S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur: Yang Chi-Cheng
Scénariste: Yang Chi-Cheng
Editeur: Chatto Chatto
Collection: Shonen, Manhua
Genre: fantastique, aventure
Public: + 12 ans
Contenu: 170 pages
Sortie: 22 novembre 2019
Prix: 7,99 euros
Statut: En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

« Sakura et ses semblables se battent pour des raisons qui leur sont propres ; une souhaite conserver ses pouvoirs surnaturels, une autre cherche à protéger sa ville et la dernière souhaite mener une vie tranquille. Au cours de leurs différentes rixes et par inattention elles détruisent peu à peu la ville. Lors d’une chasse aux esprits et alors que toutes trois se disputent comme à leur habitude, une force inconnue les révèle par surprise aux yeux de tous. Elles qui vivaient jusqu’alors dans l’ombre, les voilà donc exposées au public pour la première fois, condamnées à dédommager les citoyens… »

Notre critique

Premier volume d’une série de Magical Girls qui casse les codes du genre. En effet, là où les lecteurs sont habitués à voir des magical girls accompagnées de paillettes et de changement de costume en musique, nous sommes ici en présence d’un trio détonnant capable de raser des quartiers entiers.

L’histoire s’articule principalement autour d’une des trois magical girl: Sakura. Cette dernière combat les esprits pour récolter un maximum d’âmes afin de devenir une humaine comme les autres. L’énergie qu’elle récupère de cette façon lui permet de prendre une apparence humaine tangible. Malheureusement pour elle, ce n’est pas toujours suffisant et, quand son énergie diminue trop, elle disparaît aux yeux des humains. Le but de ce personnage est bien défini dès les premières pages du récit.

En revanche, les deux autres magical girls avec qui elle a souvent à faire sont peu voire pas présentées et il faut parfois attendre plus d’un chapitre pour savoir qui elles sont vraiment. Elles sont loin d’être des alliées et passent plus de temps à se disputer entre elles qu’autre chose. Le résultat de leurs disputes influe directement sur leur environnement. En effet, elles ont toute une force dévastatrice et leur environnement en fait souvent les frais. Ce qui est intéressant, c’est que contrairement aux autres magical girls classiques, les dégâts restent même après les combats.

Elles évoluent dans un univers qui est une ville asiatique contemporaine, avec toute la technologie et les contraintes que cela suppose.

Un autre point intéressant est que la magie qui permet de les dissimuler aux yeux des humains est faillible et là, il n’y a pas de baguette magique pour faire croire qu’il ne s’est rien passé. Les dégâts sont là et les citoyens en colère aussi. En effet, les personnages vont devoir faire face à leurs responsabilités et elles vont devoir réparer leurs tords. Tous ces éléments font l’originalité de la série qui renouvelle le genre.

Cette série comporte cependant un petit bémol. La structure narrative du récit passe tellement vite d’un événement à l’autre qu’elle en paraît quelque peu brouillonne, surtout dans les combats. Cela peut déstabiliser lors de la première lecture. Néanmoins, il faut reconnaître une belle attention portée aux petits détails du récit qui semblent anodins à première vue mais qui sont appelés à prendre de l’importance pour la suite.

L’édition est de bonne qualité. Les chapitres sont entrecoupés de petites histoires en quatre cases, souvent comiques. Sur la couverture, sous la jaquette, se trouvent d’autres petits dessins amusant. La jaquette présente une magnifique illustration de couverture et est réversible, ce qui permet de choisir l’image de couverture du volume.

Voici une série qui présente les Magical Girls sous un nouveau jour en réinventant les codes du genre. Elle ravira les amateurs de combats musclés, rapides et nerveux.

Notre critique du tome 1 de Don't Call Me Magical Girl, I'm OOXX
Qui casse paie.
Scénario75%
Dessin85%
Édition85%
Originalité90%
Mise en scène70%
Intérêt sur la durée75%
On a aimé
  • L'illustration de couverture.
  • Des héroïnes peu conventionnelles.
On a moins aimé
  • Le côté brouillon des combats.
80%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.