’art de la cuisine doit aussi faire écho à l’art de déguster, de goûter, d’apprécier. L’enjeu est de taille dans ce concours qui semble mal parti pour nos héros. A moins que Satoru qui fait une entrée remarquée en fin de tome ne change la donne !
Les codes shonen fonctionnent aussi grâce au graphisme mouvementé, qui joue sur certains effets de scène pour présenter les duels de cuisiniers comme des combats à mort, avec lignes de fuite et effets d’ombre-lumière du style « héros en pétard », soutient l’humour décalé essentiellement caractérisé par les personnages de Dogma et Yuri, présente chaque protagoniste avec des traits et un look bien à lui. Nakarai, sorte de zébulon du sucré virevolte dans tous les sens, rappelant esthétiquement que le sucre est une formidable source de vitalité !
Traduction, mise en bulle, impression de qualité, belle jaquette fidèle à la version originale, Kana propose une fois encore une bonne version française de cette série.

Points forts : 

  • Thématique originale 
  • Personnages attachants et bien définis 
  • Humour décalé et accrocheur 
  • Un bon shonen 
  • Mise en sècne 
  • Dynamisme 
  • Expressions des personnages 

Points faibles : 

  • Néant 
     
Verdict : Un Excellent Tome !!! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.