Notre critique du tome 7 de Bloom Into You

Dessinatrice : Nio Nakatani
Scénariste : Nio Nakatani
Éditeur : Kana
Collection : Shôjo
Genre : Romance, Tranche de vie
Public : + 14 ans
Contenu : 178 pages
Sortie : 23 octobre 2020
Prix : 7,45€
Statut : Terminé en 8 tomes

Acheter Site officiel

Résumé

“Tôko avance enfin par elle-même. Malheureusement, Yû semble ne plus avoir sa place à ses côtés… Alors que les deux jeunes filles s’éloignent petit à petit, Tôko et Sayaka partent en voyage scolaire. « Je vais lui dire ce que je ressens. Ce jour est arrivé. »”

Notre critique

À la fin du sixième volume, Yû avait finalement fait sa déclaration d’amour à Tôko. Mais la réponse de la jeune fille n’était pas celle escomptée… Du coup, toutes deux commencent à s’éviter, persuadées qu’il n’y a plus rien à faire. En parallèle, Sayaka rassemble peu à peu le courage nécessaire pour enfin avouer ses sentiments à Tôko. Le voyage scolaire des troisième année sera pour les trois lycéennes l’occasion de faire un pas en avant et de sortir enfin de la boucle dans laquelle elles étaient bloquées…

Cet avant-dernier tome de Bloom into you va mettre Sayaka au centre de l’histoire. En sa qualité de personnage secondaire, son développement personnel est passé un peu plus inaperçu que les deux autres, mais on sent tout de même que les récents évènements et surtout sa rencontre avec la petite-amie de sa professeure l’auront changée. Elle va alors profiter du voyage scolaire de sa classe pour se retrouver seule avec Tôko et lui avouer enfin qu’elle l’aime.

Même si elle avait toujours le rôle de l’amie d’enfance, c’est finalement donc Sayaka qui va permettre à l’histoire d’avancer, puisque ni Tôko ni Yû ne semble plus avoir le courage de faire quoi que ce soit pour changer les choses. C’est cette prise de courage de Sayaka, qui va finalement avouer ses sentiments en bonne et due forme, qui va permettre à Tôko de prendre conscience de ses sentiments véritables. De son côté, Yû aussi reçoit l’aide d’un ami qui va l’aider à se rendre compte de certaines choses. C’est agréable de voir les personnages secondaires de l’histoire ainsi mis en avant, à la fois parce que nous avons fini par nous attacher à eux, mais également parce que cela rend l’histoire encore plus réaliste. Tôko et Yû ont beau être les héroïnes de cette histoire d’amour, elles n’en restent pas moins humaines et elles montrent toutes deux des faiblesses qu’elles vont parvenir à surmonter grâce à l’aide de leur entourage.

De ce fait, cet avant-dernier tome réussit parfaitement tous les objectifs que l’on attendait de lui : permettre le développement nécessaire pour amener tout en douceur la fin de l’histoire, résoudre les problèmes des personnages secondaires, et faire monter la tension de plus en plus jusqu’à la fin du tome, qui s’achève de manière à nous donner vraiment envie de vite lire le dernier. L’ambiance très poétique et douce-amère qui nous accompagne tout au long de la lecture est parfaite pour annoncer la fin de l’histoire. Rien à redire : c’est un tome très réussi.