Notre critique du tome 3 de Called Game

Dessinateur : Kaneyoshi Izumi
Scénariste : Kaneyoshi Izumi
Éditeur : Kaze Manga
Collection : Shojo
Genre : Romance, Suspense
Public : + 12 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 9 décembre 2020
Prix : 6,99€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Alna, qui a été enlevée, ne peut que constater son impuissance face à ses ravisseurs. Elle qui se croyait capable de protéger Camilla, elle ne peut se protéger elle-même. Arthur, qui l’a sauvée, lui propose de devenir plus forte grâce à lui. En échange, elle accepte de mettre son épée à son service, car ce dernier lui a révélé qu’il est en réalité le roi du Pays de E. Alna, toujours cachée sous le nom de Violette, met toute sa détermination à devenir plus forte…

Notre critique

Alna est sauve, mais elle ne peut que constater son impuissance face aux hommes. Elle qui croyait maîtriser l’art du combat, s’aperçoit que ses entrainements avec Johan avaient lieu avec tous les égards dus à une princesse, sans commune mesure avec la réalité. Mais grâce à Arthur et Edward, Alna va apprendre à se battre et à devenir plus forte. Devant sa détermination, Arthur revit quelques souvenirs. Lui qui rêvait de voir un dragon et de le dresser, a eu la chance d’en rencontrer un dans les geôles d’une tour en la personne de Vary. Chef d’un peuple ennemi, il est enchainé et sait que ses jours sont comptés. Pourtant, il va prendre sous son aile ce jeune prince impétueux et commencer sa formation de chevalier en grand secret. Lorsque le frère ainé d’Arthur, Henry, monte sur le trône, le jeune prince qui admirait tant son grand frère voit sa vie détruite. Depuis toujours, ce grand frère tant aimé le hait. C’est ainsi qu’Arthur découvre la cruauté du monde qui l’entoure. De son côté, Camilla n’en peut plus et veut quitter au plus vite la cour, quitte à mettre sa vie et celle d’Alna en danger. Jalouse et au bord de la folie, elle tente même de faire pression sur Violette, qui est pourtant la véritable princesse. Avec Anne qui est sans pitié et qui s’est déjà débarrassée de la pauvre Lizzy, on comprend les craintes de la jeune fille.

Grâce au grand flashback d’Arthur, on arrive à mieux cerner ce jeune homme et on comprend aussi son besoin d’échanger sa place avec Kay, son cousin. Le jeune garçon joyeux et impétueux a dû grandir trop vite et de façon trop cruelle. Lui qui avait une confiance aveugle en son frère aîné qu’il vénérait, n’accorde maintenant celle-ci qu’à une poignée de personnes, tant il se méfie de tous. Alna, elle, doit se relever si elle veut se protéger, ainsi que Camilla, dans cette cour dangereuse où trop de prétendantes rôdent dans les couloirs. Pour ce faire, elle va suivre un entrainement difficile afin de gagner en puissance et surtout, apprendre à se battre pour de vrai. En échange, la jeune femme va mettre son épée au service du roi du Pays de E, sans lui révéler sa véritable identité. Camilla, elle, se sent seule, jalouse et terrorisée. Elle ne supporte plus de vivre dans ce château où la mort rôde, et surtout, elle n’apprécie pas que Violette soit proche d’Adèle et d’Edward. Elle a un comportement ambigu et fait même du chantage à Alna, qui fait de son mieux pour la garder en vie.

Le trait est toujours aussi fin, avec pas mal de détails, notamment au niveau des robes des héroïnes. Même si l’histoire se dramatise, le dessin reste léger et ne s’assombrit pas de trop. Cela donne une certaine luminosité bienvenue. L’histoire est dynamique, avec des intrigues de cours dignes de l’histoire du Roi Henri VIII d’Angleterre et de ses nombreuses épouses. La psychologie des personnages est profonde, on s’attend à voir ces héros sortir des pages. Sur la jaquette, sous le clair de lune, Arthur et Alna, qui tient une rose à la main, se font face.