Connect with us

Critique

Notre critique du tome 5 de Soft Metal Vampire

Published

on

Dessinateur : Hiroki Endô
Scénariste : Hiroki Endô
Éditeur : Casterman
Collection : Seinen
Genre : Aventure, Chimie, Vampire
Public : + 14 ans
Contenu : 192 pages
Sortie : 1 juillet 2020
Prix : 8,45 €
Statut de la série : Terminée en 6 tomes

Acheter Site Officiel

Résumé

« Elle était une lycéenne ordinaire… jusqu’au jour où s’est éveillé son pouvoir, qui va plonger le monde dans le chaos. Le quartier général de la G.D.F., Mikanato, est pris d’assaut par les assassins de Suzerain. Leur seul et unique but est d’anéantir les Dhampirs et leur nouvelle recrue, Miika, qui ne cesse de progresser dans sa maîtrise de l’élément d’argent. Le combat final des manipulateurs d’éléments commence ! »

Notre avis

Les combats entre la GDF et Suzerain continuent dans ce 5e tome de Soft Metal Vampire. Cependant l’histoire tourne un peu en rond. On suivra plusieurs échauffourées dans ce volume mais ils ne mènent à rien. On n’en apprend pas beaucoup plus sur le désir de Vlad à faire des humains du bétail, ni sur “l’anomalie” de Alan. Chacun prépare toujours la guerre de son côté avec de petites attaques de temps à autre pour nous rappeler leur conflit. Le prochain tome étant le dernier, la guerre devrait normalement éclatée et l’histoire prendre son sens.

Le tome commence sur le passé de Haruka et on s’attend à ce que cela révèle des informations importantes à son sujet ou bien qu’elle ait un rôle capital à venir mais pour le moment, elle est comme tous les autres Damphirs du GDF. Pourquoi a-t-elle été mise en avant dans ce tome … mystère.

La chimie est toujours au cœur du récit avec encore et toujours des explications qui tirent en longueur sur l’utilisation des différents éléments du tableau périodique et la lecture s’alourdit.  Il y a par moment beaucoup trop de détails chimiques et on décroche facilement de l’histoire, sautant quelques cases pour voir la suite du récit.

On verra plus de loups garous dans ce tome ce qui variera les personnages. Leur chara-design est d’ailleurs bien plus variés que les personnages au physique humain.

Les arrière-plans sont toujours aussi bien travaillés. Les scènes de combats sont très détaillées avec des explosions, des lignes de vitesses ou encore des onomatopées qui viennent les agrémenter.

Tombée dans l'univers manga par hasard, elle ne l'a plus lâché et en est devenue passionnée. Plus attirée par le shojo et le shonen, elle n'a pas peur de relever des défis et de découvrir d'autres styles.