Connect with us

Critique

Notre critique de Sayuri

Saya

Published

on

Dessinateur : Oshikiri Rensuke
Scénariste : Oshikiri Rensuke
Éditeur : Omaké Books
Collection : Seinen
Genre : Suspense, Horreur
Public : + 14 ans
Contenu : 384 pages
Sortie : 12 novembre 2020
Prix : 12,99€
Statut de la série : One-shot

Acheter Site Officiel

Résumé

Norio et sa famille emménage dans une ancienne maison. Leur père, Akio, a économisé une bonne partie de sa vie pour se permettre cet achat, dont il rêvait depuis bien longtemps. Laissant derrière lui un minuscule appartement, Norio s’installe avec ses parents, sa sœur aînée et son cadet, ainsi que leurs grands-parents dans cette maison à l’atmosphère particulière. Peu de temps après leur arrivée, Akio décède et d’étranges phénomènes se produisent…

Notre critique

Akio a acheté une vieille maison pour lui et sa famille. C’est un vieux rêve qu’il réalise et qui lui permet d’accueillir sous son toit ses parents, car sa mère perd un peu l’esprit. Père de trois enfants, chacun a la chance d’avoir sa propre chambre, son propre espace. C’est une famille classique qui s’installe donc dans cette maison, qui semble un peu à l’abandon. Mais dès la première nuit passée, Akio dort mal et Shun, le cadet, ne se sent pas à l’aise dans cette maison. Peu de temps après leur emménagement, Akio est victime d’une crise cardiaque. Keiko, la fille aînée, déjà en pleine crise d’adolescence, se renferme encore plus sur elle-même et ne dort plus. C’est au tour du grand-père de les quitter subitement, laissant la famille désemparée face à ses disparitions. Alors que le voisinage tente de mettre en garde la famille du terrible passé de cette étrange maison, les membres de la famille de Norio disparaissent les uns à la suite des autres…

D’abord publié en deux volumes, ce manga bénéficie ici d’une publication en un seul volume, ce qui lui permet de bien nous plonger dans l’horreur de cette histoire. Petit à petit, Rensuke Oshikiri glisse dans ses pages une ambiance de plus en plus oppressante et glaçante. On monte de plus en plus dans l’horreur, pour notre plus grand plaisir. Déjà connu pour le Perce-neige, paru chez le même éditeur, l’auteur n’a pas son pareil pour décrire la souffrance et les émotions de ses protagonistes, et surtout pour créer une ambiance horrifique à nous glacer les sangs.

La psychologie des personnages est très bien travaillée : Keiko a un comportement typique d’une adolescente, en opposition avec l’autorité et qui s’isole dans sa chambre ; le jeune Shun est comme les jeunes enfants, à vouloir faire comme les grands, mais encore sous l’influence de ses peurs ; la mère de Norio est une femme qui transpire la dépression par tous les pores de sa peau après le décès soudain de son mari ; et la grand-mère atteinte de démence épuise à elle seule toute sa famille, qui ne peut lui faire comprendre le décès de son fils dont elle prétend sentir la présence à ses côtés. Une fois de plus, Rensuke Oshikiri a créé des personnages qui nous paraissent réels, avec des réactions que nous connaissons tous, pour les avoir rencontrés au moins une fois. Et c’est ce qui rend ce manga aussi effrayant, car on étouffe avec les héros dans cette ambiance glauque que dégage cette ancienne bâtisse au terrible passé.

Le trait particulier de l’auteur sert magnifiquement le scénario. On a un dessin sombre, des visages très expressif dans la douleur, aux traits relativement fins et réguliers, mais également assez laids par moment. On trouve de grandes cases, sans texte, où les scènes présentées expliquent à elles seules l’action et toute l’horreur vécue par les différents protagonistes. La signification du titre, ainsi que de la jaquette, apparaîtra à chaque lecteur une fois l’ouvrage terminé. C’est une belle jaquette, aux couleurs sombres et pastelles qui nous est offerte, telle un écrin pour cet effrayant joyau.

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ seventy four = seventy five