S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Ogino Jun
Scénariste : Ogino Jun
Éditeur : Kurokawa
Collection : Shonen
Genre : Suspense, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 12 mars 2020
Prix : 7,65€
Statut de la série : Terminée en 4 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

Aya a 15 ans et vit avec ses parents et son frère aîné. Elle a grandit entre un père violent, qui l’effraye, une mère qui fait au mieux pour protéger ses enfants, et un frère apathique. Ce quotidien est insupportable et elle ne désire qu’une seule chose : disparaître aux yeux de tous. Pas mourir, juste devenir transparente. Un jour, son rêve devient réalité : elle devient invisible. Mais sa vie reste la même, faite de peur et de violence. Aya va commettre un geste terrible et sa vie va changer. Mais sera-t-elle mieux?

Notre critique

A l’âge de 9 ans, Aya remarque que son père est différent des pères de ses amies. Ce dernier est autoritaire et violent, et il bat sa mère. Au début, cela ne laisse pas de marques, mais bientôt, son visage porte les stigmates des coups qu’elle a reçus. En plus de la frapper, son père la rabaisse, joue avec ses nerfs et ceux de toute la famille. Il l’empêche également de travailler et donc, de voler de ses propres ailes. Sa mère, soumise à cet époux violent, fait ce qu’elle peut pour protéger ces enfants. Avec force, elle fait au mieux pour toujours afficher un sourire sur son visage, malgré les hématomes, et maintenir, face aux yeux de tous, un semblant de famille. Son frère fait comme ci tout était normal et ne semble rien voir de l’enfer que subit leur mère. Apathique, il reste dans son coin, en silence, comme si de rien n’était. Aya ne supporte plus cette ambiance et ne désire qu’une chose : devenir transparente aux yeux de tous. Ce qui va arriver, ainsi qu’aux objets qu’elle peut porter. Devenue invisible, elle va en profiter, par exemple, pour rééquilibrer les forces en présence de son école. École où elle ne se sent pas à sa place, où elle trouve que les autres élèves sont des hypocrites.

Mais à 15 ans, cela ne suffira plus et Aya va se servir de son invisibilité pour commettre l’irréparable. Elle va devoir vivre avec ce fardeau. Voulant voler de ses propres ailes, elle va profiter de son entrée au Lycée pour se trouver un petit boulot et quitter le domicile familiale. Aya va même se faire deux amies. Mais le poids sur ces épaules, la culpabilité qui l’étouffe, ne vont pas lui faciliter la tâche. Elle ne se sent pas à la hauteur de ses nouvelles amitiés et elle veut y mettre fin, avant qu’on découvre ce qu’elle a fait.

Ce sont des personnages torturés que l’on découvre dans ce manga, qui aborde le difficile sujet de la violence conjugale. La mère, qui subit et se sacrifie pour ses enfants ; le père, dont la violence et la cruauté atteint des sommets ; le frère aîné, indifférent à ce qui l’entoure ; et Aya, qui étouffe dans ce milieu anxiogène et qui est dévorée par la culpabilité. Toute leur vie tourne autour de l’humeur de cet homme et de ses accès de violence. La jeune fille fait beaucoup de photos, afin de se souvenir de ce qu’elle ressent au moment présent. Elle a remarqué qu’enfant, il y avait beaucoup de photos d’elle, mais qu’elle ne se souvient plus de ces moments passés en famille. Ce dont elle se souvient, c’est de la haine qui a grandit envers son père au fur et à mesure qu’il y avait de moins en moins de photos. Les photos qu’elle prend l’aide à se souvenir, car la violence et la peur de son père ont pris toute la place dans sa vie.

Le trait est fin et aéré, avec de grands jeux d’ombres. Les cases, assez grandes, mettent en valeur un dessin qui est en lien avec les émotions des personnages. Les sentiments de ces derniers sont mis en avant et on vit intensément ce qu’ils ressentent au fond d’eux. On étouffe avec Aya, coincée dans une spirale de violence familiale, que rien ne semble arrêter. Sur la jaquette, on découvre Aya, ainsi que des fragments de verre, sur un fond de lys rouges. Un jeu de transparence qui vole en éclats, comme Aya.

Notre critique du tome 1 de Transparente

En résumé, un premier tome qui nous prend à la gorge par le sujet abordé et par son héroïne en souffrance. Ce thème est traité en profondeur, avec un certain détachement, mais aussi avec pudeur. Une série courte, qui pousse à la réflexion. A découvrir de toute urgence! Bonne lecture!

Scénario95%
Dessin95%
Édition95%
Originalité95%
Mise en scène95%
Intérêt sur la durée100%
On a aimé
  • Les sujets abordés et un scénario profond
  • La psychologie des personnages
  • Le dessin au service du scénario
On a moins aimé
  • Néant
95%Note Finale

A propos de l'auteur

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.