Connect with us

Critique

Notre critique du tome 1 de Secret Innocent World

Saya

Published

on

Dessinateur : Hamako Shiori
Scénariste : Hamako Shiori
Éditeur : Kurokawa
Collection : Shojo
Genre : Romanche, Tranche-de-vie
Public : + 12 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 10 septembre 2020
Prix : 6,90€
Statut de la série : Terminée en 2 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

Ritsu est employée de bureau et célibataire. Elle est sérieuse et compétente dans son travail. Mais sous ses aires de working girl, la jeune femme cache un secret inavouable : elle adore se cosplayer en Lilika, un personnage d’animé. Lors d’une de ses sorties en cosplay, elle rencontre Kozami, un de ses supérieurs. Ritsu se voit déjà socialement détruite. C’est alors que Kozami lui fait une proposition qu’elle peut difficilement refuser…

Notre critique

Alors qu’on s’attend à lire un manga qui traite du harcèlement et des promotions canapés, on découvre un titre différent. L’héroïne est assez classique : elle a 24 ans, travaille comme employée et subit les pressions familiales quand à son célibat. Ce qui fait son charme, c’est que la jeune femme a découvert, il y a peu, les joies du cosplay et qu’elle adore s’amuser vêtue comme Lilika, son héroïne. Bien sûr, elle ne peut en parler à ses collègues, sinon, elle passera pour une fille socialement morte. Sa rencontre avec Kozami va changer beaucoup de choses dans sa vie. Ce dernier est un de ses supérieurs hiérarchiques. Il gère la formation des nouvelles recrues et est très professionnel. Divorcé, il vit seul dans son appartement. Et sous ses airs de cadre propre sur lui, il cache également un secret inavouable : il est super fan de Lilika. Il propose donc à Ritsu de garder le silence en échange d’une colocation un peu particulière. Mais Kozami a un autre problème en la personne de son ex-femme, Mio. Cette dernière vient régulièrement sonner à sa porte pour de l’argent. Battue par son nouveau compagnon et jalouse, elle compte bien se remettre en couple avec Kozami. Ritsu étant sur son chemin, elle décide donc de l’écarter, à sa manière peu glorieuse.

Cette mini série, qui ne fait que deux tomes, aborde plusieurs sujets : le célibat des femmes et les pressions familiales concernant celui-ci, la reconnaissance de la vraie personnalité des gens et de leurs passions, les femmes battues, la jalousie ou encore le travestissement, mais

sans jamais tomber dans le pathos et la tristesse. L’héroïne et ses amis ont de l’énergie et du dynamisme à revendre. Au fil des pages, on ressent bien l’amour et les sentiments entre tous ces personnages.

Le dessin est typiquement shojo, avec des héroïnes aux grands yeux et des chevelures sans cesse en mouvement, ainsi que peu de décors. Shiori Hanako joue beaucoup avec les coiffures et la transparence des vêtements portés par ses personnages féminins. Ce manga est servi par un trait fin, arrondit et délicat. Des cœurs, des bulles, des étoiles et des jeux de trames parsèment les cases de ce tome. A la fin, une page bonus est consacrée à Lilika, l’héroïne pour qui bat le cœur de nos deux héros. Ritsu, armée de son stick de Magical Girl dans une ambiance acidulée, fait la jaquette de ce premier volume.

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− one = three