Connect with us

Critique

Notre critique du tome 2 de Sayonara Miniskirt

Saya

Published

on

Dessinateur : Makino Aoi
Scénariste : Makino Aoi
Éditeur : Soleil
Collection : Shojo
Genre : Tranche-de-vie, Drame
Public : + 12 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 13 janvier 2021
Prix : 6,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Une ancienne idol blessée… Alors qu’elle a décidé de vivre en dissimulant sa véritable nature, les incidents se multiplient autour d’elle…

Notre critique

Karen a fait partie d’un groupe d’idols, les “Pure Club”. Suite à une agression, cette dernière est traumatisée et décide de quitter le groupe. Ses longs cheveux sont coupés à la garçonne et elle met au placard ses jupes courtes. C’est dans un uniforme masculin et sous son vrai nom de Nina Kamiyama, qu’elle se rend dans son nouveau lycée. Hikaru, un camarade classe qui se passionne pour le judo, découvre son secret mais accepte de le garder pour lui. Comme Karen, sa sœur a subi du harcèlement, et il remercie la jeune fille, qui grâce à son groupe d’idols a donné du rêve à sa petite sœur. Nina lui ouvre peu à peu son cœur, mais le doute s’insinue dans l’esprit de la jeune fille. Son agresseur n’a pas été retrouvé et elle soupçonne Hikaru d’être celui qui l’a fait souffrir. Surtout que des photos sont retrouvées dans le sac du jeune homme. Nina vit de plus en plus dans la peur et le comportement ambigu de Miku, qui est très populaire auprès des garçons, ne facilite pas sa relation avec Hikaru.

Ce manga traite d’un sujet choc : le harcèlement. On découvre des jeunes lycéennes et des Idols en souffrance. Karen a été blessée par un fan qui la poursuit encore. Et dans son lycée, elle rencontre des jeunes filles qui se font peloter par des pervers dans le métro ou encore victimes de paroles blessantes de la part de leurs camarades masculins. Même les collégiennes ne sont pas épargnées, comme on peut le voir avec la sœur de Hikaru, qui a subit les assauts d’un de ses professeurs. La réaction de chacune est différente, en fonction de leur personnalité. Entre colère, troubles ou encore à vouloir garder à tout prix cette image de féminité tronquée, notre héroïne et ses camarade de sexe féminins doivent lutter en permanence face à des comportements machistes et sexistes bien réels.

Le scénario est complexe et assez sombre. Il traite du harcèlement, qui est un sujet choc très actuel, grâce notamment au mouvement #Me Too. Mais il traite également des Idols, ces jeunes filles hyper féminisées, toujours souriantes et vouées au célibat, et dont le rôle est de chanter et de danser pour donner un peu de bonheur à leurs fans. Comme les autres jeunes filles, ces dernières sont aussi victimes de harceleurs. Au travers des yeux de ces filles, on découvre l’ampleur des dégâts que peut causer un tel comportement de la part de ces harceleurs, tant du point de vue physique que mental. Et afin d’aller encore plus en profondeur, l’auteur nous montre qu’il n’y a pas de profil type pour les agresseurs, mais également pour les victimes. Ce ne sont pas les plus jolies filles qui trinquent, toutes sont concernées, et toutes ne réagissent pas de la même manière face à un tel comportement. Et les vieux pervers ne sont pas les seuls à être montrés du doigt, le comportement des lycéens et leurs paroles sont également décortiqués. La psychologie des personnages est très bien travaillée. Le dessin est classique pour un shojo, avec des héroïnes aux grands yeux et des traits fins. Par contre, ici, on ne trouvera pas d’étoiles et autres fleurs qui entourent habituellement les héroïnes de ce type de manga.

Notre critique du tome 2 de Sayonara Miniskirt
Conclusion

Entre Idols hyper féminisées et courtement vêtues et lycéennes en uniformes, entre rêve de beauté(s) et sombre réalité, ce manga nous fait découvrir une facette bien réelle d'un monde, qui doucement, sort de l'ombre. Une œuvre qui traite du harcèlement des jeunes filles sans aucun filtre. A découvrir et à méditer!

Scénario
90
Dessin
85
Édition
85
Originalité
90
Mise en scène
85
Intérêt sur la durée
95
On a aimé :
Les thèmes abordés 
On ressent la souffrance des lycéennes 
La psychologies des personnages bien développée
On a moins aimé :
Néant
90

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sixty two − fifty four =