Connect with us

Critique Jeux Vidéo

Notre critique de Blue Reflection: Second Light

Published

on

Éditeur : Koei Tecmo
Développeur : Gust
Genre : A-RPG, Aventure
Version testée : Playstation 4
Autre supports : Nintendo Switch, Microsoft Windows
Langue : Textes en anglais
Classification : + 12 ans
Sortie en France : 9 Novembre 2021
Taille d’origine : 18 Go
Prix moyen : 59,99€

Acheter Site officiel

Gust, créateur des séries Atelier, nous revient aujourd’hui avec celui qui se veut apaisant et sans prise de tête, Blue Reflection: Second Light. Après un épisode au succès moyen, celui-ci fera-t-il mieux ? Est-ce que vous êtes prêts à passer ces derniers jours de l’été avec nous ?…

Un groupe de filles paumées…

Ao Hoshizaki, une jeune fille “banale”, se rendit à ses cours d’été lorsque soudainement, elle disparut… Elle se réveilla dans un lycée isolé, entouré d’eau, seule, sans aucun souvenir et sans comprendre ce qu’il lui est arrivé. Très vite, elle y rencontrera trois autres filles qui ont vécu la même chose.

Un jour, elles remarquent d’autres endroits étranges que nous appellerons les “Heartscapes” (qu’on pourrait traduire par les reflets du cœur).  Dans ces dimensions, elles auront la surprise d’y découvrir leurs souvenirs… Elles ne perdront pas de temps pour les arpenter, et essayer d’en dénicher les mystères et pourquoi pas, y trouver une solution pour rentrer chez elles…

Les terres de l’été…

En contrôlant Ao, vous pourrez explorer l’école et interagir avec les autres membres du groupe. Des séquences de dialogues avec les filles peuvent y être débloquées. Si vous répondez correctement, celles-ci vous débloqueront de nouvelles compétences qui vous avantageront lors de vos combats (compétences d’attaques, de soutiens etc…). Vous pourrez également vous aventurer dans d’autres zones comme les Heartscapes, où vous pourrez combattre des monstres et collecter des matériaux pour l’artisanat (armes, équipements…).

Attention tout de même lors de vos pérégrinations, il va falloir vous faire discret si vous comptez essayer de tout explorer. Comme dans le premier épisode, le joueur peut également interagir avec les personnages en leur envoyant des messages par le biais d’une application mobile intégrée au jeu, mais aussi pour y prendre en compte leurs demandes sous forme de quêtes ou avoir un rencard.

Les combats, tout un art !

Pour lancer un combat, vous pourrez prendre l’avantage en attaquant votre ennemi en premier sur la carte et là le combat se lancera ! Pour le système de combat en lui-même, nous serons sur du tour par tour, pour le reste vous dépendez d’un système “d’Ether” qui se remplit au fur et à mesure. C’est cette barre qui s’accumulera à chaque coup donné ou reçu, qui vous permettra d’utiliser vos attaques.

Vous aurez le choix entre l’attaque lente et puissante ou alors rapide mais moins dévastatrice. Vous pourrez choisir de vous concentrer sur les faiblesses de vos ennemis aussi, ce qui peut être une bonne technique pour vaincre vos adversaires les plus coriaces. Le titre n’est pas réellement difficile en soit, les ennemis n’ont que très peu de PV et font très peu de dégâts…

Ce qui pointe l’un des problèmes majeur du titre, sa répétitivité et son manque de challenge. Passer les premières phases d’exploration et de combats excitantes, vous vous lasserez rapidement… C’est souvent le souci qu’on a sur ces petits jeux, et encore une fois celui-ci ne fait pas exception.

Esthétiquement…

Comment dire, c’est pas moche… non, ce serait mentir de dire que les modèles 3D soient moches. C’est juste que le jeu accuse le coup graphiquement, il y a du crénelage (effet d’escalier) partout, le jeu aurait pu sortir en début de PS4, on y verrait que du feu…

Et de ce fait, il ne met pas suffisamment en valeur les modèles 3D plutôt réussis. Et c’est bien dommage car le character design est charmant et chatouille la rétine ! Les décors sont également assez pauvres et rébarbatifs, ce qui n’aide pas non plus à l’immersion.

Une beauté pas assez exploitée…

Blue Reflection: Second Light est un titre au design superbe, mais avec une technique d’un autre temps. Ajoutez à cela un gameplay et une exploration lassante et sans saveur, et vous obtenez un jeu moyen sur lequel on reviendra juste de temps à autre pour avancer tout doucement et dont on finira par abandonner par perte d’intérêt… Et c’est bien dommage !

Trailer

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha fifty six − = forty nine