Connect with us

Critique

Notre critique du tome 8 de Baltzar : La Guerre dans le Sang

Saya

Published

on

Dessinateur : Nakajima Michitsune
Scénariste : Nakajima Michitsune
Éditeur : Meian
Collection : Seinen
Genre : Historique, Aventure
Public : + 14 ans 
Contenu : 192 pages
Sortie : 21 décembre 2020
Prix : 6,95€
Statut de la série : En cours de publication

Acheter Site officiel

Résumé

Après avoir récupéré des canons dans la capitale, les artilleurs d’Erzreich infiltrés au Baselland commencent à bombarder l’école militaire. D’abord perplexe face à un ennemi positionné hors de vue, Dieter décide de répliquer par des tirs non ajustés en mettant en application les leçons de Baltzar. Pendant ce temps, ce dernier essaie de se renseigner sur la situation au Baselland mais il est surveillé de près par Jurij et Timo.

Notre critique

L’école militaire est bombardée par des artilleurs d’Erzreich. La tour d’observation de l’école est détruite. Dieter décide de prendre les choses en main et réplique par des tirs non ajustés comme Baltzar le leur a enseigné. S’ensuit une danse entre artilleurs de chaque côté afin de faire un maximum de dégâts dans le camp adverse. Le siège devient long, les rations sont comptées et le moral des élèves commence à chanceler. D’ailleurs, Jürgen et Helmut quittent discrètement l’école. Jürgen retrouve son père et le père d’Helmut en ville, alors que ceux-ci s’apprêtent à soutenir les artilleurs d’Erzreich dans leur siège de l’école.

De son côté, Baltzar, qui est sous étroite surveillance, rencontre en secret le Roi de Weißen. Ce dernier lui propose une mission de sauvetage particulière, qui risque de sonner le glas de sa carrière au sein de l’armée. Baltzar fini par accepter mais à sa manière, c’est-à-dire en allant porter secours à ses élèves, auxquels il s’est attaché. Il est en route pour l’école militaire, toujours collé par Jurij et Timo. Grâce entre autre au soutient du père de Dieter, propriétaire des entreprises Strunz, le voici en mesure d’apporter son aide aux élèves assiégés.

Ce volume nous tient en haleine jusqu’au bout. Entre les élèves qui tentent de se défendre en mettant en application les leçons de Baltzar, les civils pris comme boucliers humains, et Baltzar qui s’est attaché à ses élèves mais veut continuer sa carrière dans l’armée de Weißen, on doute, comme les élèves de l’école militaire, de l’issue de cette bataille. On est plongé dans les affres des sièges, on vibre avec ses élèves qui tentent de se défendre au mieux face à une armée de métier bien mieux armée qu’eux, et à leurs côtés, on souffre de la faim et de la peur. Notre moral fluctue comme le leur.

Il y a pas mal de dialogues, de la stratégie et de la politique. Le scénario garde son rythme et il n’y a pas de temps morts. Le dessin est d’une grande qualité, avec des scènes de bombardements bien rendues, assez réelles dans les dégâts causés par les canons. Ce manga s’ouvre sur une page couleur montrant les élèves de l’école militaire. On trouve aussi une double page nous présentant sommairement les différents personnages de cette série, ainsi qu’une carte. A la fin, en bonus, des petits trucs du quotidien nous permettent de découvrir quelques informations sur les tactiques militaires de l’époque de Baltzar. C’est le prince héritier du Baselland, Franz Theodore Binkelfeld, qui fait la jaquette de ce tome,

Notre critique du tome 8 de Baltzar : La Guerre dans le Sang
Conclusion

En bref, voici un tome qui se partage entre siège, stratégies militaires et diplomatie. On vit ce siège avec passion et on ne s'ennuie jamais. Bonne lecture!

Scénario
90
Dessin
90
Édition
85
Originalité
90
Mise en scène
90
Intérêt sur la durée
95
On a aimé :
L'aspect stratégique et politique
La qualité du dessin
Un scénario original
Assez documenté
On a moins aimé :
Néant
90

De la génération Club Dorothee, élevée avec Saint Seya, Cobra et City Hunter, Saya, qui a un gros faible pour les shojo et les josei, adore faire de nouvelles découvertes. Le manga est une passion qu'elle n'hésite pas à transmettre aux générations futures.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seventy one + = seventy four