Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Netsuzô Trap – NTR –

Clementine

Published

on

Netsuzo trap NTR t3 notre critique banniere - nipponzilla
Netsuzo-trap-NTR-t3-nipponzillaDessinateur : Naoko Kodama
Scénariste : Naoko Kodama
Editeur : Taifu Comics
Collection : Yuri
Genre : Romance, tranche de vie, drame
Public : Public averti
Contenu : 166 pages
Sortie : 24 juillet 2020
Prix : 8,99 €
Statut de la série au Japon : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Blessée par sa séparation d’avec Takeda, Yuma parle de sa solitude à Hotaru, son amie. Mais alors qu’elles sont dans les bras l’une de l’autre, le petit ami de cette dernière, Fujiwara, les prend en photo et leur demande s’il peut les rejoindre… Afin de dissiper le malentendu, Hotaru reste seule avec Fujiwara mais Yuma ne peut pas s’empêcher de ressentir de sombres sentiments. Et quand elle cherche à mettre en lumière sur ceux-ci, tout ce que Hotaru lui répond est qu’elle est « son amie la plus précieuse »… Après le début de la nouvelle année scolaire, Yuma sent que Hotaru s’éloigne de plus en plus d’elle. C’est alors qu’elle l’aperçoit un soir en centre-ville.

Notre critique

Le petit jeu du « je t’aime, moi non plus » ou plutôt « je ne sais pas ce que tu veux dire » continue dans ce tome 3 de Netsuzô Trap – NTR.

Yuma désespère après Takeda tout en ne comprenant rien à ses sentiments et en se laissant perturber par une Hotaru qui aimerait bien qu’elle lise entre ses lignes. Mais Yuma refuse d’admettre qu’Hotaru est plus qu’une amie d’enfance dans son cœur… Elle décide de laisser Hotaru à Fujiwara, même si cela la déplaît. Il faut dire que le garçon est si antipathique qu’il est facile de penser que Yuma ne l’aime tout simplement pas et non parce qu’il sort avec Hotaru !

Pour se guérir de ses doutes, Yuma profite de la rentrée pour tenter un rapprochement avec Takeda. Ce dernier accepte de leur donner une seconde chance. Mais voilà que l’absence d’Hotaru dans le quotidien de Yuma perturbe de nouveau la demoiselle. Jusqu’à ce qu’elle le croise au détour d’une ruelle, en uniforme de bar à hôtesses ! Elle est furieuse contre Hotaru et insiste pour rester dans le bar jusqu’à ce qu’elles rentrent ensemble. Alors que Yuma pense convaincre son amie de laisser tomber ce petit boulot dégradant, Hotaru en profite pour la tester une fois encore et l’affuble immédiatement du costume de l’établissement ! Si elle veut rester, elle doit se fondre dans le décor…

Après un premier échec, Yuma se fait finalement embaucher. Elle ne veut pas quitter Hotaru d’une semelle et ce même si Fujiwara lui a affirmé que ce petit boulot n’avait qu’un seul but pour son amie. En effet, Hotaru souhaiterait déménager, vivre seule et loin de Yuma !

Tandis que cette dernière ne sait plus qui croire et jongle entre ses sentiments contradictoires pour Hotaru et ses mensonges à Takeda, les allusions de Fujiwara pourraient bien mettre un point final au dilemme. Après tout, Yuma laisse s’exprimer de plus en plus son désir de garder Hotaru à ses côtés quoi qu’il arrive…

Les choses se précisent enfin quelque peu dans l’esprit de Yuma. Hotaru a beau faire ce qu’il faut pour s’éloigner d’elle après l’avoir vue si malheureuse d’avoir perdu Takeda, rien n’y fait. Cette fois-ci, c’est Yuma qui s’accroche et refuse de considérer Hotaru comme une « simple » meilleure amie. Les raisons lui échappent encore mais le bon chemin semble pris…

Rien de révolutionnaire dans ce yuri à la trame bien conventionnelle dans le mode du manga contant une romance. Les triangles amoureux changent un peu en version yuri mais les ficelles bien grosses sont installées. Les personnages évoluent peu, toujours englués entre mensonges à eux-mêmes, demi-vérités, faux scrupules, etc.

Le dessin de Naoko Kodama est fait pour ce genre : il détaille les corps très gâtés par la nature des deux héroïnes. Le costume de soubrette au décolleté profond est un prétexte idéal mais la pauvreté des arrières plans en est frappante. La mise en scène planifie chaque instant du récit, met en avant les pensées de Yuma et le secret entourant Hotaru. Un petit suspense réussi clôt ce tome de sorte que les lecteurs, une fois de plus, se languiront de la suite.

Avec ce tome 3, Netsuzô Trap – NTR fait un peu avancer son intrigue mais souffre toujours d’une lourdeur accentuée par une héroïne peu réaliste dans la lenteur avec laquelle elle envisage ses sentiments.

Rédactrice manga de Nipponzilla. Dévoreuse manga, BD et livres en tous genre, bavarde absolue, elle s’attaque à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un bon titre et qu’importe les déceptions, elle s’acharne pour vous dénicher des perles.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

thirty two ÷ = eight