S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessin : Chiho Saitô
Scénario : Chio Saitô
Éditeur : Soleil Manga
Collection : Shojo
Genre : Historique
Public : Averti
Contenu : 384 pages
Sortie : 8 novembre 2017
Prix : 14,99 €
Statut de la série : Terminé en 1 tome

Acheter Site Officiel

Résumé

Le vicomte Tristan de Valmont est connu pour être un libertin très volage. Alors qu’il fuit Paris après avoir éconduit une nouvelle fois sa dernière conquête, il se réfugie en campagne chez sa tante, Mme de Rosemonde, où il fait l’étonnante rencontre de la présidente de Tourvel. Il écrit immédiatement à sa grande confidente, la marquise de Mertreuil pour lui parler de son prochain objectif: la conquête de la présidente. Son amie en profite pour l’enquérir à son tour d’une mission. Tous deux souhaitant se venger de Mr Gercourt, Mme de Mertreuil propose à Valmont de déflorer la future femme de ce dernier avant le mariage afin qu’il subisse un affront suprême. C’est d’ailleurs dans ce but qu’elle a pris la jeune Cécile de Volanges comme pupille afin de mieux la manipuler. La pauvre jeune fille ainsi que celui qu’elle aime sincèrement, le chevalier Danceny, vont devenir les jouets de ces deux nobles qui aiment se moquer de la société, en se livrant à des manipulations et à la débauche. Mme de Mertreuil et Valmont vont alors s’adonner à une correspondance continue concernant l’avancée de leurs manipulations. Cependant, le vicomte tombe sincèrement amoureux de la présidente de Tourvel et devient la cible de Mme de Mertreuil qui y voit un moyen de plus de procéder à un petit jeu sadique. Tantôt manipulateurs, tantôt manipulés, personne ne sortira indemne de la folie de ces nobles.

Notre critique

Après plusieurs adaptations en roman, au théâtre ou encore au cinéma, Chiho Saitô nous offre cette fois une version manga du célèvre roman du 18ème siècle de Choderlos de Laclos: Les Liaisons Dangereuses.

Le manga est présenté dans le sens de lecture européen tout comme l’œuvre originale, faisant ainsi un petit clin d’œil au lieu de l’action: Paris. Le récit n’est pas divisé en chapitre mais en acte comme une pièce de théâtre ou plus vraisemblablement ici en opéra. L’opéra de Paris va d’ailleurs avoir une place importante dans le récit et apparaitra plusieurs fois car c’était au 18ème siècle un lieu de rencontre de la haute société.

Tout comme dans le roman, nous suivons les petits jeux de Valmont et de Mme de Mertreuil face à la société du siècle des lumières. Nous pouvons alors lire leur correspondance tout comme dans l’œuvre d’origine avec un petit plus sur leur vie de tous les jours. Personne n’est épargné dans le récit et nous pouvons nous prendre d’affection pour les pauvres victimes du vicomte et de la marquise.

Le manga étant un one shot, on peut profiter d’une très belle œuvre, qui nous tient en haleine jusqu’au bout, en une seule fois. Un petit bémol est cependant à noter avec un manque de marque de temps. On ne sait pas combien de temps se passe entre les scènes, ce qui est un peu perturbant. De plus, on passe parfois très vite d’un évènement à un autre, qui n’ont de prime abord aucun lien entre eux, sans plus d’explications, comme si on avait manqué une partie de l’histoire et cela rend parfois la lecture difficile. De plus, le style de langage est tourné comme à l’époque du 18ème siècle ce qui nous aide à nous plonger dans l’univers mais cela peut parfois également devenir lourd et cassé le rythme de la lecture.

Les arrière-plans sont pour la plupart assez épurés permettant de mettre l’accent sur les détails des vêtements des personnages ou sur un meuble. En effet, ces derniers sont très travaillés nous faisant ressentir l’ambiance de la haute société au siècle des lumières. Les paysages extérieurs sont quant à eux minutieusement dessinés car les personnages y sont alors mis en second plan. L’équilibre entre les arrière-plans et les acteurs se fait alors judicieusement au profil de chacun permettant une lecture aisée sans que les dessins ne soit trop chargés.

Il est également à souligner que la couverture du livre a reçu une attention toute particulière. Sans l’ouvrir, il est facile de penser que nous tenons un roman du 18ème siècle dans les mains. L’épaisseur du roman donne un effet de vieille reliure et des feuilles d’or dessinées sur la jaquette viennent agrémenter cette sensation. Sans même lire le contenu, ce livre est déjà un ravissement pour les yeux.

Notre critique de Les Liaisons Dangereuses

En conclusion, malgré des personnages assez caricaturés du siècle des lumières, Les Liaisons Dangereuses nous présente un drame littéraire français qui ne manque pas de retenir notre souffle jusqu'à la fin. Des vengeances, de la trahison et de l'amour, Chiho Saitô met magnifiquement en scène et nous replonge avec émoi dans cette œuvre classique de Choderlos de Laclos.

Scénario92%
Dessin96%
Édition92%
Originalité90%
Mise en scène91%
Intérêt sur la durée100%
On a aimé
  • Dessins travaillés avec minutie
  • Récit qui tient en haleine
  • Très belle adaptation en manga
On a moins aimé
  • Manque de repère de temps
94%Splendide

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.