Connect with us

Critique

Notre critique du tome 6 de Kiki : Le pouvoir suspendu

Published

on

Dessinateur : /
Scénariste : Kadono Eiko
Éditeur : Ynnis Edition
Collection : Romans
Genre : Comédie, Fantastique
Public : + 12 ans
Contenu : 368 pages
Sortie : 4 mai 2022
Prix : 19,95€
Statut de la série : Terminée en 6 volumes

« Dans cet ultime tome de Kiki la petite sorcière, vivez les nouvelles aventures de cette héroïne iconique au travers de l’œuvre magique d’Eiko Kadono, à l’origine du chef–d’œuvre de l’animation japonaise de Hayao Miyazaki. Eiko Kadono a reçu le prestigieux prix d’écriture pour la jeunesse Hans Christian Andersen 2018. 15 années se sont écoulées dans la petite ville de Koriko, et la vie de Kiki a bien changé. Désormais mère de famille, la jeune femme s’inquiète de l’avenir de ses enfants. Alors que sa fille Nini ne semble manifester aucun intérêt pour la magie, son garçon Toto brûle d’envie, lui, de devenir une sorcière. Pourtant, ce talent ne se transmet que de mère en fille… En quête d’identité et de sens, les jumeaux vont emprunter des chemins bien différents pour comprendre et accepter la nature de leur héritage. Jiji, Osono, Kokiri, Kéké ou encore Yomogi… des visages nouveaux et familiers sont réunis une dernière fois pour aider la descendance de Kiki à trouver sa voie, dans cette conclusion étonnante et émouvante de la saga de la petite sorcière. Le grand départ est proche… »

Kiki a bien grandi. Elle s’est mariée avec son premier amour Tombo et ensemble, ils ont eu deux enfants, Toto et Nini. Toujours installée à Koriko, où elle assure un service de sorcière-coursière de qualité, Kiki vit entourée de ses amis Osono et Yomogi notamment, mais surtout Jiji, son ami de toujours et qui est parent également. Être ainsi entourée n’empêche nullement Kiki d’être inquiète pour ses enfants. Tandis que Nini ne semble pas intéressée

par la magie, Toto rêve de devenir une sorcière. Hélas, ce savoir se transmet de mère en fille…

Ce dernier ouvrage est surtout consacré aux enfants de notre sorcière tant aimée. Même si on découvre les inquiétudes de Kiki pour ses enfants, ce sont leur quête d’identité et du sens qu’ils veulent donner à leur vie qui sont mis en avant. Même si la tradition veut que le savoir des sorcières se transmet de mère en fille, Kiki a élevé ses jumeaux de la même manière. Ainsi, Nini a un compagnon qui se nomme Boubou et Toto à la chance d’avoir Bébé à ses côtés. Tombo va également fabriquer un balai pour chacun avec un vieux balai de son épouse, chargé en magie. Mais la tradition pèse sur les épaules de la famille de Kiki. Les jumeaux ont atteint l’âge de 11 ans et cela fait 1 an que Nini oscille entre devenir une sorcière et commencer son apprentissage ou non. Elle approche de l’âge du choix et ignore ce qu’elle doit faire. Aux yeux de ses amis, elle se définit comme une sorcière mais elle a peur que cette direction ne lui convient pas. Donc, elle hésite, contrairement à Toto, qui est bien décidé à pratiquer la magie. Étant fils de sorcière, un peu de magie s’est insufflée en lui, mais est-ce que cela sera suffisant pour le jeune homme ?

Ce dernier tome, comme le premier, aborde le passage de l’enfance vers l’âge adulte, celui de l’adolescence et de ses choix. Kiki voit ses chers enfants prendre de l’assurance, vouloir leur indépendance et décider de leur avenir. Cela la déconcerte beaucoup car d’une certaine façon, ils lui échappent et elle n’a plus la même influence sur eux. Du coup, elle ne peut les aider autant qu’elle le voudrait à prendre les meilleures décisions. Elle qui a toujours souffert de sa différence en tant que sorcière, elle veut que tout le monde l’aime et ne veut pas que ses enfants vivent ce qu’elle a ressenti. Nini et Toto ont des personnalités différentes. La première est railleuse et bruyante, alors que son frère est plus solitaire et posé. Chacun à leur manière, ils portent le poids des traditions des sorcières sur leurs frêles épaules. Et même si Kiki ne semble jurer que par ces traditions, elle se rend compte qu’une évolution est nécessaire afin de faire perdurer la magie dans le monde. Déjà, Jiji vit encore à ses côtés, alors qu’une fois marié, les chats et les sorcières doivent se séparer selon la tradition. Kiki doit donc se préparer aux changements qu’amène la nouvelle génération, comme sa mère avant elle. Mais Kiki et ses enfants peuvent compter sur la présence rassurante de Tombo, qui grâce à sa patience, est un catalyseur pour son épouse et ses deux enfants. C’est donc un ouvrage chargé en émotions qui nous est offert par Kadono Eiko. La famille de Kiki au grand complet est mise en avant sur cette dernière couverture.

Kiki : Le pouvoir suspendu
90 Rédaction
Lecteurs 0 (0 votes)
Résumé

Ce dernier volume nous fait vivre au cœur de la famille de notre sorcière-coursière préférée. Entre questionnements, doutes et magie, on voyage une dernière fois aux côtés de Kiki et de ses amis. C’est une grande aventure qui nous attend et c’est le cœur serré que l’on referme ce dernier volume. Belle lecture !

Scénario90
Dessin0
Édition90
Originalité90
Mise en scène85
Intérêt sur la durée90
Ce que les gens disent... Laissez votre note
Sort by:

Be the first to leave a review.

User Avatar
Verified
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Show more
{{ pageNumber+1 }}
Laissez votre note

Your browser does not support images upload. Please choose a modern one

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WC Captcha ÷ one = three