Connect with us

Critique

Notre critique du tome 4 de The Breaker

Published

on

Dessinateur : Park Jin-Hwan
Scénariste : Jeon Geuk-Jin
Éditeur : Meian
Collection : Manhwa
Genre : Action, Suspense
Public : + 14 ans
Contenu : 388 pages
Sortie : 7 septembre 2021
Prix : 12,95€
Statut de la série : Terminée en 5 volumes

« Tandis que Shinwoo parvient tant bien que mal à échapper aux hommes du Murim, son maître décide d’attaquer de front l’organisation ! Ils ont des comptes à régler ! Mais avant cela, Chunwoo doit se défaire de Si-Ho pour la préserver des conséquences de ses actes. Les poings vengeurs de Gumunryong sont prêts à en découdre ! »

Après une longue course-poursuite, l’Union du Murim met la main sur le jeune Shinwoo. Leur but est de faire venir à eux le Gumunryong, alias Chonwoo, le maître de Shinwoo. Afin de sauver son disciple, ce dernier se lance dans une attaque frontale du Murim. Si-Ho, amoureuse de Chonwoo, décide de se battre à ses côtés, ce que Gumunryong refuse. De son côté, Shinwoo arrive à s’échapper et l’Union met toute la ville sens dessus-dessous pour le retrouver.

Voici l’avant-dernier volume d’une série d’action et d’affrontements qui nous en met plein la vue depuis le premier tome. Ici, les affrontements sont dantesques, tout en excès, mais très bien chorégraphiés et assez fluides. Ceux-ci, ainsi que les courses-poursuites, ont lieu sous une pluie battante, qui ajoute un cachet particulier à l’ambiance déjà sombre et violente de cette œuvre. Mais plus qu’un beau dessin, ce tome met en avant la gestion particulière de l’Union du Murim, avec des chefs de clan pas toujours sur la même longueur d’onde que leur chef, sans parler de leurs manœuvres pour accumuler encore plus de pouvoir au sein du groupe. Enfin, cette guerre contre Gumunryong met en avant les dissidences parmi les différents membres, entre les plus faibles qui espèrent toujours en un changement dans les règles du Murim grâce à Gumunryong, et les membres qui gangrènent l’organisation. Une fois de plus, Shinwoo brille par cette ténacité qu’on lui connaissait déjà. Il n’abandonne pas son maître, même quand il est au plus mal et que son corps ne peut aller plus loin. Mais dans son innocente jeunesse, il ne comprend pas l’intérêt que le Murim à pour lui, lui qui ne veut rien à voir à faire avec cet organisme. Cette naïveté le pousse à foncer tête baissée dans les ennuis et son mordant, que tout le monde lui reconnaît et admire, pourrait lui être fatale. Enfin, la séduisante Si-Ho lève le voile sur ses sentiments, très prévisibles. Mais la jeune femme, toute puissante qu’elle est, peut devenir une faiblesse pour celui qu’elle aime, et le Murim compte bien en tirer profit.

Le charadesign est très bien mis en valeur sous cette pluie diluvienne, qui tombe presque en continu tout au long des pages de ce tome, pendant que les différents adversaires s’affrontent les uns les autres. Au vu du nombre de combats, on n’est pas noyé par les dialogues, mais le dessin se suffit à lui-même. Quelques pages couleurs ouvrent ce quatrième et avant-dernier volume. C’est la jeune Soseol entourée d’eau et de fleurs qui est mise en avant sur la sombre jaquette.

The breaker
85 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

De l’action, de l’action et encore de l’action dans ce quatrième volume de cette série qui nous tient en haleine depuis les premières pages. Le graphisme nous plonge dans une ambiance sombre, avec des cascades époustouflantes sous une pluie battante très réaliste. On est fan de cette série qui n’a pas pris une ride !

Scénario80
Dessin80
Édition90
Originalité85
Mise en scène85
Intérêt sur la durée85
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

five × eight =