Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de Comme les autres

Published

on

Dessinateur : Nojin Yuki
Scénariste : Nojin Yuki
Éditeur : Kana
Collection : Shojo
Genre : Romance
Public : + 12 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 23 avril 2021
Prix : 6,85€
Statut : En cours

“La devise de Tsubaki c’est de vivre selon ce que lui dicte son cœur.  Alors, lorsqu’elle rencontre fortuitement Ibuki et craque pour ce garçon, elle fait tout pour le retrouver. Dans une lettre qui lui est adressée, elle exprime son souhait de vivre une histoire d’amour heureuse et ordinaire avec lui.  Sauf que la jeune fille ne sait pas encore qu’Ibuki est malentendant : il ne peut pas lui offrir cette histoire d’amour « ordinaire » qu’elle désire tant…”

Nouveau venu dans la collection « Shojo » de Kana, Comme les autres nous annonce tout de suite par sa couverture une histoire pleine de douceur. On y suit l’histoire d’une lycéenne, Tsubaki, qui rêve de vivre une histoire d’amour ordinaire. On nous explique rapidement l’origine de ce souhait : ayant été malade durant son enfance, la jeune fille a le sentiment d’avoir raté beaucoup de choses et désire désormais ne vivre que des expériences heureuses. Elle a un jour le coup de foudre pour un garçon du même lycée rencontré par hasard suite à une mésaventure et dont elle est séparée avant d’avoir pu lui demander son nom, et essaye depuis de le retrouver. Mais lorsqu’elle y parvient, elle découvre que ce jeune homme, Ibuki, est malentendant.

Si pour Tsubaki, le handicap d’Ibuki n’est qu’un détail qui ne change rien à l’affection qu’elle lui porte, celui-ci ne va pas tarder à la couper dans son élan en lui annonçant qu’il ne peut pas lui offrir la romance ordinaire qu’elle désire. Il pense également que Tsubaki cherche juste à être amoureuse pour être amoureuse, et qu’elle changera vite d’avis lorsqu’elle se sera rendue compte des complications que son handicap pourra entrainer sur leur quotidien. Mais la jeune fille ne se décourage pas, bien décidée à lui prouver qu’elle n’est pas aussi frivole.

En le côtoyant et en rencontrant ses amis, Tsubaki va peu à peu découvrir les problèmes vécus par Ibuki au quotidien : la gêne ou la pitié des autres, les réactions négatives des inconnus qui ne savent pas qu’il n’entend pas, l’impact que sa situation peut même avoir sur son entourage… Beaucoup d’aspects nous sont montrés dans ce premier tome, sans pour autant nous brusquer. On apprend tranquillement à connaître ces personnages, leur caractère, comment leur passé a pu influer sur leur personnalité, etc. Au terme de la lecture, on ne peut que s’attacher à cette héroïne toujours souriante et positive, qui n’hésite pas à parler à cœur ouvert, et à ce jeune homme attentionné mais troublé par un sentiment de culpabilité.

Au niveau du dessin, le manga ne se démarque pas énormément des autres shôjo, mais réussit très bien dans son domaine. Les personnages sont très mignons, les pages bien remplies, et les décors plutôt variés, ce qui donne un résultat agréable à lire et qui répond tout à fait à nos attentes. Rien à dire non plus sur la traduction ou le lettrage.

Au Japon, la série est toujours en cours avec six volumes à ce jour ; de quoi développer cette romance naissante tranquillement. En tout cas, le thème est intéressant et bien traité, les personnages sont attachants, et le scénario donne envie de lire la suite. Un premier tome tout à fait convaincant !

Notre critique du tome 1 de Comme les autres
90 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé
Un shojo plein de douceur avec un début accrocheur et des personnages intéressants, qui aborde des thèmes comme la maladie, le handicap et le rejet des autres.
Scénario90
Dessin85
Édition95
Originalité80
Mise en scène90
Intérêt sur la durée95
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Fan de mangas en tout genre avec un goût prononcé pour tout ce qui sort de l'ordinaire et un faible pour les histoires fantastiques.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sixty five − = sixty four