Connect with us

Critique

Notre critique du tome 3 de Shigurui

Published

on

Dessinateur : Yamaguchi Takayuki
Scénariste : Nanjo Norio
Éditeur : Meian
Collection : Shonen
Genre : Historique, Action
Public : +16 ans
Contenu : 284 pages
Sortie : 29 mars 2021
Prix : 9,95€
Statut de la série : Terminée en 15 volumes

“Une silhouette tapie dans les ténèbres pourfend le maître du style Kogan. Quelle est l’identité de celui qui utilise la technique secrète « Mumyô Sakanagare » pour teindre en rouge les rues de Kakegawa !? “

Des meurtres ont lieu au sein de l’école Kogan. Les victimes sont des élèves de l’école, certains novices, d’autres, au contraire, sont plutôt doués avec le sabre. Les victimes sont tuées d’un seul coup de lame et leurs morts sont mises en scène. La renommée de l’école est souillée. Kogan, d’abord suspecté d’être l’auteur de ces meurtres, n’est pas responsable de ces tueries malgré la folie qui l’habite presque tout le temps. Fujiki va se lancer à la poursuite du mystérieux assassin. Depuis l’exclusion de Siegen, Mie ne se nourrit plus. Son corps est décharné et l’absence de ses règles obnubile son père, qui avec sa raison chancelante, tente de la rendre à nouveau fertile. Sauf que depuis le premier meurtre, Mie mange à nouveau ..

Ce tome est rempli de mystères. Entre Mie qui s’épuise de plus en plus, le mystérieux assassin qui surgit de l’ombre et le sabre maudit offert à maître Kogan par le Seigneur Andô, ce scénario tout en violence attise notre curiosité. Au détour des pages, on rencontre une organisation, le Tôdôza, dont le chef bénéficie de l’appui du Shogun. C’est est un ordre constitué d’hommes ayant perdus la vue. A eux seuls, ils forment une caste puissante qui semble avoir des ramifications dans plusieurs sphères importantes du pouvoir. D’ailleurs, leur chef s’intéresse beaucoup à la succession de maître Kogan, conscient de la valeur de cette école. On découvre également certains rites funéraires et rituels, comme celui du bol de brouet de kudzu avant de se faire seppuku, afin de réaliser ce geste le plus proprement possible. La folie est également bien présente : tout le monde sait que Kogan n’a plus toute sa tête, mais Mie est également fort instable et elle nous touche au plus profond de notre cœur par sa détresse émotionnelle. Enfin, c’est une petite enquête policière qui nous est également proposé dans ce tome avec la recherche du mystérieux assassin, qui s’attaque à la renommée de l’école de maître Kogan. Le charadesign est toujours d’une grande qualité, avec des visages déformés par la folie et la violence qui les habitent. Les affrontements entre les différents protagonistes bénéficient de chorégraphies très fluides et intenses. Le trait est précis, sombre et fort détaillé, surtout au niveau de la musculature des personnages. Sur la jaquette, on peut admirer tout le talent de Yamaguchi Takayuki avec la rencontre ensanglantée entre Fujiki et Seigen.

Shigurui
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Ce troisième volume nous emmène dans les méandres de la folie qui se tapie au plus profond de l’âme humaine, à côté de cette violence qui fait partie du quotidien de ces personnages qui nous font voyager dans le temps. Bonne lecture !

Scénario95
Dessin80
Édition85
Originalité80
Mise en scène80
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

twenty two − fifteen =