Connect with us

Critique

Notre critique des tomes 1 et 2 de Akamatsu (et) Seven

Lia

Published

on

Dessinateur : Hiromasa Okujima
Scénariste : SHOOWA
Éditeur : Boy’s Love IDP
Collection : Hana Collection
Genre : Yaoi
Public : + 16 ans
Contenu : 196 pages
Sortie : 23 novembre 2020
et 20 janvier 2021

Prix : 7,95€
Statut au Japon : Terminé en 3 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

“Akamatsu, lycéen délinquant, est contrarié du matin au soir. Un jour, il rencontre un étrange garçon, Seven, qui semble vivre dans un parc. Très vite, les deux jeunes prennent l’habitude de se battre chaque fois qu’ils se croisent. Quelque temps plus tard, Akamatsu apprend que son rival ne peut plus squatter le parc et qu’il est contraint de partir. C’est alors qu’il lui propose, sans trop réfléchir, d’emménager avec lui dans son petit appartement !”

Notre critique

Nouveau venu dans la collection Hana, Akamatsu (et) Seven, signé SHOOWA (Iberiko pork, Papa’s assassin…) au scénario et Hiromasa Okujima au dessin, s’est vite imposé comme un titre à ne pas manquer. Dans cette histoire terminée en trois volumes, dont deux déjà disponibles en France, on découvre une rencontre plutôt inhabituelle entre deux jeunes hommes qui se retrouvent à faire une colocation.

Akamatsu, notre héros, est un jeune homme débordant d’énergie ! Toujours à cran, le seul moyen qu’il a trouvé de dépenser ce trop-plein est d’aller se fritter avec un garçon de son âge qui traîne toujours au parc de jeu du coin. Même si Akamatsu perd chacun de leurs duels, il ne se décourage pas, et ces bagarres inoffensives deviennent un vrai rituel pour lui. Mais peu à peu, il commence à se poser des questions sur ce jeune homme répondant au nom inhabituel de « Seven » qui semble passer toutes ses nuits, et même étendre son linge dans cette aire de jeu. Lorsqu’il finit par réaliser que Seven est sans-abri, et qu’il va devoir trouver un autre endroit où dormir, Akamatsu décide sur un coup de tête de lui proposer de rester chez lui quelques temps.

Commence ainsi une colocation aussi inhabituelle qu’amusante entre les deux garçons, qui vont en profiter pour apprendre à se connaître un peu. Et si Akamatsu est d’abord assez embêté par la colocation, il se met rapidement à apprécier Seven et devient de plus en plus curieux quant aux nombreux secrets qu’il semble cacher – sa situation de SDF, son ancien « travail » qui semble on ne peut plus louche et ses anciens collègues qu’il a l’air d’essayer de fuir… Derrière cette grande part de mystère, Seven se révèle très vite être une personne très calme, attentionné et respectueux des autres, et lui aussi va commencer à s’intéresser à Akamatsu et à ses problèmes familiaux qui l’ont fait partir de chez lui pour vivre seul.

Au fil des pages, c’est une histoire vraiment pleine de charme que l’on découvre, avec des personnages vraiment attachants et une romance qui se développe tout en douceur et de manière très réaliste. Derrière les moments à la fois amusants et touchants partagés par les deux colocs se trame une histoire assez sombre et intéressante impliquant mafieux et prostitution, et quelques scènes de sexe soft et réalistes, bien que souffrant d’auto-censure.

Côté dessin, pas de reproches à faire : les pages sont bien remplies, les arrière-plans travaillés et les personnages sont expressifs. L’histoire d’Akamatsu et Seven est un vrai plaisir à découvrir et on se laissera sans mal tenter par d’autres relectures en attendant la sortie du dernier tome !

Notre critique des tomes 1 et 2 de Akamatsu (et) Seven
Conclusion
Une romance réaliste, touchante et amusante sur un fond de trame assez sombre et complexe. On adore découvrir le quotidien des deux colocs et les voir s’attacher l’un à l’autre !
Scénario
95
Dessin
85
Edition
90
Originalité
85
Mise en scène
85
Intérêt sur la durée
95
Note des lecteurs0 Note
0
On a aimé
Romance réaliste et touchante
Personnages très attachants
Histoire intéressante
On a moins aimé
Néant
95
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ninety seven − ninety one =