Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de Clevatess

Published

on

Dessinateur: Iwahara Yûji
Scénariste: Iwahara Yûji
Editeur: Ki-Oon
Collection: Seinen
Genre: Aventure, Fantastique
Public: + 14 ans
Contenu: 208 pages
Sortie: 02 juin 2022
Prix: 8,65 euros
Statut de la série: En cours

“Le puissant démon Clevatess est dérangé dans son antre par une troupe de héros venue l’éliminer. Voilà un millénaire qu’il n’avait pas fait face à des humains. Ceux-ci s’élancent vaillamment… et sont décimés ! Malgré tout, leurs épées, forgées dans un métal rare, ont égratigné ses cornes… La créature s’interroge. Comment ces insectes insignifiants ont-ils pu développer de telles armes ? Pourquoi veulent-ils sa mort ?” 

Voilà un millénaire que le puissant démon Clevatess dort paisiblement dans son antre. Lorsque 13 héros viennent le déranger, celui-ci décide de les tuer ainsi que la ville dont ils viennent. Bien décidé à exterminer l’humanité afin de dormir, c’est un survivant de ce carnage qui va faire une ultime requête à Clevatess : élever le bébé qu’il tient dans ses bras.

Clevatess y voit alors l’opportunité de comprendre comment fonctionne les Hommes pour mieux les détruire.”

Avant ma lecture de ce premier tome, je me suis clairement dit : “encore un manga de Fantasy classique”. Pourtant, vous allez voir que Clevatess sait se démarquer des autres par l’originalité des personnages, sa qualité de dessins mais aussi de la beauté de son édition et la richesse de son univers. 

Premièrement, nous avons ici une belle édition de Ki-oon. Ça brille, ça attire l’oeil et ça fait joli dans une bibliothèque. En plus de ça, les pages sont de bonnes qualités ne laissant aucune place au stress lié à la fragilité de certains papiers. 

Ensuite, passons à la qualité du dessin. Clevatess est beau, voir très beau quand l’auteur nous offre des doubles pages. Il y a plein de détails et on s’amuse à parcourir les planches pour voir ce qu’il s’y cache. De plus, lors des combats, tout est très lisible et l’on comprend directement l’action qu’il s’y passe. 

Troisièmement, ce qui différencie Clevatess des autres mangas de ce genre, c’est l’originalité des personnages qui compose la troupe principale : un bébé, un démon, un zombie contrôlé mentalement et une esclave. Fini les troupes d’aventuriers épique, place à l’improbable. Ça marche super bien entre eux et on a même droit à des moments d’humour qui montre une vraie alchimie entre les protagonistes. 

Dernièrement, l’univers de Iwahara Yuji est riche. Dès le début, on sent que l’auteur a voulu nous plonger dans son univers en présentant l’intégralité du royaume avec ses différentes régions, ethnies, cultes religieux et mode de vie. Un vrai bon point qui appuie la crédibilité de l’œuvre et qui nous plonge dans un récit immersif où l’on ne se perds jamais. 

En conclusion, Clevatess a été une réelle surprise pour moi. C’est beau, c’est bien raconté, les personnages sont attachants et drôles et on évolue avec eux dans un univers bien ficelé. Je n’ai qu’une hâte, dévorer le tome 2. 

Review 0
80 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Clevatess, ou comment élever un Roi entre un papa démon et une maman zombie.

Scénario75
Dessin80
Édition80
Originalité80
Mise en scène65
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha − one = four