Connect with us

Actualité Webtoon

Notre critique du tome 1 de Bâtard

Published

on

Dessinateur :  Youngchan Hwang
Scénariste :  Kim Carnby
Éditeur :  Ki-oon
Collection :  Toon
Genre :  Suspense, Thriller
Public : + 14 ans
Contenu : 440 pages
Sortie : 4 mars 2021
Prix : 15 €
Statut de la série : Terminée en 5 tomes

« Autour du lycée de Jin, les disparitions de femmes se multiplient… Le jeune garçon vit pourtant dans un quartier huppé grâce à la réussite de son père, P.-D.G. d’une grande entreprise. On pourrait croire qu’il a tout pour être heureux, mais l’adolescent souffre de l’absence de sa mère et d’une vie solitaire. Son seul repère est son père : toujours prêt à aider son prochain, il est connu pour ses actions caritatives. Pourtant, ses airs avenants dissimulent un tueur en série à la cruauté sans limites… C’est lui qui se cache derrière les disparitions ! Et Jin est bien placé pour le savoir, puisqu’il joue depuis des années le rôle d’appât afin d’assurer sa propre survie ! Sa mission ? Attirer les victimes et les assommer à coups de masse avant de les livrer à leur bourreau… Mais quand la prochaine cible désignée est la nouvelle élève de sa classe, la seule à lui avoir jamais porté de l’intérêt, c’est le déclic. Pour la première fois, il décide de se rebeller : qui sortira vivant de cet implacable duel père-fils ? »

Entrez dans un univers sombre et dément dans ce 1er tome de Bâtard. Nous y découvrons Jin qui évolue dans un univers psychologiquement instable. La violence de son père qui ressent un bonheur fou à tuer et Jin qui au milieu de tout ça est forcé à être son complice, nous entraîne dans un récit oppressant et dérangeant. Nous suivons ainsi l’impuissance d’un enfant face à son père, contre qui il lui est impossible de se rebeller car cela lui coûterait sans nul doute la vie. Comme résigné par la situation, Jin ne réagit plus à rien, seul son père fait encore apparaître une émotion chez lui: la terreur.

Cependant, l’arrivée d’une nouvelle élève va chambouler la vie de Jin. En effet, il va se prendre d’affection pour Gyeon et nous le verrons ainsi changer et s’ouvrir un peu à ses camarades de classe. Toujours sur la réserve à cause de la terreur qu’il ressent pour son père, il va vouloir changer les choses quand ce dernier décide que Gyeon sera sa prochaine victime. Jin va vouloir devenir plus fort et il se rapproche ainsi de Jae-Hyeok, le caïd de l’école, pour apprendre à se battre. De fil en aiguille, il passe également du temps avec la bande de Jae-Hyeok. On voit ainsi le jeune garçon solitaire être de plus en plus entouré de personnes même si il ne fait, en réalité, que les “utiliser” pour devenir plus fort. Au moins, ça lui permet de faire une parenthèse dans la situation anxiogène qu’il vit au quotidien chez lui.

Il y a pas mal d’inconnues dans le récit. Pourquoi le père de Jin tue t’il toutes ces femmes et comment en est-il arrivé à de telles atrocités? La mère de Jin est décédée mais ne serait-ce pas son père qui l’a tué? Le jeune homme ne se souvient plus de son enfance donc nous ne savons pas non plus comment il est devenu “handicapé” puisqu’il lui manque un œil, que les os de son bras sont couverts de plaques de métal et que son cœur a une valve mécanique. En fait, nous ne savons pas grand-chose du héro, à part que son père est un monstre.

Au niveau des dessins, tout est très sombre. Les images sont en couleur mais c’est comme si elles étaient délavées ou comme si il y avait un voile gris par-dessus. Ajoutez à cela le fond des pages, sur lequel les cases se trouvent, qui est totalement noir et nous avons vraiment l’impression que tout le tome est comme un souvenir, comme si tout le récit n’était qu’un flash back. Tout ce noir nous entraîne vite dans la folie du récit mais on s’en lasse assez vite et la lecture en devient rapidement pénible. Les émotions des personnages sont parfois très exagérées notamment avec le visage excessivement déformé du père de Jin pour montrer toute sa laideur intérieure.

Le tome est d’un format un peu plus grand que la version de poche et il se lit dans le sens occidental. Il n’y a pas de jaquette mais la couverture est épaisse et nous met tout de suite dans une ambiance dérangeante.

Bâtard
60 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

En conclusion, ce 1er tome de Bâtard est un drame psychologique très sombre qui trouvera son public parmi les adeptes de séries noires.

Scénario60
Dessin60
Édition80
Originalité60
Mise en scène60
Intérêt sur la durée50
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.