Notre critique du tome 5 de Granblue Fantasy

Dessinateur : Cocho
Scénariste : Fugetsu Makoto
Éditeur : Pika Édition
Collection : Shonen
Genre : Fantasy, Aventure
Public : + 10 ans
Contenu : 208 pages
Sortie : 3 juillet 2019
Prix : 7,20€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site Officiel

Résumé

Gran, Lyria et leurs amis sont arrivés à maîtriser le Léviathan, sur l’Île d’Auguste. Lorsque Lyria absorbe la puissance de la bête originelle, elle sent que quelqu’un d’autre prend la puissance de Léviathan : une jeune fille qui accompagne le Chevalier Noir. Afin d’aider Lyria à comprendre un peu plus son pouvoir, le groupe suit le conseil du Chevalier Noir et se rend sur l’Archipel de Lumacie. Là, ils font la connaissance d’Orchis, la marionnette du Chevalier Noir.

Notre critique

Dans ce volume, on découvre Orchis, une jeune fille qui accompagne le Chevalier Noir. Elle avoue être une « marionnette » et elle obéit aux ordres du Chevalier Noir. D’emblée, Lyria lui accorde son amitié et veut l’aider à rejoindre son vaisseau, car elle s’est perdue. Orchis est assez froide et ne semble pas éprouver beaucoup de sentiments. Il y a aussi Rosetta, qui se présente à Gran et aux autres comme ayant une dette vis-à-vis de la forêt de Lumacie. Elle défend la forêt et la bête originelle qui y vit : Yggdrasil, qu’il ne faut surtout pas réveiller. Rosetta est assez séductrice et joue de ses charmes auprès de Gran, ce que Lyria n’apprécie pas… et que Rosetta troue super mignonne ! Nos héros ont quelques difficultés à cerner ce personnage qui se met sur leur route.

La guérison de Léviathan, la connaissance d’Orchis et de Rosetta, la découverte de l’Archipel de Lumacie : voilà ce que ce tome 5 nous fait vivre. Une fois de plus, le scénario avance à un rythme bien cadencé. Le dessin est toujours aussi agréable, régulier et les personnages dégagent un certain charme. On reste dans des décors très « nature » : après la mer et les nuages, nous voici dans la forêt, avec ses arbres, ses fruits, ses feuilles et ses insectes. Rosetta, toute féminine et aguicheuse est dessinée sur la jaquette, avec en fond, un échantillon des paysages de l’Archipel de Lumacie. Le choix de couleurs respecte celles prises pour les tomes précédents : un fond blanc et des couleurs très aériennes, qui mettent en valeur le héros. Sous cette jaquette, un paysage nuageux en dégradé de bleu-gris.

Petite info : ce tome est le dernier pour le scénariste Makoto Fugetsu. Même si Cocho reste à la barre pour le dessin, nous découvrirons un autre scénariste pour les prochains voyages de nos héros.