S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Keiko Sakano
Scénariste : Keiko Sakano
Éditeur : Delcourt/Tonkam
Collection : Shojo
Genre : Romance, Fantastique, Humour
Public : + 12 ans
Contenu : 176pages
Sortie : 2 mai 2018
Prix : 7,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Saki Yamato est une lycéenne tout ce qu’il y a de plus normal. Elle vit avec sa mère qui est une grande fan du roman de fiction chinois « Hoshin Engi ». Ce serait l’histoire d’un monde d’immortels qui par période, afin de remettre de l’ordre sur terre, enverrait l’un d’entre eux pour rétablir la paix: un Taikobo. La mère de Saki lui parle à longueur de journée de cette histoire, elle possède de nombreux livres sur le sujet ainsi que des artefacts. Alors qu’elle fait un peu de rangement, Saki tombe sur un rouleau où il est écrit dessus « Hoshin … » mais elle ne voit pas la fin du titre. Elle pense tout de suite que ça appartient à la collection de sa mère mais en l’ouvrant, la jeune fille se retrouve subitement sous l’eau sans rien y comprendre. Quand elle reprend ses esprits, elle se trouve en face d’un jeune homme du nom de Taikobo. Elle pense tout d’abord qu’elle fait un rêve, sa mère lui parlant tellement de « Hoshin Engi ». Mais lorsqu’elle sort de la maison, où elle se trouve, elle découvre un petit village chinois bordé de montagnes et le rêve tourne en cauchemar pour la jeune fille. Coincée dans ce monde, elle découvre que le « héro » Taikobo, dépeint par sa mère, n’est en fait qu’un gros fainéant qui est apparemment recherché par les autorités. L’immortel fait alors croire que Saki est le véritable Taikobo se qui attire beaucoup d’ennuis à la lycéenne. Cependant sa force qui est véritablement herculéenne, l’aidera à se sortir de ce mauvais pas et elle découvrira qu’elle possède un autre mystérieux pouvoir. Elle peut annuler les effets secondaires, très ennuyeux, dû à l’utilisation des Baobei, des outils de tout type pouvant servir d’armes. Ce pouvoir a également un grand impact sur les immortels, qui peuvent ainsi perdre un peu de leur pouvoir. De ce fait, l’un d’entre eux qui ne ressentait plus rien, peut à nouveau ressentir la douleur quand c’est Saki qui le frappe. L’immortel portera alors une grande attention à la jeune femme. Le « destin » de Saki, comme ils le disent, n’est pas tracé à l’avance car elle ne fait pas partie de cet univers, contrairement à toutes les personnes que la lycéenne a pu rencontrer jusque là dans ce monde. Cela peut dès lors expliquer ce pouvoir étrange « d’annulation ». Taikobo est alors bien décidé à garder Saki auprès de lui pour l’aider dans sa tâche de ramener l’ordre et la paix sur terre. Ou bien plutôt pour que la jeune fille s’en occupe seule à sa place.

Notre critique

Ce 1er tome de Legendary Love nous amène comme son nom l’indique dans le monde légendaire de « Hoshin Engi ». Nous découvrons avec notre héroïne les différents personnages de ce roman de fiction chinois.

Les réactions de Saki, qui vit son aventure comme si elle était dans un film, sont très amusantes et nous pouvons nous identifier à elle car si nous étions nous même propulsé dans un monde fantastique d’une autre époque, avec nos comportements du 21ème siècles, nous réagirions exactement comme notre héroïne. Toutes ces réactions amènent des situations très cocasses qui apportent beaucoup d’humour au récit. Ce thème est d’ailleurs omniprésent dans le tome avec un « héro » qui dort tout le temps et dans n’importe quelle situation ou encore lorsqu’un immortel offre sa tête à Saki pour la remercier, laissant le reste de son corps un peu perdu.

L’humour est également présent avec la force surhumaine de la jeune fille qui semble pourtant frêle, ou encore par des quiproquos visuels comme lorsqu’un vieil homme, que Saki a libéré de l’emprise de son Baobei, tombe inconscient avec sur son visage un sourire d’extase. C’est donc par le récit mais aussi par le dessin que la mangaka nous fait rire tout au long de ce 1er volume.

Contrairement au « Legendary », qui apparaît dans le titre, que nous comprenons très vite, le « Love » n’est pas encore présent dans ce tome. Taikobo demande à Saki de tomber amoureuse de lui afin que la jeune fille reste dans son monde mais cela n’a absolument rien de romantique. En tous cas pour le moment, mais ce 1er volume devait mettre en place le décor. Il est fort probable que l’amour entre nos deux protagonistes apparaisse dans les prochains volumes même si tout oppose notre héroïne au fort caractère et l’immortel tire au flanc.

Nous avons déjà rencontré de nombreux personnages qui auront sans nul doute une grande importance par la suite. Il est cependant dommage que l’auteure ait survolé beaucoup de personnages au lieu de nous en présenter moins mais plus en détail. Nous avons ainsi appris de nombreux noms sans trop connaître la personne qui se cache derrière. D’un autre côté, il est vrai qu’il ne faut rien précipiter et cette mise en scène donne encore plus envie au lecteur d’en connaître d’avantage sur l’univers « d’Hoshin Engi » et sur les personnages rencontrés dans ce tome.

Les arrière-plans sont tous très travaillés ce qui est rare dans un shojo. Nous pouvons avoir ainsi la maison du « roi local » qui est très détaillée, nous faisant croire que nous voyons une véritable maison et non pas un dessin. Cependant, de nombreux gros plans sont utilisés avec des trames de fond ou des arrière-plans détaillés, ce qui rend parfois le tout un peu trop chargé et on ne sait plus où regarder. Les plans rapprochés sont intéressants pour voir certains détails mais ils arrivent de manière impromptue ce qui peut dérouter pendant la lecture.

Les personnages sont très travaillés et détaillés. Notre héroïne a de grands yeux typiques du shojo, qui laissent magnifiquement transparaître ses émotions. Les vêtements de style chinois et ancien, sont soignés avec beaucoup de détails qui nous permettent de nous mettre tout de suite dans l’ambiance. Il est cependant dommage que le chara-design soit similaire à la précédente œuvre de la mangaka: « Pray for Love« . On y retrouve des protagonistes aux caractéristiques physiques assez similaires avec juste la couleur de cheveux inversée entre le héro et l’héroïne. Mais après tout, ce design c’est également la signature de l’auteure et reste très beau quelque soit l’œuvre.

Notre critique du tome 1 de Legendary Love

En conclusion, ce 1er tome de Legendary Love nous fait entrer dans un monde fantastique qui semble être dirigé par une force mystérieuse. Notre héroïne, en faisant son apparition dans ce monde, met en quelque sorte "un grand coup de pied dans la fourmilière" du destin qui semble prédéfini pour chacun. De plus, elle n'est pas au bout de ses peines avec un "héro" fainéant, qui est cependant supposé ramener la paix sur terre. Tout cela promet de nous offrir beaucoup de moments drôles.

Scénario81%
Dessins88%
Édition82%
Originalité81%
Mise en scène86%
Intérêt sur la durée87%
On a aimé
  • Beaucoup d'humour
  • Beaux dessins
On a moins aimé
  • "Hoshin Engi" pas assez expliqué pour des néofites
  • Chara-design similaire à l'oeuvre précédente de l'auteure
84%Note Finale

A propos de l'auteur

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.