Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Demon Tune

Saya

Published

on

Dessinateur : Yûki Kodama
Scénariste : Yûki Kodama
Éditeur : Kurokawa
Collection : Shonen
Genre : Fantastique, Aventure
Public : + 12 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 8 octobre 2020
Prix : 6,80€
Statut de la série : Terminée en 4 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

Le père de Koyukimaru s’est enfin réveillé. Keith, qui travaille au MBI et qui s’occupait de lui, ne peut plus cacher ses projets et prend la fuite. De son côté, Koyukimaru et Fran tentent de protéger le « Rouleau du Cataclysme », mais le Bogeyman ne compte pas en rester là et se fait exploser. Koyukimaru est entre la vie et la mort…

Notre critique

Notre jeune héros fait de son mieux pour protéger le « Rouleau du Cataclysme » des mains du Bogeyman qui le veut aussi. Koyukimaru décide donc de sortir le rouleau de sa cachette et de le mettre en sécurité, auprès des agents de MBI. Une fois en main, Koyukimaru et ses compagnons se font attaquer par Vincent. Nos héros se chargent de mettre le rouleau au MBI, pendant que Zeth se charge de leur attaquant. Mais le Bogeyman se met sur leur chemin. Il se fait exploser, et le jeune Koyukimaru se retrouve aux portes de la mort…

Heureusement, le père de Koyukimaru sort de sa léthargie. Soigné au QG du MBI, il est soigné par Keith. Ce dernier cache un lourd secret et ce réveil ne l’arrange pas du tout. Acculé, il n’a plus d’autre choix et doit fuir le MBI et son frère.

Voici un tome assez chargé en informations et en émotions : entre le réveil tant attendu du père de notre jeune héros et Keith, qui ne peut plus cacher son vrai visage, on s’aperçoit que doucement, on se dirige vers la fin de cette petite série. Le scénario est rythmé, avec de l’action, et il est parfois un peu prévisible, mais tellement bien ficelé qu’on ne peut que se plonger dedans. On découvre un Keith perdu, aculé, et seul. Au vu de son passé, on comprend ses choix, sans les accepter. Grâce notamment à ce personnage, l’auteur donne une certaine humanité à ses personnages et cela les rend attachants. Le dessin est bien proportionné, assez sombre, avec des démons originaux et peu de décor. Ce tome s’ouvre sur deux pages en couleur, le jeune Koyukimaru et son père sur l’une, et sur l’autre, le terrible Bogeyman. C’est Shinka qui fait la couverture de ce tome, tenant à la main sa valise toute particulière.

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ eighty one = eighty five