Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Record of Grancrest War

Hitaka

Published

on

Dessinateur : Ryo Mizuno
Scénariste : Makoto Yotsuba
Character Design : Miyuu
Éditeur : Pika Édition
Collection : Seinen
Genre : Héroic-Fantasy, Combats, Quête
Public : + 12 ans
Contenu : 160 pages
Sortie : 11 mars 2020
Prix : 7,20 €
Statut de la série : Terminée en 7 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

La guerre est déclarée entre le gouverneur de Sievis et Théo. Sous la direction de Siluca, Lassic accompagné de Irvin et leurs troupes se mettent en route pour rallier les seigneurs autonomes à leur cause. Les actions de la jeune mage retentissent aux quatre coins du royaume et ses proches et connaissances suivent son évolution avec beaucoup d’intérêt. Mais le combat s’annonce mal puisque personne ne rejoint les rangs de Théo. Siluca se pose alors des questions sur son plan et les manipulations qu’elle a mises en place et finalement c’est Théo qui les sauvera tous. Les paysans de son domaine se sont mis en route et ils ont rassemblé des armées pour venir soutenir leur seigneur qui leur a tant apporté depuis son entrée au pouvoir. Soutenu par son peuple et avec Siluca, la meilleure des stratège, Théo gagne le combat contre le gouverneur de Sievis et rallie les seigneurs autonomes à sa cause. C’est au tour de Siluca d’entrer en scène et d’aller négocier leur adhésion à l’Alliance industrielle avec sa dirigeante à Waldlind. Un pas de plus qui mènera Théo vers son rêve de terrasser Rossini afin de pouvoir sauver Sistina, son île natale. Mais alors que Siluca pense avoir une bonne chance que ses négociations aboutissent à un accord en leur faveur. Le grand mage de la reine vient mettre son grain de sel. Comment lutter contre cet homme qui n’est autre que son père?

Notre avis

Les plans de Siluca vont bon train dans ce 3ème tome de Record of Grancrest War, car si c’est Théo qui est le souverain, il n’en a que le titre puisqu’il n’est qu’une marionnette entre les mains de Siluca. Mais mine de rien, Théo prend sa place dans l’histoire puisque c’est pour lui que les paysans se battent. On découvre que dans l’ombre, et sans vraiment s’en rendre compte lui-même, Théo est devenu un vrai seigneur aimé de son peuple. Siluca aussi s’en rend compte et il est bon de voir cette jeune fille solitaire et autoritaire, se laisser aller à faire confiance à d’autres. Une belle évolution des héros qui risquent encore de nous étonner.

On découvrira la souveraine de l’Alliance industrielle qui représente une des deux grandes puissances avec l’Union et on en apprendra plus sur leur fonctionnement. Par ce biais, nous ferons la connaissance du père de Siluca qui semble être un homme bien étrange. La magicienne cache un passé chaotique qui pourrait revenir plus en détail dans les prochains tomes. Il est toujours intéressant d’en apprendre plus sur les héros et on ne peut qu’avoir hâte de découvrir les secrets de Théo. A voir dans les prochains tomes si l’origine de sa quête nous sera dévoilée.

Tout comme Théo, nous en apprenons plus sur les crests dans ce 3ème tome avec notamment l’étendard. Théo possède le pouvoir de motiver l’esprit de ses troupes grâce à son étendard mais vu son discours d’avant guerre, il n’avait pas besoin de son étendard pour ça. Le discours est poignant et on s’y croirait presque. On peut dire que Théo sait donner confiance à ses hommes et transporter le lecteur avec lui. Cette scène est vraiment intense et magnifique.

A côté des moments sérieux, l’humour se fait toujours sa place tout au long du récit. Théo en est pour beaucoup puisqu’il nous est souvent présenté comme un benêt insouciant, mais c’est ce qui fait son charme. De ce fait, les personnages nous sont souvent présentés avec des têtes plus drôles les unes que les autres.

Les personnages sont toujours très bien détaillés. On peut cependant regretter un chara-design peu varié avec notamment les personnages masculins qui ont tous un visage fort similaire. Pas toujours facile de savoir qui est qui.

Les arrière-plans sont pour la plupart assez sobres avec des personnages présentés en gros plans. Les scènes de guerre sont quant à elles très travaillées avec beaucoup de détails, des lignes de vitesse ou encore des onomatopées.

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ninety one ÷ thirteen =