Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Fukuneko : les chats du bonheur

Published

on

Dessinateur : Matsuzawa Mari
Scénariste : Matsuzawa Mari
Éditeur : Nobi Nobi!
Collection : Seinen
Genre : Tranche-de-vie, Animaux
Public : + 8 ans 
Contenu : 160 pages
Sortie : 18 août 2021
Prix : 7,20€
Statut de la série : Terminée en 4 volumes

“On dit que les fukuneko, ces chats porte-bonheur, s’attachent aux humains à qui il manque quelque chose. Si Ako a Fuku, probablement pour combler la douloureuse absence de ses parents, son petit-frère Yôta ne devrait-il pas lui aussi avoir son propre fukuneko ? La cadette de la fratrie va d’ailleurs en apprendre plus sur sa mère grâce à leur oncle Ichi… La bande de petits chats continue de s’agrandir avec l’arrivée de Charlotte, une fukuneko bien sensible qui redoute le départ de sa maîtresse à l’étranger. En effet, ces créatures toute mignonnes ne peuvent s’éloigner de la ville de Fukuneko…”

Madame Midori a un fukuneko du nom de Charlotte. Cette dernière semble un peu capricieuse aux yeux des autres fukuneko, surtout pour Azuki. Mais madame Midori doit partir à l’étranger et Charlotte ne peut l’accompagner. Elle décide de laisser Chacha à la boulangerie d’Azuki où elle va finir par s’ouvrir aux autres fukuneko. De plus, le festival Daifuku approche et les fukuneko sont en pleins préparatifs mais la météo prévoit beaucoup de pluie pour ce jour de fête. Les fukuneko pourront-ils faire leur festival ?

C’est l’avant dernier volume de ce récit qui déborde de bonheur et de tendresse. On apprend pleins d’informations sur les adorables fukuneko, ces créatures qui apportent le bonheur aux humains qu’ils protègent. On plonge dans le passé d’Ichirô, l’oncle d’Ako, qui semble mener une vie de bohême. Le départ de madame Midori va bouleverser le quotidien de la sensible Chacha, et avec elle, on va découvrir quelques règles qui régissent leur étrange univers, ainsi que certains de leurs. Surtout, on aborde la disparition et l’absence que ressentent Ako, ainsi que son frère et sa sœur. Car même si Yôta était fort jeune et qu’il ne se souvient plus beaucoup d’eux, ses parents lui manquent énormément.

Le scénario mêle habilement tendresse, bonheur, douloureuse absence et humour, et cela avec une grande sensibilité. On pouffe devant les gourmands que sont les fukuneko, grands amateurs des daifuku de Nen-Nen, et on s’attendrit devant les émotions ressenties par Yôta. C’est tout un univers qui est créé grâce à la magie des fukuneko. Le charadesign est fin et tout en rondeur, aussi doux qu’une boule de poils. Quelques étoiles et quelques feuilles entourent les personnages, ce qui donne une ambiance onirique à ce manga. En bonus, une petite histoire met en scène Chaha et madame Midori. Chacha, Fuku et Azuki font la jaquette de ce troisième volume aux couleurs forts automnales.

Fukuneko : les chats du bonheur
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Avec humour et tendresse, on suit les aventures de ces adorables petits chats qui apportent tant de bonheur aux humains qu’ils aiment. On apprécie beaucoup le dessin, en adéquation avec le thème, tout en douceur. On plonge avec plaisir dans la ville de Fukuneko et de ces adorables félins. Bonne lecture !

Scénario85
Dessin80
Édition85
Originalité90
Mise en scène80
Intérêt sur la durée95
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

eighty eight ÷ = eleven