Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Orient – Samurai Quest

Nurci

Published

on

Dessinateur : Shinobu Ohtaka
Scénariste : Shinobu Ohtaka
Editeur : Pika Édition
Collection : Shônen
Genre : Aventure, fantastique, combat
Public : + 12 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 02 septembre 2020
Prix : 7,20 euros
Statut de la série: En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

« Mal préparés pour leur voyage, Musashi et Kojirô ont trouvé refuge au château Samidare grâce à Tsugumi, une jeune bushi malicieuse qui les y a conduits. Mais, alors qu’une gigantesque vague d’oni s’apprête à frapper l’endroit, le seigneur des lieux, Hideo Kosameda, refuse de battre en retraite, quitte à sacrifier les civils. La seule en mesure de changer la donne est Tsugumi, sa fille adoptive. Néanmoins, après des années de servitude, impossible pour elle de lui tenir tête. Pourtant, Musashi et Kojirô sont convaincus qu’elle en est capable et feront tout pour lui permettre de déployer ses ailes. »

Notre critique

Ce volume est divisé en deux grandes parties : le combat de Tsugumi contre le seigneur Kosameda et la suite du voyage avec le trio nouvellement formé.

Le combat entre Tsugumi et Komaseda est intéressant car il montre au lecteur que le combat que mène Tsugumi est d’abord un combat intérieur contre elle-même. Elle se bat pour elle-même et elle se rend compte qu’elle ne pourra aider les autres que lorsqu’elle aura réussi à se libèrer de l’emprise mentale de son seigneur.

Il y a peu de séquences de combat à proprement parler mais le récit est bien construit et le lecteur peut ainsi suivre les différents niveaux de combat qui se jouent dans ces pages. Durant cette partie, les deux garçons, Musashi et Kojirô n’ont qu’un rôle mineur et n’interviennent que pour donner un peu d’aide à Tsugumi.

À la fin de cet arc, Tsugumi a réussi à se libèrer de l’emprise de son seigneur et les habitants sont sauvés. Elle se retrouve cependant face à une nouvelle épreuve : pour pourvoir vraiment défendre les habitants du château, il faut qu’elle devienne plus forte et pour cela, elle va devoir partir en voyage pour se former. Le dilemme rencontré par le personnage est raconté de manière claire.

La deuxième partie du volume met en scène le trio dans de petites histoires mises bout à bout. Ces petits événements sont là pour montrer d’un côté, les relations compliquées et les quiproquos liés à la mauvaise communication interne du petit groupe et l’apprentissage du monde.

En effet, si Tsugumi a appris quelques éléments liés au oni, elle a toujours vécu enfermée dans le château. Les garçons, eux, sont toujours restés dans leur village de mineurs. En fait, ils sont complètement inadaptés à la vie en société. Pour retranscrire cela, l’auteur utilise l’humour en mettant les personnages dans des situations embarrassantes.

Au niveau de la narration, c’est un soucis car l’humour est lourd et l’embarras des personnages se transmet aux lecteurs. C’est dommage car l’on sort d’un arc intéressant avec beaucoup de réflexions pour arriver dans des pages que l’auteur a voulu plus légères et plus drôles mais l’effet est raté.

En fin de volume, les personnages en apprennent beaucoup sur les sabres. C’est très intéressant autant pour eux que pour le lecteur. L’humour disparaît pour laisser la place à quelque chose de beaucoup plus sérieux.

Ce volume est inégal au niveau de sa qualité de narration. La première moitié et la fin sont intéressants tant au niveau de la mise en scène que du récit mais le milieu qui met en scène le voyage est beaucoup moins intéressant. Heureusement, la fin du volume relance l’intérêt pour la suite.

Le dessin est très détaillé, parfois trop. Dans certaines scènes, cela rend les actions confuses. Si les personnages restent reconnaissables, le lecteur a parfois l’impression que le dessin est bâclé.

Il y a un petit chapitre bonus à la fin du volume qui met en scène Tsugumi.

Musashi fait face à son passé afin de réussir l’épreuve et obtenir ainsi son sabre. Quelle en sera l’issue ?

Notre critique du tome 3 de Orient – Samurai Quest
Conclusion

Voici la légende de deux guerriers pourfendeurs de démons.

Scénario
75
Dessin
65
Edition
85
Originalité
80
Mise en page
70
Intérêt sur la durée
75
On a aimé
Le combat de Tsugumi
On a moins aimé
L'humour graveleux
75

Geekette assumée et grande fan de manga depuis Dragon Ball. J'ai une fâcheuse manie de lire tout ce qui me tombe sous la main, ce qui permet de faire les meilleures découvertes.