Lisez notre avis concernant le tome 1 de @Ellie et suivez toute son actu sur Nipponzilla, le meilleur site d'actualité manga, anime, jeux vidéo et cinéma

Notre critique du tome 6 de @Ellie

Dessinateur : Fujimomo
Scénariste : Fujimomo
Éditeur : Kana
Collection : Shojo
Genre : Romance
Public : + 12 ans
Contenu : 168 pages
Sortie : 8 novembre 2019
Prix : 6,85€
Statut : En cours, 10+ tomes au Japon

Acheter Site officiel

Résumé

« Eriko Ichimura, alias Ellie, aime murmurer des fantasmes à propos du plus beau garçon de sa promo, Akira Ômi. Après avoir passé Noël et le premier jour de l’année ensemble, les deux ados forment désormais un vrai couple d’amoureux. Ellie est donc sur son petit nuage, elle utilise son smartphone en plein cours et se le fait confisquer par un professeur. Punie, elle doit accomplir des tâches avec Kaname, un garçon de sa classe. À cause d’une réaction déplacée, mais involontaire de Kaname, Ellie est blessée. Et Kaname lui demande alors d’être son amie… »

Notre critique

Nouveauté shôjo difficile à rater des éditions Kana en 2018, @Ellie continue tranquillement sa publication avec un sixième tome sorti en fin d’année 2019 et un septième prévu pour février prochain. Et pour l’instant, la série semble réussir à rester aussi intéressante qu’au début, challenge pourtant difficile pour les shôjo lycéens qui tombent souvent dans le répétitif !

L’originalité de @Ellie, on l’a vu dans les précédentes critiques, tient en grande partie de ses personnages particulièrement attachants. On a ici une héroïne au physique certes ordinaire comme la plupart des héroïnes de shôjo, mais sa personnalité hors du commun rend son histoire très amusante à suivre. Et son « love interest », le beau Ômi, est également bien différent du héros de shôjo habituel ! Il a beau essayer de jouer les preux chevaliers et de maintenir une façade de mec cool et froid, nous ne sommes plus dupes : c’est en vérité un grand timide au caractère très enfantin, prompt à faire des caprices.

La relation entre nos deux héros reste néanmoins encore assez immature ; leurs sentiments l’un pour l’autre sont désormais assez évidents, mais on sent qu’ils ont encore un peu de mal à agir en couple. La situation n’est pas facile, car leur relation est secrète au lycée, ce qui les oblige à garder une certaine distance, mais le problème vient surtout de leur manque de confiance à tous les deux. C’est donc un premier amour qui commence tout doucement, mais les scènes mignonnes et touchantes ne manquent pas.

Ce sixième tome est principalement centré sur Eriko et ses rapports sociaux avec d’autres élèves de leur lycée. Notre héroïde asociale et maladroite va devoir gérer sa toute première dispute avec sa meilleure amie, une tâche qui ne manquera sûrement pas de la faire grandir en tant que personne. Mais une situation encore plus critique l’attend sans qu’elle ne s’en rende compte, car un autre garçon du lycée découvre soudain son compte Twitter secret ! Il semble par ailleurs plutôt intéressé par Eriko… un possible rival amoureux pour Ômi ?

Ce nouveau personnage est plutôt intéressant car différent des autres protagonistes de l’histoire. Il est extrêmement maladroit socialement – bien plus qu’Eriko, qui l’eût cru ! – et sa personnalité est assez difficile à sonder, pour nous comme pour Eriko et les autres personnages. Ce côté un peu à côté de la plaque le rend néanmoins assez attachant. On en apprend également un peu plus sur un autre garçon de l’histoire : Reo, l’ami d’enfance de Sara, qui vit un amour à sens unique. La situation entre eux deux semble bien compliquée pour le moment, mais nul doute que leur relation va évoluer peu à peu en parallèle.

On reste sur du classique pour un shôjo ; le rival amoureux, le couple secondaire, les événements au lycée… et pourtant, l’exécution est suffisamment habile pour ne pas nous ennuyer. La relation entre « Ellie » et Ômi progresse bien, et les autres personnages viennent nous occuper pour ne pas tomber dans l’ennui d’une relation établie sans nouvelles surprises. Pour un sixième tome, le bilan est donc tout à fait correct.