Notre critique du tome 2 de Les Enfants du Temps

Dessinateur: Wataru Kubota
Scénariste: Makoto Shinkai
Éditeur: Pika édition
Collection: Shônen
Genre: fantastique
Public: + 14 ans
Contenu: 192 pages
Sortie: 7 octobre 2020
Prix: 7,50 euros
Statut de la série: Terminée en 3 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

“Hodaka, un jeune lycéen, fait une fugue à Tokyo où il rencontre Hina, une jeune fille dotée du mystérieux pouvoir de dissiper les nuages de pluie et d’apporter le beau temps. Avec Nagi, le petit frère de Hina, ils montent un commerce pour vendre ses services en tant que “fille-soleil”. Ces prestations rencontrent un franc succès et Hodaka est rassuré d’avoir enfin trouvé sa place dans la grande ville. Mais certaines réalités menacent leur petit nuage…”

Notre critique

Entre son travail à la rédaction de monsieur Suga et la gestion du service la “fille-soleil”, Hodaka semble trouver ses marques et se remettre d’aplomb. Il semble plus calme et plus mature. Malheureusement pour lui, la réalité va le rattraper. En effet, la police le recherche à cause, d’une part de sa fugue et, d’autre part, pour détention illégale d’arme. Pris à la gorge, le jeune garçon panique et décide de fuir. Il sera aidé de manière parfois inattendue par plusieurs personnes.
Hodaka évolue beaucoup dans ce tome. Il prend conscience de certaines choses mais il veut encore fuir la réalité. C’est pour cela qu’il choisi la fuite quand celle-ci le rattrape. Il fait preuve d’une grande débrouillardise face à l’adversité, même si ses réactions manquent souvent de maturité.

Hina et son petit frère Nagi, orphelins, choisissent de prendre la fuite avec lui. En effet, talonnés par les services sociaux, Hina ne veut pas être séparée de son frère et choisi de l’emmener avec elle quand elle part avec Hodaka. Sa crainte d’être séparée de son petit frère est d’autant plus grande qu’elle sait que l’utilisation abusive de son pouvoir risque de la faire disparaître, au sens propre du terme. En effet, par moments, elle devient transparente…

Kei Suga, l’employeur de Hodaka, se trouve également dans une position délicate. Craignant de perdre complètement la garde de sa fille, il préfère virer Hodaka. Il lui donnera un peu d’argent et l’encouragera à rentrer chez lui.

Le trio Hodaka, Hina et Nagi, en cavale, se retrouve brusquement plongé dans le monde des adultes et celui-ci leur est relativement hostile. Heureusement, ils finissent par trouver refuge dans un hôtel pas trop regardant sur ses clients.

L’histoire de Makoto Shinkai, d’abord sortie en film et en roman, est fidèlement adaptée sous le crayon de Wataru Kubota. Le dessin est classique mais reprend bien le style graphique que l’on peut voir dans le film d’animation. C’est une belle manière de vivre à nouveau cette histoire.

Pika propose ici une édition de bonne qualité mais classique et sans aucun bonus.

Cette série s’adresse aux adolescents et à tous ceux qui ont vu le film ou lu le roman et qui souhaitent prolonger l’expérience.

Notre critique du tome 2 de Les Enfants du Temps
Conclusion

Même s'ils sont à l'abri pour le moment, Hina et Hodaka savent que cette situation de pourra pas durer éternellement. Tôt ou tard, ils devront faire face à la réalité et faire un choix...

Scénario
80
Dessin
80
Édition
75
Originalité
90
Mise en scène
80
Intérêt sur la durée
75
On a aimé :
Le merveilleux de l'histoire.
On a moins aimé :
Les explications parfois confuses.
80