S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Il n’y a pas à débattre longtemps, un seul coup d’œil suffit pour se rendre à l’évidence : Cesare, II Creatore che ha distuito, nouvelle licence de Ki-oon promet de sortir du lot !
Pour qui connaît les deux autres séries de Fuyumi Soryo traduites en français, Mars et ES Eternal Sabbath, rien de surprenant si ce n’est une qualité encore supérieure dans le scénario et le traitement graphique.
Pise, 15e siècle. Le jeune Angelo da Canossa, petit-fils d’un tailleur de pierre qui a les faveurs du grand banquier Médicis, s’est vu accordé le privilège, bien que roturier, de pouvoir étudier à l’Université de Pise. Dès son premier jour, il apprend que les lieux sont soumis à la loi du respect des puissants et que les étudiants se divisent en groupes suivant leur nationalité ou leur maison. Ainsi, l’héritier des Médicis et ceux qui leur doivent allégeance accueillent-il Angelo dans leur cercle. Le jeune homme est tellement peu au fait des codes régissant les rapports politiques et sociaux des grands qu’il ne manque pas de faire des gaffes. En retour, les membres de son cercle lui jouent un petit tour à leur façon. C’est donc par le plus grand des hasards qu’Angelo croise le chemin de Cesare Borgia, énigmatique jeune homme à la tête du cercle des espagnols. La réputation de Cesare parvient aux oreilles d’Angelo : génie dans les études bien que peu présent aux cours, fils d’un cardinal d’origine espagnole et de sa maîtresse italienne mariée par la suite à un noble italien, peu apprécié des Médicis et des italiens en général, promis à la succession de son père biologique. Candide, Angelo ignore la distance de classe sociale et se lie d’amitié avec cet étrange homme de son âge dont le charisme et la générosité le subjuguent. Aux côtés de Cesare, Angelo va s’éveiller au monde et à ses enjeux, comprendre que la destinée de son nouvel ami sera grande mais source de bien des tourments. Cesare Borgia entend gravir les plus hauts échelons et abattre la papauté, source de mensonges aliénant les petites gens à leur misère.Et tous les moyens seront bons.

Miguel, bras droit et protecteur de Cesare, explique à Angelo à quoi ressemble le monde dont vient son nouvel ami

Défi surprenant pour un mangaka, l’adaptation artistique et scénaristique d’une biographie telle que celle de Cesare Borgia paraît une idée déroutante. Pourtant, Fuyumi Soryo ambitionnait depuis longtemps de se mettre à l’ouvrage, désir né sans doute de sa formation classique. Avec les deux premiers tomes sortis simultanément par Ki-oon, on a une première idée des promesses que réserve ce titre. Un respect millimétré des protagonistes ayant existé, de l’esthétique de la Renaissance italienne (architecture, vêtements, environnement urbain et rural), de la réalité historique globale (pas seulement des personnages principaux mais aussi du contexte politique et social) le tout avec des dialogues nets et précis, un graphisme réaliste et délicat qui aide le lecteur à s’attacher aux personnages. Fuyumi Soryo a travaillé pendant des années sur ce projet avant de le mettre réellement en forme pour le mensuel Morning qui avait déjà publié son ES Eternal Sabbath. Aujourd’hui, Cesare comprend déjà 9 volumes et se poursuit, preuve évidente que cette série est d’une qualité stupéfiante. Voilà longtemps que je n’avais lu un manga aussi prometteur, et parole d’historienne de l’art passionnée d’histoire italienne, vous ne pouvez qu’aimer Cesare. Source de divertissement autant que de connaissances, Cesare entend retracer la véritable histoire de Cesare Borgia et le débarrasser du mythe parfois exagéré de tyran qui aurait fait couler le sang de son propre frère, violé sa sœur et assouvi l’Italie jusqu’à l’Espagne dans sa soif de pouvoir.

Cesare, Miguel et en fin de ligne Angelo

A quel point Fuyumi Soryo, secondée par le spécialiste nippon de l’histoire de la Renaissance Motoaki Hara saura t-elle être fidèle à la réalité passée ? J’ai hâte de le savoir ^ ^
Avec la montée du succès de la série TV Borgia produite par Canal +, Ki-oon a eut du nez : éditer en français cette série commencé en 2004 et que les fans de Fuyumi Soryo attendaient est choix de maître. L’éditeur a mis le paquet pour rendre justice à ce manga : traduction impeccable, impression et papier de qualité, jaquette de couverture superbe, bref historique en préface pour les néophytes, bibliographie et repères chronologiques en fin de chaque tome, interview de l’auteur et de son conseiller en fin du second volume.

 

Cesare, un manga unique en son genre à lire si on aime que le manga brise ses codes et s’attaque à des domaines atypiques avec brio !

3 Réponses

  1. Dakus

    Donc la série a débutée en 2004 et elle ne compte que neuf tomes ? Et bien, il faudra être patient, d'autant plus que cette série risque d'être longue si Fuyumi Soryo et Motoaki Hara décident de retracer l'histoire de Cesare Borgia dans ses moindre détails ! D'ailleurs est-ce que tu as remarqué si l'auteur est vraiment fidèle à l'histoire originelle, ou bien s'il prend tout de même quelques libertés ?

    Répondre
  2. Clem18

    Sorry Dakus d'avoir tardé pour te répondre ^ ^'

    Je pense que ce sera une longue longue, peut-être 20 tomes. Le rythme de parution est long parce que la prépublication se fait dans un mensuel déjà… Pour ce qui est de l'exactitude historique, d'après ces deux premiers tomes, je pense que les auteurs sont fidèles à l'histoire avec un grand H pour le moment. Ensuite, pour ce qui sera de faire la différence entre l'histoire et la légende… reste à voir mais le contexte historique italien est bien retranscrit, c'est prometteur et agréable!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.