Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Egregor

Published

on

Dessinateur : Kim Jae Hwan
Scénariste : Jay Skwar
Éditeur : Meian
Collection : Shônen
Genre : Fantastique, Drame, Action
Public : + 12 ans
Contenu : 200 pages
Sortie : 6 août 2019
Prix : 6,95€
Statut : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

“Le Comte de Hurstland reçoit un message de menaces qui n’annonce rien de bon. Alors que Foa doit commencer son entraînement avec des armes réelles, les chevaliers Égides sont tous conviés à la capitale afin d’en protéger la cité, indépendamment des besoins de leurs villages. Ils se voient contraints de tout abandonner, même s’ils sont certains que c’est un piège. Malheureusement, ils ne sont pas conscients de l’ampleur du mal qui les attend, ni du réel but de leurs opposants…”

Notre critique

Alors qu’on s’attendait dans ce troisième volume à accompagner nos jeunes héros dans la poursuite de leur entraînement, c’est un tout autre plan qu’avaient les auteurs d’Egregor, qui nous plongent à la place en pleine bataille ! On apprend ainsi que tous les Égides sont brusquement convoqués afin de combattre pour défendre une ville en proie aux Faucilles et aux Faucheurs…

Ce choix scénaristique assez audacieux comporte des avantages, mais également des risques. Le côté positif est qu’il palie au manque d’action du deuxième volume en nous offrant de belles scènes de combat, une ambiance plus sérieuse puisque les personnages mis en avant sont les puissants Égides et non des débutants, et beaucoup de tension. En revanche, cela a pour effet indésirable de brusquer un peu le lecteur dans un conflit sérieux, alors qu’il a à peine eu le temps en deux volumes de commencer à découvrir l’univers. On se retrouve un peu étouffés sous cette pile d’informations sur les lois de l’univers, de nouveaux personnages, lieux, armes et éléments aux noms fantaisistes difficiles à retenir, et d’enjeux politiques entre des pouvoirs encore assez flous.

Cela rejoint assez bien ce qui est à la fois la force et le défaut d’Egregor : son univers incroyablement riche et détaillé. On sent que l’auteur a passé un temps considérable à développer cet univers fantasy en réfléchissant à tous les aspects, aussi bien politiques que fantastiques. Mais pour un lecteur non familier avec cet univers, le choix logique aurait peut-être été de le découvrir peu à peu, en suivant un héros débutant non familier avec le monde et ses règles. En brisant les codes et en sortant de la formule habituelle du parcours initiatique, Jay Skwar prend le risque de perdre les lecteurs moins prompts à passer du temps à suivre l’histoire en essayant de bien comprendre son univers. À voir toutefois si le risque vaut la chandelle, car sur le long terme, cela pourrait également permettre à Egregor de se démarquer des autres œuvres fantastiques !

Pour ceux qui se sentent motivés à faire des efforts pour découvrir en profondeur cet univers médiéval intéressant, il est clair que le « Journal de Foa » à lire gratuitement en ligne est un complément primordial pour la compréhension de l’histoire. Sans cela, notre personnage principal nous paraît bien insipide, car il est difficile dans le manga de bien comprendre ce qu’il pense et ce qu’il ressent, d’autant plus qu’il n’est pas réellement mis en avant. Le manga se révèle effectivement de plus en plus comme une histoire qui ne se focalise pas sur un seul personnage, mais préfère offrir un champ plus large sur tout ce qui se passe.

Au terme de ce troisième volume, il devient clair qu’Egregor est une histoire qui aura besoin de s’étendre sur plusieurs tomes afin de bien travailler tous les éléments de son univers très (trop ?) riche. De ce fait, comme c’est le cas pour la plupart des histoires fantasy du style, il est encore très tôt pour pouvoir juger de la valeur du titre. On espère en tout cas que la série saura répondre aux promesses faites par cet univers complexe et ces choix scénaristiques ambitieux !

Fan de mangas en tout genre avec un goût prononcé pour tout ce qui sort de l'ordinaire et un faible pour les histoires fantastiques.

Continue Reading
1 Comment

1 Comment

  1. Emmanuel

    23 février 2021 at 21 h 57

    J’essaye de percer dans le monde de la bd en tant que scénariste et quand je lis des histoires comme Egregor, je me dis que ne pas réussir est très injuste. Mes histoires ont carrément le niveau!
    Voilà une histoire magnifiquement dessinée mais confuse, autant dans son scénario que dans ses scènes de batailles, avec une profusion de personnages dont on ne sait pas s’ils sont importants ou pas… Oui, l’auteur a fait un travail énorme sur la construction de son univers mais à un moment, on se dit “à quoi ça sert?” si ce n’est à le faire mousser. En cela, ça ressemble beaucoup à Eragon, qui nous balade pendant des centaines de pages dans des délires politiques sans intérêt.

    Avec Egregor, j’ai une impression de gigantesque gâchis. J’en suis au 3ème tome et je me demande si je vais continuer.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

three + four =