Connect with us

Critique

Notre critique des tomes 1 et 2 de Comet Girl

Published

on

Dessinateur : Akase Yuriko
Scénariste : Akase Yuriko
Éditeur : Casterman
Collection : Sakka
Genre : Seinen
Public : + 12 ans
Contenu : 248 pages, 264 pages
Sortie : 28 avril 2021
Prix : 11,95€
Statut de la série : Terminée en 2 volumes

« Sazan, jeune Terrien, est agent de voirie interplanétaire : il saute d’astre en astre pour opérer sur des chantiers. Son quotidien bascule lorsque Mina, chevelure flamboyante et scooter volant rouge, débarque en trombe dans sa vie… Pour repartir aussitôt : la jeune fille est pourchassée par tout ce que l’univers compte de pirates de l’espace, car elle abrite en elle un pouvoir incommensurable… Il n’en faut pas plus à Sazan pour décider de porter secours à Mina. Mais où chercher ? L’aventure commence ! »

Dès les premières pages ce manga, paru en 2019 au Japon, nous plonge en plein cœur des années ’80, grâce à son graphisme et ses références disséminées tout au long de ces deux volumes. On y retrouve une héroïne à la forte personnalité, qui nous fait voyager en plein space opera, avec des robots et des extraterrestres, parmi une pléthore de personnages au charadesign proche de ceux de Dragon Ball d’Akira Toriyama.

Sazan est un jeune terrien qui adore l’espace. Tous les jours, avec son meilleur ami Ryôji, il travaille dans cet espace qui le passionne tant et réaménage de petites planètes pour des extraterrestres. Sazan cache sous un air un peu tête en l’air et simplet, une très grande détermination et un grand courage. Lorsqu’il rencontre Mina, son cœur ne fait qu’un bond et il fera tout pour sauver cette flamboyante jeune femme. Mina est une femme comète, née de manipulations humaines. Courtement vêtue et solitaire, cette jeune femme a un caractère assez explosif et n’a pas froid aux yeux. Autour de son cou, elle porte un charmant médaillon en forme de cœur qui lui permet d’y ranger sa moto rouge. Elle est recherchée par beaucoup de créatures, humaines et extraterrestres, car elle cache sous sa frêle apparence une très grande puissance fort convoitée. Pourchassée par des pirates de l’espace, elle n’a que peu de temps pour apprécier la compagnie de Sazan, mais ces instants passés ensembles sont un véritable bonheur pour elle.

On tient entre nos mains un récit plein d’énergie et d’optimisme, malgré des thèmes forts sérieux tels que de la peur de l’inconnu et donc de l’autre, la solitude des êtres différents, ainsi que la disparition d’une partie de l’humanité afin de maintenir la paix ou encore les I.A. qui ont un intellect et un égo et donc des sentiments malgré une apparence mécanique. Ce scénario fait pleins de références aux mangas qui ont bercé l’enfance des plus âgés d’entre nous. On y retrouve du space opera et des pirates de l’espace comme dans Cobra, des personnages hauts en couleurs et aux styles proches de Dragon Ball, même le médaillon en forme de cœur de Mina nous fait penser aux Magical Girls des années ‘80. Les deux tomes sont colorisés, dans une palette de couleurs acidulées. Le trait est fin, précis, avec pas mal de détails. Le charadesign est très classique, voire un peu rétro. Sur la jaquette du premier volume, on peut voir la pétillante Mina enfourchant sa moto de l’espace et sur le deuxième, ce sont Mina et Sazan qui sont mis en avant.

Comet Girl
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Voici une chouette petite série qui va combler notre soif de nostalgie. On y retrouve tout ce qui a fait le succès des mangas il y a quelques années : les voyages dans l’espace, une super héroïne, des robots, le tout avec un charadesign fort rétro. Trouverez-vous toutes les références disséminées par Akase Yuriko dans ces pages ? A découvrir !

Scénario85
Dessin85
Édition80
Originalité90
Mise en scène85
Intérêt sur la durée85
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six × = forty eight