S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Dessinateur : Rihito Takarai
Scénariste : Rihito Takarai
Editeur : Ototo
Collection : Seinen
Genre : SF, aventure
Public : Tout public
Contenu : 178 pages
Sortie : 5 juillet 2019
Prix : 7,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Lucas et Abel se font enrôler de force par l’organisme de recherches des Graineliers en tant qu’ouvriers sur un chantier. Ils découvrent rapidement que ce camp improvisé n’est en réalité qu’un prétexte pour permettre au Grainelier du nom de Nicolas de retrouver des porteurs de graines délétères. Lucas se sent dès lors pris au piège…

Notre critique

Les choses se décantent enfin avec ce tome 2 de Graineliers. Après une mise en place un peu laborieuse dans le tome 1, cette suite entre finalement dans le vif de l’intrigue.

Lucas comme Abel comprennent rapidement qu’ils se sont fait piéger. Toute boisson ou nourriture servie aux ouvriers est agrémentée d’un pesticide destiné à démasquer les porteurs de graine délétère. Ces êtres qui, comme Lucas, ont ingéré des graines produites illégalement sont vus tels des dangers. Les Graineliers les traquent pour les envoyer ensuite à leur QG et qu’importe s’ils doivent mourir lors de l’ingestion du pesticide… ou après.

Bien qu’ayant ses propres réserves d’eau, Lucas se retrouve vite en manque. Abel n’est pas dupe et fait de son mieux pour protéger son ami. Tous deux réalisent amèrement leur impuissance face à l’organisation draconienne des Graineliers. Et ce qui devait arriver ne manque pas de se produire : Lucas est démasqué et emmené par la contrainte, abandonnant Abel au camp ouvrier.

Le voyage de Lucas sera plein de surprises. Car les agents Graineliers chargés de traquer les porteurs ne sont autres que des porteurs eux-mêmes ! Combattre le feu par le feu semble être une tactique adoptée par les Graineliers mais à quelle fin ? Bien que cette révélation soit l’objet de nouvelles interrogations et angoisses, elle pousse nos deux héros à prendre de graves décisions.

Tandis que Lucas joue le tout pour le tout et accepte de son plein gré la prison du QG, espérant en apprendre plus sur ce qu’il est devenu, Abel met le pied au sein d’une autre alliance. Un compagnon du camp d’ouvrier a compris ce qu’était Lucas et l’amitié fraternelle liant les deux hommes. Il a donc invité Abel à rejoindre un groupe dissident qui lutte contre les Graineliers. Selon eux, ces derniers sont tout le contraire de ce qu’ils prétendent. En utilisant des porteurs pour taquer d’autres porteurs, ils ont démontré le vice de leur méthode et peut-être prouvé qu’un plus grave complot est en place. C’est la certitude des rebelles qui se sont nommés les Insectes.

Pour combattre les Graineliers porteurs, il faut que les Insectes deviennent eux aussi des porteurs. Ingérant des graines délétères, illégales, ils entendent gagner une force suffisante pour combattre leurs ennemis. Mais Lucas sait qu’une mutation réussie est rare et que l’échec signifie la mort. Il hésite à faire une totale confiance à ses nouveaux « amis ».

Le classicisme manga de deux camps opposés est en place. Si cette évolution narrative ne brille pas par son originalité, elle le devient grâce à l’univers construit par Rihito Takarai. Le pouvoir des plantes (non, non, ce n’est pas une pub pour les cosmétiques… ^^) est l’enjeu plus que l’ennemi à éradiquer. Il y a les porteurs légaux, dont on ignore encore pourquoi ils bénéficient de ce statut, et les illégaux, sans doute plus nombreux.

Cette différence d’effectif expliquerait la traque organisée par les Graineliers mais pas mal de choses restent à découvrir. Il est évident néanmoins que nos deux héros prennent des chemins parallèles. Lucas veut comprendre ce qu’il est et retrouver son père. Il a trop de questions qui le tourmentent et voit un moyen d’obtenir des réponses, quels qu’en soient les risques. Abel est quant à lui prêt à presque tout pour sauver son ami. Le destin les réunira-t-il pour combattre ensemble ou se déchirer ? A suivre !

Les personnages secondaires surgissent à points nommés et sont intéressants. Leur rôle est de guider l’un ou l’autre des héros, pour le meilleur ou le pire, car ils servent leurs propres desseins. Nicolas et Hugues ont déjà leur cause à défendre, on ne sait encore rien de leur passé, de leurs motivations. De même, le sort du père de Lucas reste un mystère.

Le récit déroule son contenu avec mesure, sans brusquer le lecteur et entretient le suspense. Plusieurs hypothèses et une bonne avalanche des questions se bousculent, de quoi offrir une bonne série.

Le dessin de la mangaka est un rendu fidèle du style si élégant qui a construit son succès. Chaque protagoniste a un chara-design bien à lui en dépit d’une marque de fabrique qui pourrait glisser vers la répétition de visages. L’exercice est étonnamment réussi, preuve que Rihito Takarai n’est pas une débutante. Evidemment, l’absence de personnage féminin est flagrante mais l’histoire est suffisamment prenante pour ne pas en souffrir. La soudaineté et beauté des manifestations végétales est parfaitement retranscrite, assurant le suspense du récit, son caractère fantastique et dangereux. La mise en scène sert la narration, alternant entre atmosphère de péril et la surprise des révélations. Enfin, la méticulosité des arrières plans apporte une belle variété de décors, tour à tour bâtis, sauvages, urbains, forestiers etc.

Un tome 2 de Graineliers qu’il fait bon lire tant le premier volume nous avait laissé avec un amer goût de déception. Rihito Takarai sait prendre son temps mais si cela est appréciable dans le yaoi, on craignait que le genre seinen s’y prête moins. Fausse impression : la mangaka révèle ici l’ampleur d’un monde bien particulier dont on aborde tout juste la richesse.

Notre critique du tome 2 de Graineliers
Lucas et Abel comprennent vite qu'ils sont pris au piège. Parmi les ouvriers réquisitionnés, les Graineliers tentent de démasquer les porteurs de graines à l'aide d'un poison auquel on ne peut échapper...
Scénario90%
Dessin95%
Edition95%
Originalité85%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée85%
On a aimé :
  • Développé du récit
  • Suspense, révélations, mise en place des protagonistes
  • Dessin de haute volée adapté au récit
On a moins aimé :
  • L'inévitable lutte entre deux camps
90%Note Finale

A propos de l'auteur

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.