S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Chikara Kimizuka
Scénariste : Yen Hioka
Éditeur : Soleil Manga
Collection : Seinen
Genre : Drame, School Life
Public : + 14 ans
Contenu : 224 pages
Sortie : 3 juin 2020
Prix : 7,99 €
Statut de la série : Terminée en 4 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

Takashi Ogura est un collégien de 13 ans comme les autres. Doué en baseball, il ne se sépare jamais de la batte que son père lui a donné. Sa mère tient un restaurant qui a bonne réputation; sa grande sœur a un petit copain et elle va à la fac; son meilleur ami Ken et lui sont comme deux doigts de la main; et Yuï, la fille dont il est amoureux, a accepté de faire une sortie avec lui. Takashi est le garçon le plus heureux. Mais un jour, Yuï tombe malade. Après plusieurs jours d’absence, elle revient au collège mais quelque chose a changé. Takashi essaie d’en savoir plus mais il se fait violemment repousser par la jeune fille. Il pense alors qu’elle le déteste mais lorsqu’il la suit dans les couloirs, il surprend une scène atroce: leur professeur principal est en train d’abuser sexuellement de Yuï. Quand cette dernière remarque la présence de son ami, elle murmure à l’aide. En un instant, Takashi se saisit de sa batte et massacre son professeur avant de se rendre aux autorités. Il déclare avoir tué son professeur tout en cachant à tout le monde ce que ce dernier faisait à son amie. L’information se propage vite sur les réseaux et la famille de Takashi s’effondre. Après 2 ans passés dans un foyer de rééducation, Takashi entame sa vie de lycéen dans une nouvelle ville. Il se fait des amis et recommence à sourire. Cependant la crainte que ses nouveaux amis découvrent son passé reste bien présente et Takashi a de quoi se faire du soucis car son identité est encore une fois révélée sur les réseaux. De nouveau, Takashi perd tout. Mais dans son malheur, une petite lumière apparaît: Yuï reprend contact avec lui.

Notre avis

Ce sont des thèmes très durs qui sont traités dans ce 1er tome de Anonyme!: la violence, le viol, le meurtre, la traque sociale. On nous présente un monde où plus personne n’est « Anonyme » un sujet très actuel avec des réseaux sociaux sans limites qui détruisent souvent beaucoup de vie. Takashi porte l’étiquette de meurtrier et tout le monde s’arrête à ça. Il est vrai qu’il n’a jamais donné la vrai raison de son geste mais à quoi bon puisque tous ne gardent que le mot « tueur » en tête. Seul son ami Ken pense qu’il est innocent et on le voit un peu se battre pour lui au début de l’affaire mais nous ne savons pas ce qu’il est devenu. A 13 ans, il est de toute façon difficile pour Takashi de se défendre puisque, qui le croirait? Ce n’est qu’un enfant par rapport à un professeur que l’on croit honorable. Même si pour lui c’est peine perdue, Takashi décide de protéger son amie et sa famille en se taisant, très certainement pour lui permettre de refaire sa vie, de ne pas être traitée en victime et ne pas susciter le dégoût, car on pourrait aussi dire que c’est elle qui harcelait le professeur. C’est courageux de Takashi d’endosser tout le mauvais rôle et on se prend rapidement d’affection pour lui qui devient notre héro. Mais son silence est-il vraiment judicieux? Cet homme aura gâché la vie de deux de ses élèves et c’est encore lui qui est traité en victime alors que Takashi va payer son sauvetage toute sa vie et que Yuï ne pourra jamais totalement se remettre d’une telle violence. Il n’y a vraiment pas de justice.

On voit l’impacte de cette affaire sur tous les proches de Takashi. Comme quoi les mauvaises actions d’un seul homme dérangé peuvent détruire de nombreuses vies. La mère de Takashi soutient du mieux qu’elle peut son fils et on ne peut qu’admirer sa force et l’encourager. Mais elle reste humaine avant tout et toute la haine qu’elle subit en même temps que son fils pourrait la briser. Takashi en a bien conscience et lui aussi tente de la protéger en lui cachant notamment que ça ne se passe plus bien dans son nouveau lycée. Leur lien est très fort face à l’adversité. Espérons que ce ne soit pas qu’une façade. Nous verrons également que la sœur de Takashi le rejette car elle aussi a tout perdu dans cette histoire. Nous avons ainsi deux visions dans une même famille: la solidarité et le rejet, ce qui sera intéressant à suivre.

Ce 1er tome nous raconte l’histoire du point de vue de Takashi. Nous savons comment ça se passe pour lui après le meurtre de son professeur mais il serait intéressant de savoir ce qu’il est arrivé à Yuï durant ces 3 années. Nous savons qu’elle semble reprendre le cours de sa vie même si le contact avec les garçons reste difficile mais nous avions quitté une Yuï brisée 3 ans plus tôt. Comment a-t-elle remonté la pente et pourquoi n’a-t-elle, elle non plus, jamais révélé la vérité pour aider son ami? Elle joue les jeunes filles modèles avec Takashi et lui fait miroiter un amour qui n’est pas réciproque. Yuï n’est pas franche et son attitude est très ambiguë. Qu’attend t’elle de Takashi en reprenant contact avec lui?

La chronologie des événements est un peu sans dessus dessous dans ce 1er tome. On débute avec Takashi à 16 ans qui est rejeté de tous et qui retrouve Yuï, puis gros flash-back sur ses 13 ans où on voit que tout va bien pour lui, on revient encore en arrière pour voir sa rencontre avec Yuï quand il était petit, avant de revenir à ses 13 ans pour la scène du meurtre. On finira par la dernière partie, à partir de quand il sort du foyer de rééducation, son entrée au lycée et le raccord avec le début du tome. Ce système de flash-back avec d’autres flash-back à l’intérieur n’est pas toujours facile à suivre. Il est dommage que la chronologie ne soit pas dans l’ordre avec peut-être une narration expliquant que c’est le passé avant d’avoir le présent en continu.

Au niveau du dessin, les personnages sont très biens travaillés. Les visages sont très détaillés marquant avec minutie la détresse des héros. Sur la jaquette, nous pouvons voir Takashi avec une petite bande noire en relief cachant ses yeux pour marquer son anonymat. Mais le fait que rien ni personne ne peut rester anonyme longtemps est tout de suite démontré car dès qu’on enlève la jaquette, Takashi nous apparaît cette fois sans la bande noire sur la couverture. Dès que l’on creuse un peu, tout est révélé et cette couverture de tome décrit très bien ce principe.

Notre critique du tome 1 de Anonyme

En conclusion, beaucoup de violence dans ce 1er tome de Anonyme!, même si elle est plus morale que physique. On a envie que la vérité éclate dans l'espoir d'aider Takashi. Mais d'une bonne action, on ne retiendra seulement que la mauvaise partie. Et dans tout ça, qu'est-il arrivé à Ken son meilleur ami?

Scénario90%
Dessin90%
Édition90%
Originalité90%
Mise en scène80%
Intérêt sur la durée90%
On a aimé
  • Dessin
  • Impact des réseaux sociaux
On a moins aimé
  • Chronologie hasardeuse
85%Note Finale

A propos de l'auteur

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.