Connect with us

Critique

Notre critique du Tome 1 de Assassin’s Creed – Dynasty

Published

on

Dessinateur : Zhang Xiao
Scénariste : Xu Xianzhe, supervisé par Ubisoft
Editeur : Mana Books
Collection : Manga
Genre : Aventure, historique
Public : + 14 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 1er avril 2021
Prix : 9,65 euros
Statut de la série: En cours de publication

“En Chine, durant l’an 755 de notre ère, une guerre civile éclate au sein de la prospère dynastie Tang. An Lushan, un chef militaire aux idées proches de celles des Templiers, forme une armée dissidente afin de s’emparer du pouvoir. Pris de court, l’Empire vacille et le peuple se retrouve sous le joug du tyran. Mais un assassin nommé Li E, entraîné dans les lointains et mystérieux royaumes de l’Ouest, vas e dresser contre lui dans l’espoir de sauver son pays. Formant une alliance avec les fidèles de la dynastie Tang, il devra se montrer rusé et discret afin de défaire An Lushan…”

Mené par un tandem d’auteurs lauréats de plusieurs prix, ce récit inédit dans l’univers d’Assassin’s Creed prend place dans la Chine du huitième siècle de notre ère.

L’histoire se déroule en 754-755 et se base sur un fait historique avéré : la révolte de l’officier An Lushan face à la dynastie Tang.

La série met en avant trois personnages : le général An Lushan, le chancelier Yang Guozhong et l’assassin Li E. Si les deux premiers sont des personnages historiques, le dernier est purement fictif et créé pour le récit.

An Lushan n’est pas d’origine chinoise. Il est originaire de Turquie. Ambitieux, il entre dans l’armée chinoise tout en bas de l’échelle et monte un à un les échelons. Ses faits d’armes attirent sur lui le regard de la cour. Il récupère de plus en plus de charges et, en 754, il est adopté par la concubine impériale, Yang Guifei. En 755, il est nommé prince par l’empereur. Il sera trahi par le chancelier Yang Guozhong. Sa riposte sera sanglante, forçant même l’empereur à fuir sa propre capitale.

Dans la série, ses idées le mettent du côté des templiers. Il sera donc l’antagoniste du personnage de Li E.

Yang Guozhong est, en 754, Chancelier de la droite. Il siège près de l’empereur et est le cousin de la concubine impériale. Il n’aime pas An Lushan et ne se gênera pas pour détruire sa réputation. Malheureusement, il n’avait pas imaginé que la révolte du général serait si violente. Cette révolte mettra fin à la dynastie Tang.

Li E est un jeune homme mystérieux. Originaire de Qingue, à l’ouest de la Chine. Il a voyagé jusqu’au Moyen-Orient où il est entré chez les assassins. Une fois formé, il est revenu en Chine. Il a une grande cicatrice sur le visage et est habillé entièrement en noir.

La série met également en scène le poète Li Bai qui converse avec l’assassin au début et à la fin du volume.

L’histoire commence au printemps 745, lors de la fête du premier banquet des fleurs. La capitale, Chang’An, est en effervescence. Le peuple est en liesse et s’émerveille devant la beauté des chars de fleurs qui défilent. Ce que les gens ignorent, c’est que certains hauts fonctionnaires n’hésitent pas à employer les moyens les plus vils pour s’emparer des plus jolies fleurs. Témoin du meurtre de dix-sept villageois, un homme en noir suit le cortège et s’infiltre dans le palais impérial.

Dans la grande salle où se tient la réception, un jeu de pouvoir et de tension se joue entre le général An Lushan et le chancelier Yang Guozhong. Le premier réussi à obtenir tout ce qu’il est venu demander alors que le second, lauréat du concours des fleurs, est presque ignoré de l’Empereur.

À l’extérieur, les hommes de Yang Guozhong qui ont amené les fleurs sont assassiné par un mystérieux homme en noir qui disparaît aussi silencieusement qu’il était arrivé.

Le récit est mis en scène de manière dense et maîtrisée. Les scènes se superposent de manière fluide et la tension grandissante au sein de la cour est parfaitement illustrée. En dehors du palais, l’ambiance est plus sereine, à l’exception du combat de l’assassin contre ceux qui ont tué les villageois. Cela met l’accent sur la discrétion et la rapidité du personnage.

Beaucoup de personnages historiques y sont mis en scène. Le personnage de Li E fait le lien entre aux. Ce qui est intéressant est que les personnages sont mis en scène de manière réaliste, ce qui met en avant les recherches historiques qui ont été menées pour réaliser cette série.

L’histoire est portée par un dessin réaliste et détaillé. Les personnages sont reconnaissables et expressifs. Il y a une belle recherche pour rendre le visuel crédible. Cela se remarque surtout au niveau des vêtements et des véhicules. Le dessinateur joue beaucoup sur les ombres, ce qui donne beaucoup de relief aux différents événements.

Mana Books propose une édition de bonne qualité. Le format est un peu plus grand que les mangas classiques. Le livre est agréable à lire et à manipuler. Le volume se termine sur une longue lettre du poète japonais Abe No Nakamaro qui est destinée à Li Bai. Cette lettre contient beaucoup d’élément qui réapparaîtront dans la suite du récit.

Les amateurs de la licence y trouveront largement leur compte ainsi que les amateurs de récits historiques romancés.

Assassin's Creed - Dynasty
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Voyagez au coeur d'une des plus passionnantes périodes de l'histoire chinoise dans cette aventure inédite, qui revient aux origines du conflit séculaire entre l'ordre et la liberté. Après le manga Assassin's Creed : the Ming Storm, ManaBooks propose de découvrir une nouvelle adaptation de la célèbre licence avec Assassin's Creed Dynasty, une histoire inédite signée par l'un des auteurs de l'avant garde de la BD chinoise : Xu Xianzhe.

Scénario90
Dessin85
Édition85
Originalité80
Mise en scène90
Intérêt sur la durée80
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Geekette assumée et grande fan de manga depuis Dragon Ball. J'ai une fâcheuse manie de lire tout ce qui me tombe sous la main, ce qui permet de faire les meilleures découvertes.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + = nine