Connect with us

Critique

Notre critique des tomes 3 et 4 de Le jour où j’ai décidé d’envahir la terre

Saya

Published

on

Dessinateur : Ogawa Maiko
Scénariste : Ogawa Maiko
Éditeur : Ototo Manga
Collection : Shonen
Genre : Suspense, Science-fiction
Public : + 12 ans 
Contenu : 190 pages
Sortie : 25 septembre 2020
Prix : 6,99€
Statut de la série : Terminée en 15 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

La relation entre Ôtori et Kôichi s’approfondit, ils se rapprochent de plus en plus, au fur et à mesure qu’ils se connaissent. Certaines habitudes se créent, comme de rentrer ensemble après les cours. Une nouvelle élève arrive à l’école et elle ne passe pas inaperçue : Ayla est très riche et blonde. Mais surtout, cette dernière est envoyée par sa grand-mère pour voir si Ôtori est encore un danger pour la Terre. C’est dans cette ambiance particulière que la fête du lycée se prépare…

Notre critique

Ototo continue de nous gâter avec la sortie simultanée des tomes 3 et 4 de cette très belle série. Kôichi et Ôtori sont tout le temps ensembles, discutent et défendent la Terre face aux autres envahisseurs. Une nouvelle élève arrive au lycée. Blonde, riche, un peu hautaine, Layla est envoyée par sa puissante grand-mère afin de statuer sur Ôtori. Ce qui intéresse la grand-mère, c’est de protéger cette Terre où elle a décidé de s’installer, car elle aussi est une extraterrestre. Elle s’est mariée à un être humain, avec qui elle a eu une descendance. Layla est donc mi-humaine, mi-extraterrestre et elle possède comme sa grand-mère, un don de clairvoyance. Cela permet à la jeune fille de lire dans le cœur des gens, et grâce à ce don, malgré une rencontre un peu violente avec Kôichi, Ayla va voir que ce dernier croit fermement qu’Ôtori veut défendre la Terre.

De plus, on voit qu’Ôtori a des sentiments au fond d’elle et qu’elle n’est pas qu’une Alien. Elle découvre que la jeune Koga, qui est très timide, n’est pas insensible au charme de Kôichi, et cela la remue un peu. De plus, le jeune homme passe beaucoup de temps avec Riko, qui vit chez lui et avec qui il a une grande complicité. L’attitude de notre héroïne vis-à-vis Kôichi change et ce dernier est perdu face à cette Ôtori qu’il ne connaît pas, qui est jalouse en fait. Dans le quatrième tome, on découvre un flash-back et on découvre une Ôtori qui a été seule pratiquement tout le temps et que Kôichi a été le premier à lui donner son amitié. En plus d’un partenaire, Ôtori voit en lui un ami, peut-être plus… L’autre facette de la jeune fille est qu’elle apprécie son quotidien fait de routine et de calme aux côtés de Kôichi, et elle s’interroge sur ce qu’elle ressent vraiment en travaillant sur les préparatifs de l’école. Occupée de toute part, cette dernière n’a pas le temps d’envahir la Terre, et cela n’a pas l’air de la déranger plus que ça.

Même si Ogawa Maiko nous donne des informations sur Nagi, comme les souvenirs qu’il garde en lui de la mort de ses parents, ce dernier nous reste toujours aussi mystérieux. Et afin de rendre ce dernier encore plus insondable, le don de clairvoyance d’Ayla ne fonctionne pas sur lui. Pareil pour Kôichi, qui grâce à un artefact de la grand-mère d’Ayla, peut voir ses souvenirs qu’il a perdu. Mais est-ce la réalité ou un rêve, comme le prétend Ôtori ? Donc, le scénario entretient le mystère, tout en avançant à un rythme assez rapide, et en nous offrant un nouvel adversaire, aux capacités plus qu’intéressantes, puisque celui-ci peut s’évaporer. De plus, le flash-back de Kôichi nous est présenté avec des extraits du Petit Prince de Saint-Exupéry, ce qui donne une dimension toute particulière à ce passage. Enfin, le dessin reste classique et régulier, avec des scènes d’action facilement compréhensibles. A la fin des volumes, on prolonge le plaisir avec des gags en quatre cases. Ce sont nos deux héros qui sont mis en avant sur les jaquettes, dans leur quotidien ainsi que dans leur enfance. N’hésitez pas à soulever cette dernière !

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ eight = one