Connect with us

Critique

Notre critique des tomes 1 et 2 de L’amie de ma fille

Published

on

Dessinateur : Hagiwara Asami
Scénariste : Hagiwara Asami
Éditeur : Meian
Collection : Seinen
Genre : Romance, Social
Public : + 14 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 28 février 2022
Prix : 6,95€
Statut de la série : Terminée en 7 volumes

Kôsuke vivait alors comme un acteur incarnant son “lui idéal”, aussi bien dans la sphère privée en tant que père de famille, que dans sa vie professionnelle en tant que manager. Mais un jour, il rencontre Koto, une amie de sa fille. Sa vie fait alors un virage à 180 degrés. Quand il est avec elle, il arrive à rester lui-même, tout en sachant pertinemment qu’il n’a pas le droit d’éprouver ce genre de sentiments pour une adolescente… Ainsi débute ce “Middle-aged meets Girl”, une histoire dédiée à tous les contemporains que la société opprime. “

Kôsuke est veuf depuis une année et sa fille, adolescente, se renferme sur elle-même. Voulant satisfaire toutes les attentes, aussi bien professionnelles que familiales, Kôsuke ne montre jamais son lui profond. Il a donc l’impression de ne pas vivre sa vie et d’être continuellement en représentation. Alors, quand la jeune et mignonne Koto se met sur sa route, il ose enfin être lui, même si il est envahi par les doutes quand à cette relation loin d’être dans la norme…

La vie de Kôsuke est régit par le regard des autres, par les attentes de chacun. Entre les pressions liées à son travail et sa vie familiale qui part à la dérive depuis le décès de son épouse, il n’a plus l’occasion d’être lui-même et de se laisser aller. Avec acharnement, il accumule les heures supplémentaires, laissant sa fille s’enfermer de plus en plus dans son mutisme, au point qu’il ne voit même pas que Mya est en décrochage scolaire. Perdu, il ne sait comment renouer avec cette adolescente qui le rejette. C’est donc une vie sous pression qu’il vit. Un soir, il va rencontrer Koto. Travaillant comme serveuse, la jeune fille se fait chahuter par des clients et il lui vient en aide. Voulant le remercier, la jeune fille va peu à peu se rapprocher de lui et Kôsuke n’aura pas la force de la repousser. Car malgré les apparences, la vie de Koto n’est pas aussi insouciante qu’elle en a l’air. La jeune fille subit beaucoup de pressions venant de sa mère, une femme intrusive, autoritaire et parfois violente. Elle contrôle la vie de sa fille, ainsi que son smartphone. Élève parfaite, Koto doit avoir une apparence irréprochable et avoir les meilleurs résultats scolaires. Ce sont donc deux êtres malheureux, ayant besoin d’attention, de liberté et de fuir le regard des autres qui sont mis en scène dans cette histoire.

Les personnages ont une psychologie fort travaillée. Au départ, Koto ressemble à une adolescente lambda, qui veut juste aguicher un homme plus âgé. Mais au fur et à mesure, on la découvre et notamment l’univers dans lequel elle évolue, ainsi que les attentes de son entourage pour elle. Il est vrai qu’elle séduit Kôsuke, mais elle semble réellement s’inquiéter pour lui, de son niveau de fatigue ou encore de Mya, avec qui elle est amie depuis de longues années. D’ailleurs, grâce à elle, Kôsuke arrive à doucement à se rapprocher de sa fille. Koto a parfois une grande maturité pour son âge, même si elle garde son impétuosité liée à sa jeunesse. Kôsuke, lui, apprécie de plus en plus les moments qu’il partage avec Koto, les messages qu’elle lui envoie. Dans cette histoire, il est l’adulte et cette situation dresse une barrière entre eux. Il est envahit par les doutes, les questionnements, et il pense déjà au regard des autres quand ils sauront qu’il passe du temps avec une jeune adolescente, surtout sa fille. Pourtant, Kôsuke ne profite pas de la situation, il respecte Koto et n’abuse pas de ses faiblesses. Ce n’est pas une histoire de sexe, juste deux êtres qui se sentent seuls.

L’auteur joue avec les dualités. Ici, on retrouve les rendez-vous habituels pour les amoureux nippons : café, karaoké, manga-café, aquarium, alors que la relations des deux héros est loin de l’être. De plus, Kôsuke et Koto renvoient une image de réussite et de bonheur, ils ont l’air parfaits, pourtant, ils ne supportent plus toute cette pression, cette réussite qui ne leur apporte rien, ainsi que le regard des autres qui jugent sans cesse. Ils ont un grand besoin d’évasion, de liberté. Le dessin est classique, clair, régulier, avec un trait fin et droit. Les scènes de nudité sont explicites mais sans excès, ni vulgarité. Les jaquettes mettent Koto en scène dans des situations qui révèlent son côté taquin et séducteur.

L'amie de ma fille
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Voici une nouvelle série rafraîchissante, tout en dualité. On s'interroge beaucoup sur le but poursuivi par Koto, qui parfois donne une image d'adolescente qui s'amuse d'un homme qu'elle ne laisse pas indifférent, et qui parfois semble plus mature. On espère que cette série va continuer sur cette voie, avec du respect pour ses personnages, sans vulgarité, ni abus. On a adoré !

Scénario90
Dessin80
Édition80
Originalité85
Mise en scène90
Intérêt sur la durée95
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fifty nine + = sixty seven