Connect with us

Critique

Notre critique du tome 18 de The Promised Neverland

Nurci

Published

on

Dessinateur : Posuka Demizu
Scénariste : Kaiu Shirai
Éditeur : Kaze
Collection : Shônen
Genre : Fantastique, aventure
Public : + 12 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 10 février 2021
Prix : 6,89 euros
Statut de la série : Terminée en 20 volumes

« Malgré leurs efforts, Emma et Ray arrivent trop tard. Norman a mené son plan à bien : les démons de la cour et ceux du clan Geelan se sont entretués. Au milieu du charnier, Emma pousse un ultime cri du cœur pour tenter de convaincre Norman de renoncer à son projet de guerre d’extermination. Parviendra-t-elle à faire vaciller celui qui est désormais le “boss” d’une troupe de radicaux ? »

Emma et Rey retrouvent Norman et sa bande dans une salle du trône jonchée de cadavres. Malgré ce qui vient de se passer les répercutions que cela risque d’avoir sur la population de démons et la promesse qu’elle a réussi à passer, Emma tend la main à Norman, espérant le voir revenir à la raison.

Durant ce dialogue, le masque de Norman tombe. Scénaristiquement, quand Norman reconnaît qu’il est dépassé par la situation, il est montré sous la forme d’un jeune enfant. Par cette image, l’auteur montre ainsi son appel à l’aide. Cela explique aussi le dessin de couverture. Cette action n’existe pas directement dans l’histoire mais est une représentation métaphorique de Emma et Ray sauvant leur ami.

Emma reprends alors son rôle de leader et explique à Norman que les dégâts dans la population seront limités grâce à l’intervention de Mujika et de Sonju, finalement arrivés à la capitale avec Don et Gilda. Ce qui permet de soulager Norman qui retrouve peu à peu ses esprits.

Le répit est de courte durée car la reine, que l’on pensait morte, se régénère et fait reprendre le combat. Elle se battre contre Sonju avant de s’arrêter face à Mujika qui expliquera la situation au lecteur tout en entamant un débat avec la souveraine. Cette dernière, blessée et affaiblie, finira par succomber. Ce combat en deux temps occupe la plus grande partie de ce volume.

Durant cette partie, le lecteur apprendra beaucoup de choses sur Sonju, notamment sur son lien avec la souveraine.

Après ce combat très symbolique, les personnages font le point et se rendent compte qu’ils ont été dupé. En effet, le clan Ratri, qui est à l’origine du pacte qui a scindé le monde entre celui des démons et celui des humains, s’est senti humilié par les actions du groupe de Norman et par celles des évadés de Grace Fields. Peter Ratri, l’actuel dirigeant du clan, a fait un pacte avec la reine des démons afin d’obtenir la moitié des troupes de la capitale afin de faire un raid sur le repaire de Norman.

Le groupe quitte la capitale en catastrophe et retournent à leur repaire pour le trouver vide et détruit, à l’exception de Oliver et Nigel qui étaient en route pour les prévenir.

La seule information qu’ils ont est que les enfants ont étés emmenés à Grace Field. Il est intéressant de noter que les enfants ne sont pas trahis par un démon mais par un homme prêt à tout pour garder sa position. On peut alors se demander qui sont les vrais ennemis.

Ce volume donne beaucoup d’informations et débloque une situation qui semblait s’enliser. Une fois que le masque de Norman est tombé et qu’il a pu se libérer de son fardeau, Emma reprend le lead du groupe, comme elle l’a toujours fait.

Grâce à ses réactions rapides et intelligentes, elle permet au groupe de rester soudé et de ne pas s’éparpiller ni céder à la panique.

Les actions se précipitent. Les derniers chapitres de la série se passeront à Grace Field. Ce retournement scénaristique est un peu un symbole. Elle effet, les événements qui vont amener la fin de l’histoire se passeront là où elle à commencé.

Nos héros sont de retour à Grace Field. Que trouveront-ils à l’orphelinat ?

Notre critique du tome 18 de The Promised Neverland
Conclusion
L'homme est un loup pour l'homme.
Scénario
85
Dessin
90
Edition
80
Originalité
90
Mise en page
85
Intérêt sur la durée
80
On a aimé
Les héros ont bien grandi
On a moins aimé
Le combat contre la reine est (trop) long
85

Geekette assumée et grande fan de manga depuis Dragon Ball. J'ai une fâcheuse manie de lire tout ce qui me tombe sous la main, ce qui permet de faire les meilleures découvertes.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ten ÷ = one