Connect with us

Critique

Notre critique de The Caligula Effect 2

Published

on


Éditeur :
Nippon Ichi Sotware
Développeur : Historia Inc.
Genre : A-RPG, Aventure
Version testée : Playstation 4
Autre supports : Nintendo Switch
Langue : Textes en anglais
Classification : + 12 ans
Sortie en France : 19 Octobre 2021
Taille d’origine : 6,7 Go
Prix moyen : 49,99€

Acheter Site officiel

Après un premier épisode de Caligula Effect plutôt sympa sur pas mal d’aspects, l’équipe de Persona nous pond une suite qui est censée faire mieux que son grand-frère. Entre style très proche de la série Persona, des mécaniques quasi similaires et une exploration copiée-collée, Caligula Effect 2 sur le papier, eh bien ça ne peut que plaire. Mais ça c’est… sur le papier…

Plot plutôt classique…

Cinq ans plus tard, après l’expérience dramatique qu’a vécu le monde avec μ qui avait piégé des gens dans un monde parallèle, les choses se reproduisent. Une nouvelle idole virtuelle appelée Regret fait son apparition et piège des personnes dans son monde, nommé Redo. Son but est de faire vivre une existence de rêve aux gens dans son monde, loin de ce qu’elle considère comme l’enfer sur terre…

Mais l’arrivée de χ, la fille de μ, lui mettra des bâtons dans les roues car cette dernière pense que l’être humain n’apprendra jamais de ses erreurs de cette manière, et que ce n’est pas la meilleure des solutions. Entre thriller psychologique et SF, il n’y a qu’un pas…

Trop de simplicité…

Le gros reproche qu’on peut lui faire de suite, c’est l’histoire, qui reprend malheureusement la trame générale du premier opus. Les bases sont là, sans trop se fouler… l’éditeur nous sert un plat réchauffé. Pour continuer dans les défauts, ajoutons-y des dialogues envahissants à souhait avec des personnages qui parlent pour ne rien dire. Ce serait déjà ennuyeux dans la langue de Molière, mais ici en anglais ça aura encore plus tendance à agacer, et la plupart des joueurs finiront par les passer, tellement ils sont, en grande partie, inintéressants…

Le jeu est d’ailleurs assez simple dans son ensemble, à part quelques ennemis qui ont vingt niveaux de plus que vous, aucun défi ne sera vraiment à relever, vous avancerez haut la main ! Pour ceux qui n’aiment pas se prendre la tête, ils en seront ravis, mais les autres qui cherchent un jeu hardcore, passez votre chemin car même en difficile, ce sera une promenade de santé.

Le système de combat n’est pas compliqué à prendre en main, il y a bien quelques subtilités, comme le fait de pouvoir casser la garde de l’ennemi en le sonnant grâce à certaines aptitudes, ou encore les combos à trois quand votre jauge est au max. Mais le souci notable encore une fois, c’est qu’on n’y prête aucunement attention, vu qu’on roule sur le jeu. Les environnements ont tendance à se répéter, et même si la musique est prenante, à force de l’entendre en boucle, on a envie de tout casser…

Rassurons-nous…

Non, le titre n’a pas que des points négatifs, et heureusement ! Déjà, même si elle peut rendre fou par sa répétitivité, la bande son est très jolie. Jouant avec le style k-pop sous des airs de Vocaloid, si vous aimez le genre, vous serez conquis. Pour les personnages, ils ont des designs très manga et dans la veine de ce que l’on peut voir sur Persona (eh oui, encore lui). Ils ont tous leur caractère distinct et ne font pas trop cliché. Le titre souhaitant se la jouer psychologique, le scénario propose quelques surprises plutôt bien amenées, même si elles ne sont pas assez nombreuses…

Sans être grandiose, le premier épisode avait mis la barre plus haut, on pouvait en espérer davantage pour celui-ci mais forcé de constater qu’il préfère se reposer sur ses lauriers. Pour le reste, vous aurez la possibilité d’apprendre des compétences pour les combats à travers des équipements récupérés ici et là lors de vos pérégrinations. Il est intéressant de souligner aussi qu’il vous sera possible d’augmenter l’affinité avec vos compagnons pour être plus efficace en combat. Et si les “donjons” vous lassent, vous pourrez toujours faire quelques quêtes annexes en ville, auprès des habitants en leur donnant des coups de main, des récompenses seront récoltables de cette manière.

Même si tout ceci peut donner envie, car dans le fond ça fait très Persona, oserions-nous dire que c’est un peu le Persona du pauvre ? Car rien n’est réellement exploité à fond et correctement ! On ne fait qu’ici frôler les mécaniques de cette série qui est devenue une véritable référence, et c’est bien dommage… Ou alors il aurait fallu oser le parti pris d’un tout autre genre, et là ça aurait été une toute autre chose !

Compliqué…

Difficile de donner un avis clair sur un titre pas prise de tête que certains peuvent adorer et d’autres détester. Oui, il possède des défauts majeurs, mais il reste un titre jouable et appréciable à petite dose et à petit prix, pour quiconque aime les jeux japonais et que la barrière de la langue ne bloque pas. Caligula Effect 2 est un jeu qui se veut à petit budget, essayez de lui donner une petite chance si vous tombez dessus pour pas trop cher…

Trailer

 

 

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha eighty nine − = eighty five