Connect with us

Critique

Notre critique de Shining Resonance Refrain

Kurama

Published

on

Lisez notre avis concernant Shining Resonance Refrain et suivez toute son actu sur Nipponzilla, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma
Éditeur : Sega
Développeur : Sega, Media Vision
Genre : RPG
Version testée : PlayStation 4
Autre supports : Nintendo Switch, PC et Xbox One
Langue : Textes en anglais
Classification : + 12 ans
Sortie en France : 10 juillet 2018
Taille d’origine : 11,02 Go
Prix moyen : 49,99€

Acheter Site officiel

La série Shining est connue au Japon depuis les épisodes Megadrive. La tournure qu’a pris l’univers à partir des épisodes Tears et Wind sur PlayStation 2 n’a pas plu à tout le monde. Passer d’un style très mature à quelque chose de plus fan service en a rebuté plus d’un, surtout quand on sait que le designer des derniers titres, Tony Taka, a travaillé sur des Doujinshi Hentai…

En dehors de l’aspect graphique, la qualité du scénario, pas réellement au top avec beaucoup de répétitivité, a fait que les fans ont tourné le dos à cette licence. Le dernier épisode en date, Shining Resonance, nous revient aujourd’hui sur PlayStation 4 sous l’appellation « Shining Resonance Refrain ». La série a-t-elle enfin évolué ? Que vaut réellement cet épisode ?

Il était une fois des dragons…

L’histoire prend place sur les terres d’Alfheim, un monde où les dragons existaient autrefois. Après la mort des derniers survivants, leurs âmes ont été cristallisées et éparpillées aux quatre coins du monde. Mais contre toute attente, l’un d’entre eux est toujours en vie, Kouryuu Yuma Ilburn, un jeune homme qui ne souhaite plus utiliser ses pouvoirs pour éviter de faire du mal autour de lui. Malheureusement, l’Empire et l’Église convoitent sa force pour dominer le monde, notre jeune ami n’aura d’autre choix que d’embarquer dans un combat qu’il n’a pas choisi et de se battre pour ceux qu’il aime.

Découverte de l’exploration

Après des phases de dialogue qui peuvent paraître interminables par moment (le jeu n’étant pas traduit, l’attente semble encore plus longue…), on se retrouve à prendre en main la belle princesse Sonia Blanche. L’exploration est tout à fait classique, vous vous dirigez dans un environnement en 3D avec des monstres à affronter en temps réel. Juste avant que le combat se lance,  essayez de prendre l’ennemi par surprise pour gagner un bonus en combat, si vous réussissez il sera étourdi quelques instants, ce qui vous permettra d’avoir l’avantage. En l’occurrence, si vous foncez tête baissée, c’est vous qui subirez un handicap, faites extrêmement attention à ça car avoir ce genre de malus contre un ennemi puissant peut vous coûter le Game Over !

Des combats “rythmés”

Pour le gameplay, ce sera Rond pour les coups classiques et Triangle pour les attaques plus fortes. Vous pourrez aussi maintenir le bouton L1 et attaquer ensuite avec Carré, Croix etc…. Des techniques y seront assignées, vous les débloquerez en montant de niveau. Ce qu’il faut savoir aussi, c’est que Yuma a accès à sa transformation de dragon (qui peut vous sortir de situations périlleuses) en appuyant simultanément sur L1 et R1. Faites bien attention car elle consomme sa jauge de MP et passé la barre des 20 MP restants, notre héros devient incontrôlable et entre en mode Berserk ! Assurez-vous d’arrêter la transformation en appuyant de nouveau sur L1 et R1 pour éviter de mourir car sous cette forme, il confond ses amis et ses ennemis. Par la suite, vous pourrez activer le Band System qui empêchera “Yuma dragon” d’attaquer tout ce qui bouge et donnera un boost à vos alliés. Le terme Band est une trouvaille sympathique puisque les personnages utilisent la musique pour combattre.

Une inspiration de chaque instant ?

Après toutes phases explorées, vous reviendrez au village, lieu de repos et d’emplettes en tout genre. Vous aurez les ingrédients habituels d’un RPG, acheter des potions, parler aux gens (qui vous feront des requêtes) etc… Si vous avez joué à d’autres épisodes de la série Shining, vous remarquerez très vite qu’énormément de choses ont été reprises dans le système de jeu et d’exploration. Chaque titre a toujours ressemblé au précédent, mais c’est tellement flagrant que ça en devient déconcertant. Et ce qui est très troublant, c’est que Shining Resonance Refrain se rapproche énormément de la série Tales of , que ce soit dans les combats, la modélisation de la carte, la manière dont sont créés chaque zone, les coffres qu’on ramasse, les points de récolte et j’en passe !

Draguer, c’est la vie

Lors de vos arrêts aux feux de camps, pendant vos pérégrinations ou alors de retour au village, vous pourrez draguer les filles qui vous accompagnent. Parlez à celle que vous préférez avant d’aller vous coucher et celle-ci vous posera des questions lors d’un tête-à-tête, essayez de répondre juste et vous augmenterez votre affinité avec elle. Il y a pas mal de costumes de disponibles, aussi bien pour les filles que les garçons, le jeu vous laisse le choix d’habiller votre personnage comme vous le souhaitez et peu importe quand. Ça reste sympa quand vous voulez avoir une tenue qui sort de l’ordinaire lors des cutscène.

Un ajout sympathique

Sachant que le titre embarque déjà d’office tous les DLC PlayStation 3 et propose des graphismes améliorés, il y ajoute en plus le nouveau mode Refrain. Il s’adresse à ceux qui ont déjà terminé Shining Resonance sur PS3 car il met en avant la princesse Excela et le chasseur de dragon Jenius (ils pourront d’ailleurs rejoindre votre équipe désormais). C’est plutôt agréable d’augmenter la durée de vie en approfondissant l’histoire des antagonistes, on sait tous que les personnages ennemis n’ont que très rarement la chance de briller aux yeux des joueurs alors qu’ils ne demandent que ça !

Trailer