Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de La déesse de 3000 ans

Published

on

Dessinateur : Fumitaka Katô
Scénariste : Fumitaka Katô
Éditeur : Michel Laffon
Collection : Kazoku
Genre : Fantastique
Public : + 14 ans 
Contenu : 144 pages
Sortie : 22 septembre 2022
Prix : 7,95€
Statut de la série : En cours de publication

« Lorsque Kamikino Mitama, divinité d’un petit village, rencontre le jeune Jûzô Shiba, elle lui révèle son envie de mener une vie normale et de mettre un terme à ses activités divines. Mais le seul moyen pour y parvenir, c’est de se marier ! Jûzô, séduit par Mitama, accepte et la suit jusqu’à un sanctuaire caché dans la forêt. Commence alors le périple d’un lycéen et d’une déesse millénaire dans l’univers féérique des légendes japonaises. »

Jûzô rencontre Mitana en se rendant dans son nouveau lycée. Cette jeune fille est en fait une déesse qui désire vivre une vie normale. Pour se libérer de cet état divin, elle doit épouser un humain. Elle jette son dévolu sur Jûzô, qui est capable de voir les divinités. Totalement sous le charme de la déesse, Jûzô accepte cette union et la suit dans son monde sacré, à la recherche du sceau de la déesse afin qu’ils puissent se marier.

Jûzô Shiba est un lycéen de 16 ans, dont la scolarité n’a pas été facile. Pourvu d’une forte énergie spirituelle, il est sensible aux esprits. C’est grâce à ce don qu’il peut faire la connaissance de Kamikino Mitana, une déesse fatiguée de son statut et qui désire tout lâcher pour vivre une vie plus normale. Mignonne et très maladroite, elle fait craquer Jûzô qui accepte de l’épouser, malgré quelques réticences vite balayées par les grands yeux de la déesse. Alors qu’ils s’apprêtent à se marier, Mitana s’aperçoit qu’elle a perdu son sceau magique. Les deux fiancés partent à la recherche de cet artefact dans l’univers féérique de Mitana. Jûzô va découvrir un monde magique et merveilleux, qui a ses propres codes et dont les habitants sont souvent surprenants. Ainsi, il rencontre Hiyori Amanogawa, qui est en formation spirituelle dans un sanctuaire, et qui se forme pour les mariages. Cette dernière va ajouter une touche de piquant dans la relation entre la déesse et son fiancé humain.

C’est une héroïne qui est loin d’être parfaite, malgré son statut de déesse, qui nous est présentée dans cette série. Elle est gauche et râte souvent ses interventions divines. Jûzô est en admiration devant sa beauté. Sa capacité à voir les yokai lui permet de s’adapter assez vite au monde de Mitana. Malgré quelques doutes quant à ces épousailles sans amour, il finit par accepter cette occasion pour passer du temps avec la déesse. Il vit leur périple comme une balade romantique. Sa timidité et ses hésitations en amour lui donnent un certain charme innocent, en opposition avec Mitana.

Le charadesign est très travaillé, avec des visages expressifs et des décors magnifiques, entourés d’une nature luxuriante et d’une foule de détails. Ce titre est présenté sous la forme de très courts chapitres, qui abordent chacun un thème en lien avec l’univers divin de Mitana. On y trouve un peu d’humour grâce aux maladresses du jeune couple, mais également grâce à la forte énergie spirituelle de Jûzô, qui réserve parfois quelques surprises. Les deux jeunes fiancés font la jaquette de ce premier tome.

La déesse de 3000 ans
80 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Ce titre doit son originalité à l’héroïne, une déesse gardienne détentrice de pouvoirs magiques, mais qui brille surtout par sa gaucherie et son désir d’échapper à une vie qui semble la lasser. Avec humour et maladresse, ce jeune couple va apprendre à se connaître lors de ce voyage au pays des légendes japonaises. Belle découverte !

Scénario85
Dessin80
Édition80
Originalité80
Mise en scène80
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha one × = ten