S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Abordons aujourd’hui le Japon côté délices, avec le Tako-Yaki et l’Okonomi-Yaki. Des plats typiques de la gastronomie nippone !
Les Tako-Yaki
Vous savez ces petites boules qui sont vendues chaudes et par plusieurs dans les mangas, sont emballées dans des boîtes qui font penser à des boîtes à œufs… Crées en 1935 par Endo Tomekichi dans sa ville d’Osaka, ces bouchées sont devenues incontournables et même un plat typique d’Osaka ! L’idée de base était une boulette de pâte, qui ressemble à de la pâte à crêpe, au cœur de laquelle on pouvait déguster un petit morceau de poulpe grillé (Tako veut dire « poulpe »). Aujourd’hui, cette première recette est toujours d’actualité mais d’autres versions ont vu le jour au gré des goûts, des fantaisies des cuisiniers et de l’évolution de la société nippone. La base reste la pâte (mélange d’œufs battus, de bouillon « dashi » à base de poisson et de farine) mais la garniture varie avec un choix de poissons, de viandes, de légumes ou même de fromages et sur le dessus sont ajoutés des assaisonnements qui relèvent la pâte. Au choix : jus de citron, sauces japonaises à base de poisson ou de soja (« kombu » qui est un bouillon d’algues et le « dashi » qui est un bouillon de poissons) , ciboule, algues, copeaux de bonite séchée ou hanakatsuo (délicieux !!!) et cela peut se décliner à l’infini suivant le cuistot ! Bonus : les allergiques ou intolérants au lait sont à l’abri puisque ce n’est pas une vraie base de pâte à crêpe…
Comment ça se cuisine ? Première étape : faire la pâte et la laisser reposer au frais pendant une heure. Prendre une louchée et la faire couler dans une des alvéoles d’une plaque de cuisson qui en compte une bonne vingtaine. Attendre que ça cuise un peu puis on place la garniture intérieure avant de retourner la petite boule qui commence à prendre forme. Une fois l’autre côté cuit, on l’enlève, on l’assaisonne et la voilà prête à manger ! Pour faire des Tako-Yaki, il faut donc être habile car bien doser la quantité de pâte à mettre dans chaque alvéole de cuisson et retourner le tout au bon moment uniquement avec un ustensile qui se résume à un pique… Oh, un peu d’entraînement et hop ! C’est du spectacle à regarder, de quoi baver avant de savourer !

Comment ça se mange ? Avec des piques, comme des amuses-gueules mais bien nourissants et surtout très chauds !

Où en manger en France ?

Et bien à Montpellier, chez Umiyaki ou à Happa Tei sur Paris Ou lors des conventions comme la Japan Expo où se trouve Atsu Astu, une super chaîne qui embauche même des occidentaux pour l’occasion, ou comment apprendre à les cuisiner en étant payé… Mais c’est très populaire donc patience dans la file d’attente à l’heure du déjeuner ^ ^

Pub pour Atsu Atsu à la Japan Expo

L’Okonomi-Yaki

Autre spécialité de la région d’Osaka, le Kansaï, l’Okonomi-Yaki est une sorte de galette/omelette avec chou japonais grillée sur une plaque (Okonomi veut dire « griller ce qu’on aime »). Encore une fois, la variété d’assaisonnement est grande et respecte tous les goûts (on en trouve avec viande, légumes en plus etc…). Le principe est que l’on a du chou japonais coupé en fines lamelles jeté sur une plaque chauffante avec œuf battu, sauces et assaisonnements divers. On, car au Japon on peut faire sa cuisson soi-même si on veut ou laisser faire un cuistot chevronné, fait en sorte que le chou ainsi cuit forme une galette ronde, épaisse.

Chez Atsu Atsu, on fait aussi de l’okonomi-yaki
Certaines régions comme à Hiroshima, ont vu naître la cuisson « complexe » c’est-à dire avec une grande quantité d’ingrédients dupplémentaires ajoutés en couches successives au fil de la cuisson. Ce plat à base de chou est très populaire au Japon car typique bien sûr mais aussi recommandé pour la santé, le chou étant anti-cancérigène, antibiotique, antiscorbutique, reminéralisant et régulateur des troubles intestinaux !

Version de chez Happei Tei, Paris

Comment ça se mange ? Avec des baguettes quand c’est cuisiné par un chef, avec les ustensiles qui aident à former la galette quand on la cuit soi-même, des sortes de raclettes qui permettent de découper la galette une fois grillée.
Où en manger en France ? Happa Tei à Paris, qui propose les versions de plusieurs régions, même Sapporo… Aki aussi à Paris

Chez Happe Tei côté fourneaux!

Merci aux informations sur le site de Atsu Atsu.

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.