Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de Mars Red

Published

on

Dessinateur :  Kemuri Karakara
Scénariste :  Bun’ô Fujisawa
Éditeur :  Panini
Collection :  Shonen
Genre :  Suspense, Fantastique
Public : + 14 ans
Contenu : 180 pages
Sortie : 13 octobre 2021
Prix : 7,99 €
Statut de la série : Terminée en 3 tomes

 

« Japon 1923, durant l’ère Taishô, un virus transforme les humains en vampires. Quatre hommes atteints par ce virus intègrent une unité spéciale de l’armée, le « Code Zero », ils sont chargés de « neutraliser » les personnes elles-mêmes contaminées, mais incapables de se contrôler. Aoi Shirase, journaliste d’un quotidien local, enquête sur des meurtres glauques qui surviennent quelquefois la nuit à Tôkyô, ternissant l’image d’une ville sûre et moderne. Au fil de ses recherches, elle découvre l’existence du virus et de ces agents travaillant pour le gouvernement. Un lien va se nouer entre la journaliste et ces vampires, d’autant qu’elle en connait un des membres : Shûtarô Kurusu, déclaré mort pendant la guerre russo-japonaise du début du siècle. »

Voici une nouvelle histoire de vampire avec ce 1er tome de Mars Red, mais rien de bien nouveau sous le soleil. Une unité spéciale de l’armée composée de vampires pour arrêter leurs semblables, ça a déjà été fait et refait. Depuis quelques années maintenant, on voit de nombreuses histoires de vampires sous tous les formats: BD, manga, animé, film, … et c’est toujours la même rengaine, les “gentils” vampires se battent contre les “méchants” vampires. De plus, Shûtarô, le héro, a été mordu par un vampire de haut rang ce qui lui donne une position élevée dans la hiérarchie de l’unité “Code Zero” alors que Yamagami, qui a été transformé en même temps, se retrouve tout en bas de l’échelle. Non mais si ça ce n’est pas de la chance! Malheureusement, on se lasse assez vite de l’histoire de base.

Il y a bien la recherche de Aoi pour son ami disparu qui vient mettre un peu de “suspense” mais les premières pages nous dévoilent directement que leurs retrouvailles ne se fera pas attendre bien longtemps. D’ailleurs avec cette révélation en début de tome, on ne comprend pas tout de suite la chronologie de l’histoire. On commence par le futur puis le présent, on repart dans le passé pour enfin revenir dans le présent. Il y a de quoi s’y perdre et nous avons même pensé à un problème d’impression mais non, non ce n’est pas une erreur.

A la base, Mars Red est une pièce de théâtre de BUN-O FUJISAWA. On fait d’ailleurs de nombreuses fois référence au théâtre dans le tome. On suivra Aoi à différents moments de l’histoire dans le théâtre où va se jouer Roméo et Juliette ainsi qu’aux côtés de Defrott, l’acteur jouant le rôle principal.

Il y a de l’humour dans ce tome car les personnages ne gardent pas leur sérieux très longtemps. Takeuchi, un scientifique un peu loufoque tiendra un rôle important dans cet humour puisque lorsqu’il propose son aide, ça se termine toujours avec un risque de finir comme cobaye sur sa table d’expérimentation.

Les personnages sont variés et vraiment très bien détaillés. La légende des vampires beaux gosses est majoritairement vrai dans cette histoire même si il y a des exceptions.

Les arrière-plans sont assez épurés et les personnages sont souvent présentés en gros plans. Cependant, certaines scènes se passant à l’extérieur nous présentent des décors très détaillés comme des bâtiments ou encore des champs de bataille.

En avril 2021, Mars Red a été adapté en anime et il est actuellement disponible sur Wakanim.

Mars Red
60 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

En conclusion, une histoire de vampire classique pour ce 1er tome de Mars Red.

Scénario50
Dessin80
Édition80
Originalité50
Mise en scène70
Intérêt sur la durée50
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha + thirty one = forty one