Connect with us

Critique

Notre critique de Gôshu, le Violoncelliste

Published

on

Auteur: Kenji Miyazawa
Editeur: Ynnis Editions
Collection: Roman
Genre: Nouvelle
Public: + 10 ans
Contenu: 63 pages
Prix: 9,95 euros
Sortie: 21 août 2019
Statut de la série: One shot

Acheter Site officiel

Résumé

“Le chef d’orchestre est exaspéré. Son jeune violoncelliste ne laisse transparaître aucune passion dans son jeu. Désespéré, Gôshu répète inlassablement ses morceaux sur son instrument abîmé. En vain… jusqu’à ce qu’un chat lui demande de lui jouer Rêverie de Schumann…”

Notre critique

Cette nouvelle de Kenji Miyazawa, parue au Japon en 1934, a été adaptée en film en 1982. Il faudra cependant attendre 2001 pour que le film arrive en France.

Cette histoire met en avant le travail et l’importance de l’entraide. Deux qualités de vie importantes. En effet, le personnage principal de l’histoire, Gôshu, est motivé pour travailler son instrument mais, comme il travaille seul, il ne sait pas toujours se corriger efficacement. En acceptant l’aide -et les critiques- de ceux qui lui tendent la main, le jeune homme pourra améliorer la qualité de son jeu musical.

Cette histoire est tout à fait accessible à un jeune public. Son vocabulaire est facilement compréhensible et les morceaux de musiques que le personnage joue sont clairement cités, ce qui permet d’allier l’écoute à l’histoire. Pour les enfants, cela permet une introduction à la musique classique.

L’édition proposée ici est intéressante car, en plus de l’histoire qui est abondamment illustrée, se trouvent deux annexes: Un article de Stéphanie Chaptal intitulé ‘Du papier à l’écran‘ qui raconte l’histoire de la création du film et une interview de Edgar Moreau, un violoncelliste professionnel qui raconte ses impressions sur le film.

La mise en page utilise une typographie grande et claire qui permet une lecture confortable.

Les illustrations ont été faites pour la présente édition, qui propose également une nouvelle traduction. Elles sont cependant assez proches du style de dessins de l’animé. Cela permet, pour ceux qui ont vu le film, de pouvoir de remettre encore plus facilement dans l’histoire.

Cette belle petite histoire peut avoir plusieurs niveaux de lectures et chaque lecteur y trouvera son compte, du plus jeune au plus âgé. Cet ouvrage mérite sa place dans toute bibliothèque familiale.

Geekette assumée et grande fan de manga depuis Dragon Ball. J'ai une fâcheuse manie de lire tout ce qui me tombe sous la main, ce qui permet de faire les meilleures découvertes.