S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Dessinateur : Suzuka
Scénariste : Kazuki Miya
Éditeur : Ototo Manga
Collection : Shonen
Genre : Romance, Heroic-fantasy
Public : + 12 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 5 juin 2020
Prix : 6,99€
Statut de la série : Terminée en 7 volumes

Acheter Site Officiel

Résumé

Maïn n’a pas beaucoup de temps à consacrer à son rêve : la création de livres. Elle travaille au poste de garde et bientôt, aura lieu le baptême de Tuuli, sa sœur. Mais la petite fille n’est pas du genre à abandonner et la voici de retour avec une nouvelle idée : la création du papier japonais!

Notre critique

Maïn n’abandonne pas son rêve malgré un quotidien bien rempli et une santé assez fragile. Même si ses expériences précédentes ont été des échecs, elle continue ses recherches afin de pouvoir enfin avoir du papier. Elle se lance donc dans la création du papier japonais. Mais ce travail demande du temps et des moyens, ainsi que de la force. Tout ce que Maïn n’a pas. Mais elle peut compter sur son ami, Lutz, et Otto, pour l’aider à résoudre ses problèmes. Le premier désire devenir marchant ambulant. Mais ce métier n’est pas bien vu, car il faut renoncer à sa citoyenneté, et donc à la possibilité d’avoir un chez soi. Grâce à Otto, Lutz et Maïn vont rencontrer Benno. Ce dernier, intrigué notamment par le shampoing 2-en-1 de Maïn, va s’associer aux deux enfants pour les aider à créer du papier japonais. Un contrat magique sera signé entre les différents associés et le nouveau projet de Maïn commence.

On découvre de nouvelles facettes de la vie de Maïn dans ce monde dont elle ignorait tout, il y encore quelque temps. Le petite fille se rend compte qu’une fois le baptême de Tuuli passé, sa grande sœur partira en apprentissage chez une couturière et que c’est à Maïn qu’il incombera de reprendre les tâches de la jeune fille. Mais aura-t-elle la force et l’endurance pour ce travail quotidien, elle dont la santé est si fragile? Mais cela ne l’arrête pas et elle continue sa recherche de création de papier. Sur le côté, elle tente d’améliorer son quotidien, et met au point des recettes de cuisine avec les aliments qu’elle découvre dans ce monde. On apprend aussi que la magie existe dans cet univers, mais qu’elle est surtout réservée aux nobles, comme les livres d’ailleurs. Maïn se fait de plus en plus remarquer par sa différence : elle est trop propre, ses cheveux brillent, elle est fort intelligente. Tout dans sa façon d’être la fait paraître différente aux yeux de Benno et de Lutz, qui ne reconnaît plus son amie dans cette petite fille.

Le scénario est dynamique, pleins d’informations, et on n’a pas le temps de s’ennuyer avec cette série. Le dessin est tout en rondeur, avec des traits fins et il y a un peu plus de décors dans ce tome, car on découvre une partie de la ville différente, les quartiers des riches. En bonus, quelques pages de type light-novel nous font découvrir le baptême de Tuuli. Sur la jaquette, on découvre Maïn et Lutz, ainsi que le contrat magique, et une partie de leur projet « papier japonais ». En arrière-plan, Tuuli dans sa tenue de baptême les suit des yeux.

Notre critique du tome 3 de La Petite Faiseuse de Livres

En résumé, malgré un scénario dense, à cause notamment des tractations entre Benno et Maïn, ce tome nous apprend plein de choses sur la vie dans ce monde. On vit avec passion les péripéties de cette petite fille dont le rêve est d'avoir du papier et des livres. Une biblio-fantasy pour tous!

Scénario90%
Dessin85%
Édition90%
Originalité90%
Mise en scène90%
Intérêt sur la durée95%
On a aimé
  • L'aspect documentaire
  • Le dessin de qualité
On a moins aimé
  • Néant
90%Note Finale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.