Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de Black Board

Published

on

Dessinateur :  Fuyuki Izumida
Scénariste :  Fuyuki Izumida
Éditeur :  Omaké Books
Collection :  Shonen
Genre :  Suspens, Aventure
Public : + 12 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 24 juin 2021
Prix : 7,90 €
Statut de la série :  Terminée en 3 tomes

« Le Black Board est un panneau d’annonces de plus d’un kilomètre sur lequel sont affichées des milliers d’offres d’emplois. Des petits boulots du plus anodin au plus sordide… Mais comment réagir quand sur une de ces annonces, vous découvrez que quelqu’un offre de l’argent pour vous assassiner ? Et que le plus grand chasseur de primes en ville est déjà à vos trousses ? »

C’est un dôle de duo que nous rencontrons dans ce 1er tome de Black Board. On peut dire que Tamaki mène Basco par le bout du nez et ce dernier ne pouvant pas parler, il ne peut même pas rétorquer quand le jeune fille se sert de lui pour faire le sale boulot. On peut dire que Basco en voit de toutes les couleurs à cause de Tamaki et ainsi nous avons un duo comique tout au long de l’histoire.

Basco est super balaise et semble cacher de nombreux secrets. Tout d’abord ses grandes cicatrices qui révèlent un passé dangereux qui a dû le laisser pour mort et ensuite son intérêt pour “le gang” dont nous connaissons quelques membres après la lecture de ce 1er tome. Beaucoup de mystères tournent autour de ce personnage effrayant d’apparence mais qui nous est en fait très sympathique.

Un autre personnage mystérieux, c’est Vincent. Tueur des parents de Tamaki et vraisemblablement sous les ordres du gang et de Westley, Vincent semble être pris au piège. Lui aussi semble caché un lourd passé et on peut se demander si il n’aurait pas un lien avec Basco.

La violence et le crime sont monnaie courante aux abord du Black Board et on peut dire qu’il y a beaucoup de morts violentes tout au long du tome. Mais dans tout ça, il y a Keeley Argento, journaliste, qui semble être une bonne âme, perdue dans ce monde de violence. Il ne fait qu’une brève apparition dans ce tome mais ce sera pour protéger Tamaki qu’il croit perdue au milieu des truand. Il est certain qu’on le verra dans la suite de l’histoire et on peut se demander le rôle qu’il va y jouer.

Les personnages sont très bien détaillés. Le chara-design de Tamaki est assez simple contrairement à celui des homes qui est très varié. Basco, ne parlant pas, a un visage très expressif et de ce fait nous comprenons très bien ce qu’il pense sans qu’il ait à dire un mot. La folie se traduit à merveille sur le visage de Westley dès qu’il apparaît. Vincent quant à lui à un côté mystérieux qui se traduit par son physique et il a un côté attirant et dangereux. Un vrai panel de personnalité pour les hommes alors que Tamaki, bien que son visage soit très expressif, a des traits assez simples.

Les arrière-plans sont assez épurés privilégiant la mise en avant des personnages. Les scènes de combats sont agrémentées de lignes de vitesse et d’onomatopées pour marquer la violence des coups portés.

Black Board
80 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

En conclusion, beaucoup de mystères pour ce 1er tome de Black Board. Basco et Tamaki arriveront-ils à trouver ce qu'ils cherchent?

Scénario80
Dessin85
Édition80
Originalité80
Mise en scène85
Intérêt sur la durée80
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha − one = two