Critique de Jojo’s Bizarre Adventure : The Animation

Critique Manga, Jojo's Bizarre Adventure, Japanimation, Japanime, Hirohiko Araki

Nom : Jojo’s Bizarre Adventure
Genre : Shonen
Type : Anime
Auteur : Hirohiko Araki
Studio : David Production
Début de diffusion : 5 octobre 2012
Nombre d’épisodes : 20 épisodes (en cours)

Pour ceux qui ne connaitraient pas cette œuvre, Jojo’s Bizarre Adventure est un manga de Hirohiko Araki débuté en 1987 dans le Weekly Shonen Jump, et poursuivi à présent dans l’Ultra Jump. Cette série est toujours en cours publication au Japon, elle compte actuellement un total de 108 tomes, et l’histoire est divisée en huit parties. Jojo’s Bizarre Adventure aura inspiré beaucoup d’auteurs et de séries de jeux vidéo, comme par exemple les Stands de Persona ou de Blue Dragon, ainsi que des mangakas tels que Tite Kubo, Yoshihiro Tagashi, ou encore Nobuhiro Watsuki.


L’une des particularités de Jojo’s Bizarre Adventure est justement cette scission du scénario où dans chaque nouvel arc un nouveau héros entre en scène, mais pas seulement ! Le lieu et l’époque changent eux aussi ! Cela permet notamment de varier les environnements et d’éviter une trop grosse montée en puissance du héros. Mais malgré ce changement régulier de héros, il faut savoir qu’ils ont tous au moins une chose en commun : ce sont des descendants de la famille Joestar.

Sachez également que la série d’animation qui a débutée le 5 octobre 2012 au Japon n’est pas la première adaptation en anime de Jojo’s Bizarre Adventure. En effet, le manga de Hirohiko Araki a eu droit en 1993 à une première série d’OAV centrées autour de Kûjô Jôtarô, personnage principal de la troisième partie du manga, puis a une seconde fournée d’épisodes ayant vu le jour en 2000, et enfin à un film intitulé « Phantom Blood » qui est sorti en 2007. N’hésitez pas à y jeter un coup d’œil.

Jonathan Joestar, héros de la saison 1
 

En ce moment, la nouvelle série Jojo’s Bizarre Adventure en est au deuxième arc du manga. Etant donné le nombre très important de tomes, le studio David Production a décidé de zapper beaucoup d’éléments superflus afin d’aller à l’essentiels. Comme ce fût le cas dans d’autres séries, telles que FullMetal Alchemist Brotherhood, ou encore la version 2011 de Hunter x Hunter. Afin que vous vous en rendiez bien compte, en à peine neuf épisodes, la première partie a été survolée ! Puis là nous en sommes à l’épisode 20, et nous nous approchons tout doucement du dénouement du deuxième arc.

Malgré un changement de héros à chaque nouveau chapitre de l’histoire, ceux-ci gardent toujours le surnom de « Jojo ». Cela semble logique étant donné le titre du manga, et il ne faut pas chercher bien loin la source de ce surnom. Par exemple, le héros du premier arc se nomme Jonathan Joestar, d’où le surnom de « Jojo », puis son petit-fils – qui est le héros de la deuxième partie du manga – s’appelle Joseph Joestar. Comme vous le constatez, il y a donc toujours une répétition du son « Jo » dans leurs noms et prénoms.

Synopsis : Jonathan Joestar (Jojo), fils d’un aristocrate anglais, s’oppose à son
frère adoptif Dio, qui projette de s’emparer de son héritage. Un jour,
Dio met un étrange masque aztèque, qui le transforme en un monstre
sanguinaire…Deux hommes regardent le monde par la même fenêtre: l’un
voit la boue, l’autre les étoiles…

Concernant les combats, nous sommes loin des shonens classiques où le héros et ses amis sont dépassés par la puissance de l’adversaire qu’ils affrontent, mais où grâce au pouvoir de l’amitié ils trouvent en eux une force cachée capable de venir à bout du gros méchant ! Non, dans Jojo’s, chaque combat peut aboutir à la mort d’un personnage principal, voir à la mort du héros. Les combats sont souvent assez rapides et prennent la forme d’énigmes où la réflexion est de mise. Il ne faut donc pas foncer bêtement dans le tas, sous peine d’une mort certaine. Chaque affrontement apporte donc sa dose de stress et de suspense, puisqu’on ne sait jamais si notre petit Jojo et ses camarades en ressortiront vivant ou pas.

Un anime où t’en chialerais presque tellement qu’il est bon !

Du point de vue de l’animation, le studio David Production garde cet aspect particulier de la série, à mi-chemin entre le manga et le comics, tout en proposant un univers et des personnages à l’aspect crayonné. Cette patte graphique toute particulière rend Jojo’s Bizarre Adventure encore plus unique et accentue la violence des combats, ce qui permet de renforcer l’immersion ! Au-delà de l’aspect visuel, la série bénéficie également d’une excellente bande-son. Il suffit de s’intéresser aux différents openings et endings pour s’en rendre compte immédiatement.

Au final, Jojo’s Bizarre Adventure est donc une série exceptionnelle à laquelle il faut absolument s’intéresser ! Au même titre que Dragon Ball, il s’agit d’un pilier du shonen manga ayant inspiré de nombreux auteurs, mais qui n’a malheureusement pas rencontré le même succès. Il ne reste qu’à espérer que cette nouvelle série d’animation, mais également la sortie en occident de Jojo’s Bizarre Adventure : All-Star Battle, et la réédition par Tonkam des parties 1, 2 et 3 du manga, permettront de populariser cette œuvre en dehors du Japon.